Retraite complémentaire : le prélèvement de trop !

 |   |  1067  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Capture décran)
Les prélèvements obligatoires atteindront un nouveau record de 46,5% du PIB l'an prochain. Parmi les hausses qui ne disent pas leur nom, la décision des partenaires sociaux d'augmenter les cotisations Agirc-Arrco pour financer les retraites complémentaires envoie un signal particulièrement inquiétant à rebours du discours sur la compétitivité. Surtout à la veille d'une nouvelle réforme des retraites

L'augmentation des cotisations finançant l'Agirc et l'Arrco, décidée par l'accord conclu entre les partenaires sociaux en mars, est particulièrement incongrue. Cet alourdissement des cotisations sociales, dont la France a pourtant déjà le record, vient s'ajouter à la hausse des cotisations du régime de base destinées à financer la possibilité de départs à 60 ans, engagée en plusieurs étapes à partir de 2012. Avec ces deux mesures, les prélèvements dédiés à la retraite à la charge des employeurs atteindront jusqu'à 16% du salaire à partir de 2016. À elles seules, les cotisations patronales finançant la seule retraite en France sont quasiment égales au niveau de l'ensemble des cotisations sociales patronales en Allemagne, et elles les dépassent pour des salaires supérieurs à un peu plus de 4 fois le smic.

Une impéritie qui contribue à alimenter la défiance des agents économiques

Surtout, en faisant de la hausse des cotisations une piste à retenir parmi d'autres, les partenaires sociaux suggèrent implicitement aux pouvoirs publics qu'ils pourront y recourir pour équilibrer les régimes de base à l'avenir. Un avenir très proche, puisqu'une nouvelle réforme de ce premier étage du système des retraites apparaît d'ores et déjà indispensable, à peine trois ans après la précédente en 2010...Dans les deux cas, régimes de base et complémentaires, c'est aussi la démonstration d'une absence de stratégie de long terme, puisque les échéances se succèdent sans qu'une trajectoire soit clairement définie ou que s'estompe le sentiment d'une grande précarité financière des systèmes de retraite. Cette impéritie perceptible contribue à alimenter l'incertitude et la défiance des agents économiques : les entreprises et les salariés, qui craignent à juste titre des prélèvements toujours plus importants pour financer la protection sociale; et les retraités actuels et futurs, qui s'attendent à un recul des niveaux de remplacement sans pour autant pouvoir l'estimer.

Cet accord Agirc-Arrco est intervenu par ailleurs quelques semaines après l'accord national interprofessionnel (ANI) sur l'emploi qui a prévu de rendre la complémentaire santé obligatoire en entreprise - préfigurant ainsi une forme d'Agirc-Arrco de la santé. Avec cette mesure, les entreprises voient s'ajouter une contrainte supplémentaire à la protection sociale des salariés déjà la plus extensive de tous les pays occidentaux.
Et une ligne obligatoire de plus sur les bulletins de salaire, avec un écart toujours plus grand entre le net salarial et le coût du travail pour l'employeur. C'est d'autant plus aberrant, dans une période de conjoncture particulièrement difficile, que cette mesure va frapper principalement des TPE et PME qui n'avaient pas pu ou voulu mettre en place une complémentaire santé, tandis que les plus grandes entreprises l'ont déjà toutes instaurée. Au total, les entreprises qui n'avaient pas encore une complémentaire santé supporteraient une charge comprise entre 1,5 milliard et 2,7 milliards d'euros par an pour la seule part employeur.

Ces accords démontrent en fait l'incapacité des partenaires sociaux à dépasser une gestion au fil de l'eau de la protection sociale dont ils ont la responsabilité. La culture du compromis qui prévaut, et conduit à répartir les efforts de renflouement des régimes sociaux entre hausses de cotisations, baisse des prestations et détérioration de la situation financière, témoigne d'une absence de vision et de stratégie.
Qu'il s'agisse de l'assurance chômage - près de 19 milliards de déficits cumulés à la fin de 2013 -, des retraites complémentaires - près de 50 milliards de réserves à la fin de 2012 qui auront été consommées d'ici quinze ans - et maintenant des complémentaires santé, on aligne les accords à la petite semaine, sans jamais sembler se préoccuper de la part croissante du coût de la protection sociale pesant sur les salaires ou qui reste non financée. Disons-le, la partie patronale est la plus inconséquente en la matière puisque ces hausses de prélèvements heurtent de front ses revendications de diminution drastique des cotisations sociales.

Enfin, le conflit d'intérêts est patent sur ces sujets, les partenaires sociaux déterminant le cadre et les paramètres de plusieurs régimes obligatoires tout en étant les gestionnaires d'institutions paritaires qui en ont la charge. Le paroxysme est atteint en matière de prévoyance et de santé complémentaire : pour ces activités dites concurrentielles, les partenaires sociaux sont à la fois clients, prestataires et responsables du cahier des charges! On comprend que l'Autorité de la concurrence se soit émue, dans son avis du 29 mars, de la situation créée en matière de complémentaire santé avec l'ANI emploi en cours de transposition législative.

Sortir des réformes « rustines » pour remettre à plat la protection sociale

Ou bien on considère que le coût de la protection sociale obligatoire en France n'est pas un problème, à plus de 32% du PIB en 2012 - avant les mesures décrites plus haut -, un niveau record qui explique à lui seul l'essentiel de notre surcroît de dépenses publiques par rapport à nos principaux concurrents. Le vieillissement de la population, les évolutions technologiques et l'inefficience d'un système centralisé et hypertrophié vont alors continuer à faire grossir à coup sûr cette montagne de dépenses, et donc les prélèvements et/ou les déficits associés.
Ou bien cette situation apparaît pour ce qu'elle est, insoutenable et insurmontable pour espérer restaurer la compétitivité de l'économie française. Il faudra alors sortir des compromis oiseux et des réformes « rustines » pour remettre à plat la protection sociale française et déterminer ce que l'État a la capacité de garantir au titre de la solidarité nationale et ce qui relève de l'effort individuel de chacun de ceux qui peuvent l'assumer. Dans ce grand partage qu'ont réalisé avant nous plusieurs pays qui étaient confrontés à la même hypertrophie de leur État-providence, on ne voit pas quelle pourrait être la place de partenaires sociaux qui n'ont pas fait preuve de leur capacité de gestion et de réforme, et sont par ailleurs peu représentatifs. Mais un tel chemin a un préalable : que les pouvoirs publics cessent de se défausser sur le dialogue social, alibi à leur absence de volonté de procéder à des réformes structurelles pourtant urgentes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/05/2013 à 16:25 :
Est-ce qu'un jour, nos chers "partenaires sociaux" penseront à établir un minima et un MAXIMA raisonnable sur le montant des retraites ?
Ces "chers amis" font tous partie d'une "caste" qui ne veut certainement pas instaurer de "MAXI" qui risquerait de les toucher.
Pourtant, dans la mesure ou l'on a bien gagné sa vie, bénéficié d'avantages liés à son entreprise, CE, etc. . ., je pense que l'on a pu s'en mettre un peu de coté en assurance vie et la suite.
Alors, il ne serait pas choquant de faire profiter du surplus des cotisations de ces favorisés aux "SMICARS", qui eux, auront eu du mal à "joindre les deux bouts" toute leur vie.
a écrit le 07/05/2013 à 17:55 :
Il va falloir payer les pensions de réversion au survivant des couples homosexuels !
a écrit le 30/04/2013 à 7:03 :
L'inflation réelle de nos dépenses se situe vers 3 ou 4%: assurances, énergie, loyers, transports, etc, sans même parler des impôts nationaux et locaux. Cela veut dire que les retraités vont perdre près de 30% de leur pouvoir d'achat sur les dix ans à venir. Que l'indexation des retraites passe de 1% à 0.5% l'an ne change pas grand chose, mais quelle mesquinerie !
a écrit le 30/04/2013 à 6:55 :
Il y a pire: depuis 1995, le budget social est en pratique confondu avec celui de l'Etat. Alors, pour faire croire qu'il fait des économies, le gouvernement réduit les prestations sociales: plafonnement, prélèvements, rabotage, etc. Ce qui permet ne pas toucher aux dépenses de fonctionnement des administrations; mais cela aboutit à amputer le pouvoir d'achat général.
a écrit le 28/04/2013 à 14:30 :
nous retraité du Privé, avons travaillé en moyenne 41ans et 6 mois pour payer les retraites plein tarif des fonctionnaires et de vos grands-Parents . Nous n'avons pas connu ou très peu les 35h nous étions il y a 40 ans à 39h mini et bien souvent à 45h si ce n'est plus . J'ai terminé ma carrière dans une usine de mécanique à 51 h par semaine payé 35 . Et aujourd'hui on diminue nos retraites parce que l'Etat ne fait rien pour arrêter la gabegie de la fonction publique qui consomme 54% du PIB .Des entreprises du Privé repassent à 39h pour sauver leurs emplois mais rien pour obliger ceux qui nous ruinent à travailler plus : SNCF 30 milliards de déficit , EDF ou les employés n'arrivent même pas aux 35h dans les services que je connais ,Securité Sociale ,Education nationale ,CAF etc...... !
Normal ,c'est la réserve d'électeurs du PS !!!
Réponse de le 29/04/2013 à 12:42 :
Avant d'entrer dans la FP,j'ai travaillé en secteur agricole + général SS.Je ne comprends
pas les Français qui ont de super "bons jobs" et qui se morfondent à continuer de bosser
pour des entreprises françaises...La Suisse ou l'Allemagne,ça ne vous tente pas...?Voire
le Canada,l'Australie...?Je suis étonné qu'on vous ait fait travailler 51h payés 35...!!Les com
tes éoargne-temps,ça existe...!!Savez-vous qu'au Danemark,la semaine de travail vient de passer à 30h?Et avec les emplois non pourvus dans l'aviation(construction),vous restez
dans une "boîte" qui vous escroque...?Un proverbe dit:"Qui ne tente rien,n'a rien"!La France
n'est pas le pays au monde où on paie le + d'impôts...Et vous êtes mal "rancardé":ce n'est
pas la SNCF qui est en déficit,mais RFF...D'où ce qui est prévu de faire:remettre SNCF + RFF ensemble pour permettre une plus grande souplesse de gestion du financement des
infrastructures,à l'entretien comme au neuf.S'il y a un problème au niveau de l'équilibre
des caisses de retraite et de SS,c'est du à plusieurs "critères":les entreprises du CAC 40
font tout pour payer le moins de cotisations possible(8%);la SS + l'assurance-maladie sont mal gérées;l'emploi est mal "distribué",le chômage" augmente,les pré-retraités aussi...Et
la gabegie de la FP,c'est en train de se résorber à vitesse V,je peux vous l'assurer...Main
tenant,ce n'est pas parce que le gouvernement et l'Europe ont une méthode stupide pour
effacer les dettes publiques qu'il faut désigner les fonctionnaires comme boucs-émissaires.
..Quant aux agents EDF,aux agents de SS ou de CAF qui ne font pas 35h,c'est qu'ils ne
font pas les 35 au contact du public ou en public...Souvent,ils ont une 2è partie qui consis
te à gérer ce qu'ils ont "engrangé" dans leurs ordinateurs ou en "recolements",en prépara
tion de chantiers...Mes parents "instits"(décédés)passaient bien 2 heures de + en travail
à la maison ou en classe après le départ des élèves/jour.Et le samedi ou le dimanche,
ils préparaient la semaine à venir...Du reste,il ne faut pas croire que les profs agrégés ne
font que 18h/semaine...!!C'est 18h de cours + ...la préparation des cours,la correction de
copies,de concours,et ils doivent aussi faire de la recherche,se tenir au "parfum" de tout ce que comporte la recherche et de ce qu'ils doivent répercuter à leurs élèves...C'est un peu plus peinard qu'un job d'ingénieur dans une "boîte",mais si les "stats" de réussite des étu
diants au bacc ou aux entrées de grandes écoles n'est pas bon,il peut y avoir remise en
cause du contenu de la carrière par la hiérarchie:celle qui ne voit rien,mais qui sait tout...

Réponse de le 29/04/2013 à 12:44 :
Certain de mes collègues sont entrés en FP à 16 ans et n'auront pas de retraite avant 62 ans.
...
Réponse de le 06/05/2013 à 12:06 :
A kipushi Les CAF et Sécurité sociales dont vous dites très bien connaitre leur fonctionnement sont des organismes PRIVES rendant un service public . De ce fait ,les personnels de ces organismes sont logés à la même enseigne que les autres salariés du privé . Comme vous ils subissent la désindexation des retraites complémentaires .
a écrit le 28/04/2013 à 13:01 :
PRENDRE UN INPOT SUR DE LARGENT DES RETRAITES IL FALLAIT Y PENSSE NOS GRAND ECONOMISTES EN FRANCE NE SAVENT QUE REPRENDRE LARGENT QU ILS DONNENT D UN COTE POUR MIEUX LE REPRENDRE DE LAUTRE ILS NE FAUT PAS AVOIR FAIT MAT SUP POUR CONPRENDRE CELA J APPELLE CELA DE LA MONNAIE DE SINGES AUTRE MENT DIT ILS NOUS PRENNENT POUR DES,,,,,,,?????????S
a écrit le 28/04/2013 à 12:30 :
La réalité c'est que par le passé les cotisations retraites augmentaient en fonction des coups de la vie et étaient en rapport avec les salaires ainsi que les prélèvements patronaux.. Mais depuis la création de la CSG et sa forte augmentation pour financer divers projets sociaux, les cotisations retraites et les prélèvements se retrouvent coincées dans leurs évolutions normales qui ne posaient pas de problème par le passé. Donc il faudrait faire des économies de plusieurs point de CSG pour amortir ces prélèvements qui sont naturels en fonction du financement des divers caisses de retraites.
a écrit le 27/04/2013 à 21:11 :
La retraite, mais qu'elle retraite...J'ai pas compris
a écrit le 27/04/2013 à 19:21 :
1 la democraphie des babyboums va ralentir 2 c est vrais que les caisses du prives ont etait utilisses pour les entreprisses d etat 3 qu en ont a fait une retraite au agricuteurs ont a pris dans les caisses du prives cela fait beucoup dargent pris dans les caisses des retraites avant de reforme quoi que se soit les partenaires sociaux doivent faire rentres c ette argent dans les caisse de retaite qui les plus ca fait beucoups d argent la cour des compte devrais se penches sur cette etat de fait alors mesieur renbourse cette argent au retraite du prive?
a écrit le 27/04/2013 à 18:33 :
retraite à 65ans comme avant
Réponse de le 02/05/2013 à 19:41 :
Et capitalisation. Terminer la co-gestion avec des partenaires sociaux non représentatifs.
a écrit le 27/04/2013 à 14:06 :
> Les prélèvements obligatoires atteindront un nouveau record de 46,5% du PIB l'an prochain. Parmi les hausses qui ne disent pas leur nom, la décision des partenaires sociaux d'augmenter les cotisations Agirc-Arrco pour financer les retraites complémentaires envoie un signal particulièrement inquiétant à rebours du discours sur la compétitivité.

Il faudrait savoir : la Droite se plaint que les retraites coûtent cher, mais comme les entreprises se débarrassent de leurs salariés souvent - et illégalement - bien avant 60 ans pour les remplacer par des plus jeunes moins chers, quelle autre solution pour réduire le déficit que d'augmenter les cotisations?

> Cet alourdissement des cotisations sociales, dont la France a pourtant déjà le record

Pourtant, la retraite moyenne tourne autour de 1.200?, soit pas beaucoup plus que le SMIC. Est-ce à dire que les retraites sont plus faibles en Scandinavie ou en Allemagne par exemple? Dur à croire. Comment font-ils pour financer leurs retraites alors?

> Ou bien cette situation apparaît pour ce qu'elle est, insoutenable et insurmontable pour espérer restaurer la compétitivité de l'économie française

Sur quelles données vous appuyez-vous pour affirmer que 1) l'économie française manque de compétitivité (par rapport à qui?) et 2) que ce manque serait dû à un coût salarial trop important (quand on compare les coûts en Europe, surtout du nord, c'est pas flagrant)?

> Il faudra alors sortir des compromis oiseux et des réformes « rustines » pour remettre à plat la protection sociale française et déterminer ce que l'État a la capacité de garantir au titre de la solidarité nationale et ce qui relève de l'effort individuel de chacun de ceux qui peuvent l'assumer

En français : privatiser la santé, pour suivre l'exemple magnifique des USA.

Comment font les autres pays européens de niveau comparable?
a écrit le 27/04/2013 à 12:00 :
Ben, faudrait pour qu'on avance que les élus syndicaux ne le soient plus à 80% par des retraités....
Les rentiers nous tuent. Les vieux nous assassinent. Et nous nous laissons faire...
Réponse de le 27/04/2013 à 14:13 :
allez leur dire. les voilà vos rentiers des régimes spéciaux:
EDF et GDF ; âge moyen de départ en retraite 56,7 ans ;
RATP ; âge moyen de départ en retraite 54,8 ans ;
SNCF ; âge moyen de départ en retraite, 54,5 ans ;
Banque de France: aligné sur les fonctionnaires mais a conservé sa caisse autonome ;
Militaires : âge moyen de départ en retraite, 45,7 ans.
Assemblée nationale et Sénat ;
etc.
Réponse de le 28/04/2013 à 6:22 :
Bien parlé pépère !!!
Réponse de le 28/04/2013 à 10:21 :
A Pépère : L'énumération de ces âges de départ à la retraite , c'est ce que l'on appelle : l'égalité républicaine , n 'est-ce pas ? Retraités , puis donneurs de leçons républicaines si j'ai bien compris...
a écrit le 26/04/2013 à 23:30 :
Autant le dire tout de suite, je suis fonctionnaire territorial (Voilà, le gros mot est lâché!)
Bien que disposant de privilèges moyenâgeux, je paie des cotisations (comme tout le monde), des impôts (comme tout le monde), la TVA (comme tout le monde) et je dois faire mon plein (comme tout le monde),
Mais je m'interroge...
1) Nous avons l'une des natalités les plus fortes de l'Union Européenne (à côté de nous l'Allemagne fait pauvre figure)
2) Nous avons aussi de plus en plus de personnes âgées. Normal : les soins médicaux s'améliorent (du moins quand on a les moyens d'y accéder, ce qui est de moins en moins le cas)
3) Nous avons un chômage chez les 20-30 ans (grosso modo) qui est effarant.
4) Toute personne de plus de 50 ans qui perd son travail a les plus grandes peines à en retrouver un autre, ou alors à un niveau salarial bien plus faible.
5) Alors que dans le même temps, en augmentant sans cesse le nombre de mensualités nécessaire à un taux plein (sans changer l'âge théorique de départ à 60 ans, hypocrisie suprême!) on force les gens à travailler de plus en plus longtemps pour toucher une retraite qui risque fort d'être bien inférieure à celle qu'ils escomptaient au vue de leurs années travail et de cotisation.

Franchement, quand on parle de "remise à plat", ne pourrait-on pas trouver une solution globale qui permettrait pour les "dzeunes" de rentrer dans le marché du travail et à ceux qui ont un métier pénible (bâtiment, restauration, tâches répétitives...) ou des incapacités de partir plus tôt à taux plein? Notez bien que je ne prêche pas pour ma paroisse (Je travaille en médiathèque. Nous avons comme tous nos problèmes et notre pénibilité, mais nous nous comparons JAMAIS à quelqu'un qui travaille à 55 passé sur une toiture!!).
Je veux juste savoir si quelqu'un a pensé à prendre le problème du travail en France dans sa GLOBALITÉ au lieu de traiter seulement un aspect du problème (Y'a p'us d'argent pour les retraites : Y'a qu'a augmenter le nombre de trimestre pour une retraite à taux plan, y casseront leur pipe avant ou ils devront partir avec moins d'argent = MARCHE OU CRÈVE) ou (Y'sont djeunes, y'sont pas d'boulot, ben on va faire des employés aidé à 600 euros pour 25 heures semaine. Ca leur f'ra d'l'expérience).
Allo! Y'a quelqu'un?
Réponse de le 27/04/2013 à 14:27 :
combien connaissez vous de fonctionnaires qui travaillent à plus de 55 ans sur une toiture?
votre "solution globale": exploiter le peuple non-fonctionnaire pour sauver vos privilèges. merci de votre programme. on avait compris.

Réponse de le 27/04/2013 à 16:25 :
Vous ne m'avez pas lu!
1) J'ai dit que nous ne comparions pas "à quelqu'un qui travaille à + de 55 ans sur une toiture. Traduction : notre métier n'est pas parmi les plus pénibles. Et donc nous acceptons l'idée de partir après 60 ans à taux plein, mais pas de bosser jusque 65 ou 67 pour être clair.
2) Mes privilèges? La sécurité de l'emploi (ben oui), cotiser à une caisse complémentaire de retraite (CNRACL), ne pas voir mes primes prises en compte, prime d?assiduité (Eh oui. Pas un jour d'arrêt maladie depuis plusieurs années), pas de 13ème mois, pas de compte-épargne temps. Mais la possibilité d'emprunter autant de documents que je le désire (livres, revues, cd, dvd....). Pas de ticket restaurant.; Salaire "gelé" depuis deux ans (c'est à dire en baisse). Ah! L'essentiel... J'ai choisi mon métier par GOÛT, pas pour la sécurité de l'emploi et je n'envisage pas d'en changer... car il me plaît!
3) Qui exploite qui? Je m'explique : qui exploite les gens du privé? Moi? Là je ris franchement, car j'aimerai être assez riche pour avoir un compte en Suisse ou à Singapour et être un exploiteur! Qui bloque les salaires des salariés, licencie à tour de bras, attaque le droit du travail, délocalise et prône la dérégulation sociale et économique? Est-ce moi?

Je vais conclure en vous disant du brutal : Pensez-vous que le progrès social soit dans une société de mettre tout le monde au niveau des plus mal lotis ou de faire l'inverse?
Doit-on sous prétexte que les ouvriers du Laos ou du Bangla Desh sont payés des clopinettes et privés de tout droits sociaux aller plus bas qu'eux pour répondre à la "concurrence internationale"?
Où allons-nous? Où menons-nous nos enfants?

Démagogue? Peut être? Rêveur, j'aimerai mieux... Mais à votre opinion, le nivellement par le bas est-il une solution d'avenir? N'y a-t-il pas moyen d'en finir avec la querelle fonctionnaires (quels fonctionnaires d'ailleurs?)/privés en faisant converger les statuts de telle manière que ce soit gagnant pour tous?
Réponse de le 27/04/2013 à 17:51 :
Pour rétablir les privilèges,il me semble que pendant qu'il en est encore temps,nos chers,
même très chers élus devraient faire passer une loi leur accordant une retraite à taux plein des 8trimestres de cotisation.Pour compenser cela et les remercier de leur dévouement à la nation,il me semblerait bien naturel que le quidam obtienne un retraite à taux plein à 35ans
mais avec 580trimestres cotisés!
Méfiez vous nos glandus seraient bien capables de proposer une commission afin de présenter une loi dans ce sens. Ils ne sont plus à une c......rie près pour calmer le peuple!
Réponse de le 28/04/2013 à 1:11 :
Les retraites dan sla fonction publique sont plus importantes que dans le secteur privé. Les salaires, enfin les traitements, sont plus élevés dans la fonction publiques que dans le privé. Les départs à la retraite dans la fonction publique sont plus tôt en moyenne que dans le privé.
En outre, le gel du point d'indice n'a rien d'un "sacrifice", mais est un petit effort, que la fonction publique n'est pas seule à faire.
www.librepolitique.com
Par ailleurs, le droit du travail est déjà massacré, et rend la vie impossible aux PME (pas aux entreprises en CAC40) et permet aux cabinets d'avocat de s'enrichir (Un Code de plus de 10 000 articles avec l'une des jurisprudences la plus abondante mérite bien un Bac+5 en droit pour y comprendre quelque chose -je suis étudiant en droit...). C'est simple, toute l'argent qui paie l'emploi public, est de l'argent prelevé sur les salaires du privé. Je ne suis pas contre une fonction publique forte, bien au contraire. Mais la fonction publique doit comprendre une chose : si un jour le privé, les entrepreneurs réduisent leur investissements et leurs embauches, c'est tout le système qui s'écroule. Le rapport de force est actuellement largement favorable à la fonction publique (marché du travail calqué sur le modèle adminstratif, temps de travail également, imposition élevé etc.).
En conclusion, une entreprise n'a pas à fonctionner comme une administration, parce que si elle le fait, c'est l'administration qui s'écroule.
Réponse de le 28/04/2013 à 11:35 :
Mr oublie de dire que sa retraite est calculée à partir de la valeur de ses derniers émoluments (cf. celle de ses 25 années de travail dans le privé) tandis que quasiment tous les fonctionnaires (seules les fortes têtes risquent d'y échapper) bénéficient d'une " promotion " à quelques mois de la retraite et ce, afin d'augmenter le dit émolument à partir duquel sera calculé sa retraite....
Réponse de le 02/05/2013 à 14:00 :
Ca me fait toujours sourire quand un fonctionnaire me dit qu'il paie ses impôts/TVA et autres taxes : merci de préciser qu'il les paie avec ses émoluments qui proviennent de mes impôts : cela revient à dire que je paie mes impôts .. et les siens !
Je vais vous étonner : je suis plutôt pour le non-remplacement d'1 fonctionnaire sur 2 et la retraite à 50 ans : je paierais aujourd'hui autant d'impôts voire moins : un retraité est moins rémunéré qu'un actif (2 fois moins en incluant les charges "patronales" ?) et demain beaucoup moins ... puisqu'il y aura moins de fonctionnaires tout court.
a écrit le 26/04/2013 à 21:45 :
Retraite : comparaison public-privé.
http://www.sauvegarde-retraites.org/campagne-d-action-retraite.php

1,3 milliard d'euros pris à la CNAV pour financer les pensions des agents EDF-GDF !
Une fois encore, on pille les retraites du privé au profit des agents publics :
De quoi s?agit-il ?
En 2005, les pensions des agents EDF étaient mises à la charge de la CNAV. Compte tenu d?un rapport cotisants/retraités désastreux, EDF-GDF devait payer chaque année une compensation financière. « Opération neutre pour la CNAV ! » avait-on juré la main sur le c?ur.
Le problème, c?est que le compte n?y est pas : 5 ans après, il manque 1,3 milliard dans la caisse de retraite du privé. C?est ce que révèle la Cour des comptes dans son dernier rapport sur la sécurité sociale.
Ce pillage est d?autant plus scandaleux que l?intégration du régime EDF-GDF n?a en aucun cas remis en cause les avantages exorbitants des agents publics des industries électriques et gazières :
- Départ à 55 voire 50 ans pour les agents dits « actifs » (57 et 52 ans après la dernière réforme, mais pas avant? 2023)
- Des pensions représentant 75 % du dernier salaire, garanties à 100 %
- Des avantages « maison » en pagaille...
Le comble, c?est que ces avantages extravagants sont déjà payés par le contribuable à travers la CTA, taxe spécialement créée à cet effet, que nous retrouvons sur notre facture.



Réponse de le 27/04/2013 à 21:21 :
Ne compter pas sur la gauche pour supprimer les privilèges de ceux qui les ont élu. C'est le privé qui va encore payé...Pour eux la justice sociale c'est les autres payent et j'en profite et c'est normal je suis de gauche!
a écrit le 26/04/2013 à 21:01 :
Vous avez raison Mr Jean-Charles Simon, économiste, pourquoi ne pas faire comme aux us ou des handicapés miséreux dorment dans la rue en plein hiver avec pour mur des cartons- emballage des supermarchés voisins...?
Vous êtes sans doute de la race des hommes...ceux qui ont pour majuscule leurs petits intérêts...
Vous avez dû faire des études...en France...gratuite...pour cracher aux visages de la république...
Réponse de le 27/04/2013 à 0:13 :
La misère dans la rue... Sortez de chez vous et ouvrez bien vos yeux. Je suis sûr que vous trouverez les mêmes qu'aux USA !
Arrêtez aussi avec vos études gratuites. Celles qui permettent aux enfants d'enseignants, de cadres supérieurs et de Polytechniciens de faire aussi Polytechnique...
Il y a quelques années, au Café du Commerce et entendu de mes propres oreilles : "je repique pour la 3ème fois ma 1ère année de fac de droit. De toute façon, ça coûte rien !" Que pensez vous que pense le modeste fils d'agriculteurs et boursier que j'étais ?


Réponse de le 27/04/2013 à 8:30 :
Les enfants d'enseignants sont souvent de petits-enfants d?agriculteurs et d'ouvriers, pensez-y en finissant votre verre au Café du Commerce...
a écrit le 26/04/2013 à 20:53 :
le manque d'argent des diverses caisses de retraites est certainement le passage a l'euro car avant cela nos cotisations etaient basée sur le franc.donc 1euros egal à 6.55957 francs de ce fait les caisses se sont vidées plus vite ....(six fois plus vite) merci a l'euro.
Réponse de le 27/04/2013 à 8:31 :
Vous n'aviez pas de bonnes notes en maths, à l'école, je me trompe ?
Réponse de le 27/04/2013 à 16:01 :
M Duchemin, personne n'avait pense que la cause des déficit des caisses de retraite venait du fait que des gens, 10 après le passage a l'euro, n'avaient pas encore compris le calcul de conversion des francs a l'euro.Vous en êtes un parfait exemple.
a écrit le 26/04/2013 à 18:03 :
Se jeter à la figure les pro sarko qui a généreusement augmenté les pensions des régimes spéciaux, ou Hollande qui laisse des partenaires absolument pas représentatifs décider ... cela ne sert pas à grand chose...

La situation est simple : les actifs ne peuvent plus payer.... et augmenter les cotisations ne fait que détruire le nombre d'actif.... cercle vicieux vous en conviendrez...

Que fait on ?

1- appliquer à toute les pensions versées actuellement, la règle en vigueur pour ceux qui partent aujourd'hui en retraite : le calcul sur les 25 meilleurs années...
- mécaniquement la baisse devrait être de l'ordre de 25 à 30 %
2- alignement de tous les régimes de retraite, recalculer en fonction des cotisations versées et des salairesou revenus perçu durant les 25 meilleures années
- prise en comptes des primes pour les fonctionnaires
- décote pour départ précoce sauf pénibilité ( mesurée par la durée de vie en bonne santé)
3- Versement du salaire complet aux salariés, à eux de s'affilier à la caisse de retraite et de sécurité sociale.
- simplification de la vie de l'entreprise
- responsabilisation du salarié
- responsabilisation de l'entreprise maintenue, par un malus/bonnus en fonction du taux de risque maladie de ses salariés ( notion d?écart versus risque attendue en fonction de l'activité, ages des salariés, etc... )

4- application immédiate du droit européen, de choisir l'organisme de secu et de retraite de son choix.

Et le tout vaut bien un referendum
Réponse de le 26/04/2013 à 19:56 :
Vous entrez de plain pied dans les systèmes de dérégulation imposés à l'Europe par les
lobbies d'assurances privées,comme aux USA...Ce que vous oubliez de dire,c'est que
dans les pays nordiques,tels les Pays-Bas,il existe un certain bon sens et une solidarité
responsables qui n'existent pas en France:les assurances privées font tout pour faire
baisser les coûts des médicaments en passant des appels d'offres auprès des différents
groupes pharmaceutiques;+ les médecins généralistes ne sont pas contraints de faire une
ordonnance pour que le patient soit remboursé de sa visite;mais aussi,le malade n'est rem
boursé qu'à partir de 350 Euros de franchise...Les parturientes qui ne connaissent pas de
problèmes particuliers se voient vivement invitées à accoucher chez elles:l'assurance leur
paie le kit pour...Informez-vous bien des conséquences de ces régimes d'assurance retrai
te de ces pays qui veulent-en priorité-donner l'illusion de bien être maîtres de leurs comp
tes:les retraites versées ne sont pas très généreuses,loin s'en faut...Faudra-t-il vous répé
ter encore et encore que les "trous" des caisses de retraite et de Sécu sont dus en très
grande proportion aux faibles cotisations versées par les entreprises du CAC 40,qui font
tout pour en verser le moins possible,que ce soit en France ou dans les pays émergents,
gérés par des hommes politiques ô combien corrompus...Alors que les actionnaires amas
sent tant que + les dividendes qu'ils s'empressent de placer dans les paradis fiscaux,tels
les îles Vierges ou Caïmans, "affiliées au Royaume-uni...Voilà ma version;j'espère qu'elle vous séduira...
Réponse de le 27/04/2013 à 15:01 :
Sarko n'est qu'un affairiste socialiste de la gauche caviar déguisée en "libéral".
voilà ma version;j'espère qu'elle vous séduira...
Réponse de le 27/04/2013 à 16:02 :
Pourquoi socialiste?
Réponse de le 27/04/2013 à 18:10 :
aucune des réformes urgentes, indispensables pour transformer le pays en une démocratie efficace et compétitive; dépenses d'Etat toujours aussi lourdes sinon alourdies pendant le mandat; soutien de l'usine administrative des corps de tous poils détenteurs de privilèges et régimes spéciaux, en donnant sa bénédiction à la technocratie européenne présidée par un maoïste; avoir maintenu la France en tête des pays les plus fiscalisés au monde; en lui permettant de gagner une "très bonne" place dans la liste des pays les plus corrompus; en alourdissant la facture de la nation de 500 à 600 milliards le temps d'un mandat en laissant en héritage 250 milliards d'euros de "déficits structurels" en imposant les vues dirigistes collectivistes de la construction européenne au mépris de la réponse démocratique citoyenne sur la Constitution européenne, en resservant réchauffé le plat d'un Traité qui a organisé la débacle financière à l'echelle d'un continent; en attribuant aux français la gabegie, la corruption et les désastres des modèles économiques de certains membres UE, au profit de quelques super-créanciers inconnus des contribuables et au bénéfice d'une junte politicienne qui se prélace à grands frais dans les Institutions; entre autres... vous répondrez peut-etre "mais tout n'est pas socialiste", et l'on vous répond: "rien n'est de droite comme certains la voient".
Réponse de le 27/04/2013 à 19:18 :
Vous n'avez pas entierement tort sur certains points, Sarkozy n'a pas fait les reformes qu'il fallait ou du moins n'est pas allé au bout des reformes.Mais en France pour faire des reformes il faut vraiment se lever tot, les retraites en sont un exemple.
Notre étant dans l'UE la marge de man?uvre est de toute façon très étroite et de ce fait droite ou gauche les politiques se ressemblent.
Cela dit il faudra bien un changement car nous allons dans le mur a la vitesse du son
a écrit le 26/04/2013 à 18:00 :
je lui propose de supprimer dans sa ville l'hopital public , la caserne de pompier , le commissariat de police , la poste l'ecole . pour tout les besoin couvert par ses services , ce monsieur n'a sans doute aucun besoin. S'il est malade , faut le laisser mourir . Si sa maison brule , faut laisser bruler etcc....il n'a qu'a appeler le privé
Réponse de le 27/04/2013 à 10:36 :
Il n'est pas question de la suppression des services publics,mais de la mise en place d'un meme systeme de retraite applicable à l'ensemble des salariés français,du secteur privé et du secteur public; un systeme de retraite équitable n'est pas incompatible avec l'existence de services publics de qualité.
a écrit le 26/04/2013 à 17:51 :
En 1998 les caisses de retraite des commerçants et des artisans ont été délestés de 120 millions de francs (on était encore en francs à l'époque) 12 milliards de centimes de francs et aujourd'hui on nous demande de participer à l'effort....de guerre ? Je précise que la décisioçn a été prise par M. Jospin, M. Strauskhan, Peut-être M. Fabius, et quelques autres . Car dans ce monde là on ne prend pas de responsabiolités touit seul. Et, je vous le demande où est passé cet argent ? OU ? Nos parents qui ont travaillé toute une vie sans compter les heures se retrouvent avec des retraites minables, et nous aussi. On nous a fait croire qu'en étant à la comptabilité réelle on aurait de meilleurs retraites.Du blabla tout çà ! Qui s'est engraissé sur notre dos ? Vous qui haïssez les riches, et tous les autres, vous qui pensez que l'argent ne fait pas le bonheur qu'est-ce que vous attendez pour nous le rendre ? La honte est un sentiment que vous ne connaissez pas. Droite, Gauche il n'y en n'a pas un pôur racheter les autyres Amen la messe est dîte !
a écrit le 26/04/2013 à 16:31 :
LES FRANÇAIS DEMANDE LA REFORME DES 35 RETRAITES SPÉCIFIQUE ET DES PRIVILÈGES DE LA FONCTION PUBLIQUE. Les français du privé ne veulent plus payés pour les nantis qui ruinent notre pays !!!!!!!!! Aux nantis de la fonction publique à connaître les efforts, les larmes, le chômage, la pauvreté... Le privé a suffisamment payé !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 26/04/2013 à 16:48 :
Qu'est ce cette réaction infantile ? Les français ? Lesquels ? Ceux qui bénéficient de ces 35 régimes en sont très satisfaits et feront tout pour les conserver, voir les réactions de retraité ratp...Le privé (comprendre le CAC40 hein) fait encore des profits, il n'est pas mort, il faut le saigner.
Réponse de le 26/04/2013 à 17:19 :
@Céline(saigner).Les 40 entreprises du CAC ne représente qu'une faible partie du privé,vous ignorez peut-être que les PME, plus nombreuses, soutiennent l'économie et l'emploi de notre pays.Evitez à l'avenir de polluer les commentaires.
Réponse de le 26/04/2013 à 17:33 :
Quand on ne comprend pas le propos, on appelle à la censure ... Bravo !
Réponse de le 26/04/2013 à 17:57 :
Ce n'est pas de la censure mais un conseil pour ne pas vous rendre une nouvelle fois ridicule... dire que le privé se résume au CAC40 c'est.. bref... êtes-vous uen fonctionnaire adhérente du front de gauche?
Réponse de le 27/04/2013 à 8:35 :
Au moins, on connait le programme de la Droite:

« les efforts, les larmes, le chômage, la pauvreté... Le privé a suffisamment payé !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! »
Réponse de le 27/04/2013 à 15:34 :
@Céline: on vous cite: "Ceux qui bénéficient de ces 35 régimes (spéciaux) en sont très satisfaits et feront tout pour les conserver"... vous venez de résumer votre idée de la république, votre sens de la solidarité de socialiste! votre vision de la "Justice front de gauche"!! merci de dévoiler votre face au "bon peuple"! vraiment !!!! excellent.
@Havoc: "les efforts, les larmes, le chômage, la pauvreté", quoi donc! pour les fonctionnaires? Haha! vous, vous êtes impayable !!!
Réponse de le 28/04/2013 à 12:05 :
Moi j'aime bien l'intelligence de Celine
a écrit le 26/04/2013 à 16:23 :
La non indexation des retraites,l'augmentation des prélèvements,les sans emploi qui explosent,tout cela n'est pas GRAVE.le peuple est déjà sur le trottoir avant d'aller dans la rue!
Il reste évident que depuis 12 mois l'important était le mariage pour tous!
Réveillez vous avant qu'il ne soit trop tard,car vous ne maitriserez plus rien!
a écrit le 26/04/2013 à 16:22 :
vivement les prochaines élections pour nettoyer notre gouvernance infecte et incompétente.
Réponse de le 26/04/2013 à 16:35 :
Vosu avez bien fait d'utiliser le terme gouvernance plutôt que gouvernement. Maintenant que la distinction est faite, en quoi changer de gouvernement changera la gouvernance de ce pays ?
Réponse de le 26/04/2013 à 18:00 :
Le gouvernement met en place les règles définissant la gouvernance donc un mauvais gouvernement amène à une mauvaison gouvernance, non?
Réponse de le 27/02/2016 à 17:47 :
Khomeri est a cette loi ce que l'homme sandwich est a la pub. beaucoup croient qu'elle l'a pendu. ..,lamentable
a écrit le 26/04/2013 à 16:19 :
REFORME LES 35 RETRAITES SPÉCIFIQUES !!! Le privé ne veut plus payer pour cette caste de nababs
Réponse de le 26/04/2013 à 16:28 :
+1
Réponse de le 26/04/2013 à 16:34 :
Il ne s'agit pas de vouloir mais de pouvoir. Dans la tête des socialistes, le privé peut donc payer car le privé sait s'adapter (sinon il crève)
a écrit le 26/04/2013 à 14:41 :
C'est quand le VRAI changement ? le VRAI choc de simplification où le gouvernement déciderait d'appliquer les mêmes règles pour tous les salariés (TOUS les salariés) ! le VRAI choc de justice où on dirait STOP à tous les avantages, privilèges, régimes spéciaux en tour genre. Le Vrai CHOC de moralité où les salariés du privé arrêterait, en plus du financement de leurs propres caisses, de combler les déficits des corporations dites de "service public" ultra protégées (SNCF, RATP ...) qui n'ont de "public" que le nom.

Réponse de le 26/04/2013 à 15:04 :
Pourquoi se poser la question ? La réponse est JAMAIS. Pourquoi les choses changeraient ? Y-a-t'il des grèves, manifestations ? En appeler à la justice est naïf et ne sert à rien. Si les gens se laissent dépouiller sans réagir c'est qu'ils en ont encore trop.
Réponse de le 26/04/2013 à 15:53 :
Vous vous trompez. Il n'y a ni grève ni manifestation parce que les syndicats sont aux ordres du gouvernement et que les fonctionnaires et régimes assimilés privilégiés (EDF, SNCF, etc...) ne sont pas touchés.
Quand la droite en faisait beaucoup moins, il fallait les entendre hurler. Aujourd'hui, ils sont doux comme des moutons bien dressés.
Réponse de le 26/04/2013 à 16:17 :
Et donc ? en quoi cela contredit ma réponse ? Si le privé attend aprés les syndicats (ou au choix : l'Etat, la croissance, Dieu, sa maman) pour avoir plus de justice, je confirme qu'elle ne viendra JAMAIS.
Réponse de le 26/04/2013 à 18:05 :
Céline, je pense que vous le faîtes exprès non?! Pas de manifestations ?! regardez les journaux! je vous rassure le privé n'attend pas, n'attend plus rien de nos gouvernements successifs : les entrepreneurs s'en vont!
a écrit le 26/04/2013 à 14:34 :
les partenaires sociaux ... ca ne veut rien dire. Les syndicats ne représentent rien donc il ne peuvent pas décider de quoique ce soit d'intelligent. de plus ils s'en moquent car ile ne travaillent plus... ils font des actes, des présences, des dégat mais ils ne sont plus productifs depuis longtemps...
il faut vendre ces offices qui gèrent les retraites aux assureurs. Ils sauront faire et l'Etat gagnera ( et nous ) des sous immédiatement ; chiche?
Réponse de le 26/04/2013 à 14:50 :
il est vrai que les 200.000 adherents d'un parti politique rapporté a 42 millions d'electeurs , cela représente nettement mieux les francais ..... on attend votre avis sur le sujet
Réponse de le 26/04/2013 à 19:28 :
@Yann AMAR?Allez prêcher vos thèses aux E-U,il y en a qui vous expliqueront ce que
sont devenues les retraites américaines depuis la "crise" des subprimes...Certains retrai
tés y ont tout perdu...!!Bien des "petits retraités" se sont retrouvés sur la paille à cause
des magouilles passées entre banques et assurances...Vraiment,il faut avoir la haine des
"avantages" des salariés du public,pour oser déverser de telles inepties à l'égard des sala
riés du secteur public!!Dire qu'il y a des citoyens français de Droite qui ont une carte à la CGT...!!Au lieu d'en "rabattre" sur les avantages du secteur public,dites vous bien que les
entreprises du CAC 40 font tout pour en payer le moins possible en s'exilant à l'étranger,
dans des pays émergents,où elles en font tout autant à l'encontre de pauvres gens qui ne
sont payés que le SMIC divisé par 4 ou 5...Voilà d'où vient le "trou" des caisses de retrai
te et de la SS!!Pendant que leurs actionnaires sont de + en + grassement rémunérés...Et
les Sarkozy,Hollande ne trouvent que rien de mieux à faire que "serrer la ceinture" des sa
lariés qu'ils voudraient traîner à + de 65 ans pour toucher leur retraite...!!Aller voir des "se
niors" qui sont en pré-retraite depuis 50-55 ans,laissés-pour-compte par des Michelin,Good
Year partis s'installer en Chine...S'ils reprennent le travail,ils perdent tous les "avantages" des accords de licenciements...Et c'est de la faute aux "fonctionnaires" + aux syndicats
si on en est là...?Quand certains louent le bas taux de chômage en Allemagne,c'est tout
simplement "grâce" aux "petits salaires" imposés aux travailleurs qui ne sont pas quali
fiés(des étrangers)et qui touchent entre 3 et 5 Euros/l'heure...Et alors que les Allemands
ont du concéder,eux,des baisses de salaires depuis 10 ans...Combien étaient payés les
ouvriers du bâtiment qui ont construit le "nouveau Berlin",suite à la réunification...?Entre
1/2 et 1/3 de salaire par rapport à leurs "confrères" allemands!!Ce qui permet aux loyers de la capitale allemande d'être 1/2 moins cher que ceux de Lyon;et 4 fois moins cher que
ceux de Paris...!!Eh!bien,à Berlin,il y a 30% de chômeurs,aujourd'hui:ceux à plein temps +
ceux qui "travaillent" moins de 20h/semaine...Qu'est-ce que vous dites de ça?Et si vous a
vez du temps à perdre,allez parler aux "Grecs de base",qui vous expliqueront comment
les riches s'enrichissent et les pauvres s'appauvrissent!!Certains cadres sont "exilés" en
Turquie et ne sont pas prêts à faire le "voyage" en sens inverse...avant longtemps!!Aujour
d'hui,si l'Etat et les services publics sont dépecés,c'est au profit des "grands groupes" du
CAC 40 et leurs filiales...Lorsque Raymond Barre a été élu Maire de Lyon,il a aussitôt
pris la décision de "casser" les contrats de la ville de Lyon avec la Générale des Eaux,d'u
ne part;et renégocier les tarifs du tunnel de contournement sous la Saône Valvert-St Clair,
d'autre part...définis lors de la "faste période" de Michel Noir à la Mairie de Lyon...Les é
gouttiers de la Ville de Lyon,exténués par 20 à 30 ans de labeur,ont eux aussi eu le "droit"
de partir à la retraite bien mal en point à 50 ans...comme à Paris.Aujourd'hui,les services
de nettoyage de la Ville de Lyon sont confiés à des entreprises genre Véolia Environnem
ent...Alors,quand à Marseille,il y a des grèves en ramassage de poubelles,ou chez les
dockers du Vieux-port,on peut les comprendre...Le jour où les dockers lâcheront prise,ils
verront arriver des Grecs,des Lituaniens,des Portugais,qui seront payés au SMIC le + sec
pour 40 heures et + /semaine...Comme les équipages des ferries privés qui font la traverse
Côte d'Azur-Corse,concurrents de la SNCM,géré par le service public du département de la Corse.Comprenez-vous pourquoi il y a des grèves dans les "services publics"...?Et ce n'
est pas la concurrence exacerbée entre les compagnies en Europe et aux USA qui em
pêchent les compagnies de "couler" et d'éviter les restructurations...La mondialisation et
la dérégulation des règles du trafic aérien y sont pour quelque chose,évidemment...N'avez-
vous pas entendu parler d'une possible grève des pilotes de la Lufthansa?Et de la possible
"privatisation" des personnels d'hôtesses et de stewards à Air France...?C'est certainem
ent parce qu'ils en font le moins possible pour des salaires..déments!!
a écrit le 26/04/2013 à 13:46 :
Et si deja on reformait le systeme de gestion de ces caisses multiples redondantes etc...non comme d hab facilite...augmenter prelevements taxes....et si on mettait des rustines au tonneau perce qu est l etat
a écrit le 26/04/2013 à 13:41 :
"des prélèvements toujours plus importants pour financer la protection sociale; et les retraités actuels et futurs"
futur? vraiment?
a écrit le 26/04/2013 à 13:36 :
étrange, depuis plus de 20 ans je cotise et j'ai le sentiment de me faire plumer par mes aînés...
Réponse de le 26/04/2013 à 16:49 :
Nos n'avons pas que le sentiment,on nous plume pour nos aînés,pour nos même,et également pour nos enfants! Cela grâce à une gestion déplorable de nos caisses de retraite,
d' assurance maladie,et n'oublions pas de nos caisses complémentaires !
Mais secouer le mammouth pose des problèmes.Il faudrait justifier aux cotisants l'évaporation de sommes très importantes.
Cela ne correspond plus au système mafieux instauré!
a écrit le 26/04/2013 à 13:25 :
Ce qui nous prouve, s'il en était encore besoin, l'aveuglement et l'incompétence des partenaires sociaux dans le domaine économique... Ou comment encore aggraver la situation.

Je vous le dit, bientôt la révolution pour bouter tous ces incompétents hors de leurs privilèges qu'ils se sont eux-même attribués!

a écrit le 26/04/2013 à 12:13 :
La pyramide de Ponzi est lancée à folle allure, le nombre de chômeurs augmente, les coûts de santé aussi et le système bien rodé qui dissimule aux Français le prélèvement de l'état, en reportant toujours plus sur la part payée par les entreprises , endort le patient.
Le crash sera douloureux !
a écrit le 26/04/2013 à 12:03 :
La cotisation minimale annuelle de 650 euro par an donne droit à un trimestre de carrière et une pension de 1,2 euros par mois à 65 ans.(valeurs 2013). Cela illustre le gaspillage des retraites : spoliation pure et simple avec un ratio tel que 1 euro de cotisation finance 45 ans de pension. Où passe la différence puisque une pension est versée en moyenne pendant 20 ans?
Réponse de le 26/04/2013 à 12:34 :
Les lecteurs de La Tribune doivent, avec le temps, s'être convaincus que les régimes de retraite, qu'ils soient gérés par le RSI, l'Agirc ou l'Arrco sont des tonneaux des Danaïdes qui ne profitent qu'à ces institutions et dont ils devraient se méfier (en épargnant différemment, de manière plus constructive et pérenne...).
Réponse de le 26/04/2013 à 13:22 :
@rsi & villeroy : vous semblez oublier la partie réversion (8 années de plus en moyenne ETP) ainsi que de nombreux points "gratuits"... Pour la sécu de base, c'est, pour certains, la CAF qui paie, mais, pour les complémentaires, c'est bien la même ressource ! Il est sûr qu'avec 1 régime au lieu de 45, on pourrait faire baisser les frais (mais on vient de faire machine arrière sur le régime des mineurs, alors...).
a écrit le 26/04/2013 à 11:54 :

Le choc de simplification
c'est maintenant

Par circulaire, ma caisse complémentaire (Audiens pour ne pas la nommer) vient de m'informer que, sous le fallacieux prétexte de simplifier la gestion de mes revenus, en janvier 2014, ma pension me sera versée mensuellement et non plus par trimestre comme c'est le cas actuellement. Cette décision concerne plusieurs millions de pensionnés des régimes complémentaires.
Encore un choc de simplification. Dont nous allons faire les frais. Une fois de plus.
Démonstration : Actuellement, M. X.... perçoit, début janvier 2013, 1 500 euros de retraite complémentaire trimestrielle. Et ainsi de suite à chaque trimestre légal. Dès l'an prochain, début janvier, il recevra 500 euros, le premier mois, et la même somme les mois suivants. D'où un décalage dans le temps des versements au détriment des pensionnés.
Mais ce n'est pas tout. Rappelons que cette retraite complémentaire est versée à terme échu. De fait, lorsque vous avez pris votre retraite, le premier versement qui vous a été crédité l'a été au bout de trois mois. Ainsi, lorsqu'un pensionné décède en début de trimestre, fort logiquement, les sommes versées sont acquises. Dans ce cas de figure, avec un versement mensuel, autre effet pernicieux : Quid des deux mois dus ainsi escamotés ?
Il est vrai que l'on ne meurt qu'une fois.
Avec quelques millions de retraités ainsi concernés par cette réforme, l'affaire est juteuse.
Après la sous-indexation des pensions, la contribution additionnelle de solidarité, et j'en oublie, les "nantis" de retraités du privé vont à nouveau devoir courber l'échine.
Quand nos gouvernants auront-ils le courage, par souci d'égalité, de mettre à contribution les ressortissants des régimes dits spéciaux, abondés en majeure partie par le contribuable ?
Parmi lesquels "nos sages" du Palais du Luxembourg. A quand le choc de la transparence sur les avantages dorés de nos 348 sénateurs dont l'activité n'est hélas perceptible au commun de nos concitoyens que lors de l'incontournable tournée des popotes effectuée auprès des élus locaux durant la période précédant chaque renouvellement de la Chambre haute.
Réponse de le 26/04/2013 à 14:30 :
Erreur, robneux : les pensions Sécu sont versées en effet à terme échu mais les retraites complémentaires AGIRC et ARRCO sont versées depuis plusieurs années à terme à échoir (c'est-à-dire d'avance).
a écrit le 26/04/2013 à 11:43 :
S'il arrivait quelques "accidents" aux lobbys qui corrompent nos parlementaires, nous aurions moins de lois liberticides.
a écrit le 26/04/2013 à 11:38 :
Enfin un bon article, réaliste et factuel... ça change.
Réponse de le 26/04/2013 à 18:17 :
D'après l'assos Sauvegarde Retraites, ( Cf site net), les caisses retraite du privé sont gérées par les syndicats du public !
Quant aux retraites des parlementaires, ils se les sont votées eux même.
On est jamais mieux servi ...
Tout va très bien Mme la Marquise ...
Réponse de le 26/04/2013 à 22:02 :
Ce n'est pas la france qui gouverne mais l'europe , peu importe le président ,c'est du copier-coller , le mariage pour tous : un rideau de fumée comme d'ailleurs tous les événements , sortis du chapeau hollande , pendant ce temps : ANI, sécu , retraites complémentaires , que le peuple est crédule , continuez a tapoter sur vos claviers et i-phone la casse sociale continue la tête inclinée mais attention un jour il faudra incliné le dos !
Réponse de le 28/04/2013 à 0:14 :
que faire à 68 ans ? avec 760 Euros , factures payées EDF GDF de plus en plus cher denrhée alimentaire...j'en passe hollande et sa NANA se la coule douce avec notre argent
je ne veux pas etre une assistée ni aller au resto du coeur , alors Mr hollande que dois-faire?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :