Pour Jacques Attali, « la société civile est dynamique dans les périodes de crise »

Du 25 au 27 septembre, le Mouvement pour une économie positive organise au Havre la deuxième édition du LH Forum. Un Davos de l'économie autrement, pour donner la parole aux ONG, aux acteurs de l'économie sociale et solidaire. Pierre Moscovici et Benoît Hamon sont attendus côté ministres pour commenter le rapport sur le développement de l'économie positive remis samedi 21 septembre par Jacques Attali à François Hollande. Économie positive que le président de PlaNet Finance définit comme indispensable pour prendre en compte l'intérêt des générations suivantes.
Jacques Attali considère que « faire un plan à l'horizon 2025 sans rien faire pour le réaliser au quotidien, cela ne sert à rien ». / Reuters
Jacques Attali considère que « faire un plan à l'horizon 2025 sans rien faire pour le réaliser au quotidien, cela ne sert à rien ». / Reuters (Crédits : Reuters)

LA TRIBUNE - Alors cette fois ça y est, la crise est finie ?
JACQUES ATTALI - Pas du tout. On a reporté la crise des banques vers les États, sans que les banques ne soient réellement tirées d'affaire. La dette des pays riches s'est envolée, passant de 60 à 100 %. On a utilisé à plein tous les instruments de musique sur lesquels on pouvait jouer, de la relance budgétaire aux taux d'intérêt zéro. Malgré cela, la croissance n'est pas vraiment repartie. On a utilisé les soins palliatifs, le malade est en sursis, mais il ne survit que grâce à des drogues dures dont il est très difficile de se passer.

Aux États-Unis pourtant, la Réserve fédérale commence à envisager de ralentir les achats d'actifs du programme de Quantitative Easing...
Ce n'est pas fait. L'évolution récente du processus de nomination du successeur de Ben Bernanke à la Réserve fédérale [le "faucon" Larry Summers a été contraint par les démocrates de jeter l'éponge, ndlr] montre que le débat sur la poursuite du soutien monétaire est encore vif. En prévenant que la crise est toujours présente, Mario Draghi, le président de la BCE, est le seul responsable sérieux.

Le rebond des indices n'annonce donc pas la reprise ?
Il y a une reprise conjoncturelle aux États-Unis par l'effet richesse de la hausse de Wall Street, à son plus haut depuis 2007. Mais rien n'est réglé sur le plan budgétaire. En Europe, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Espagne repartent. La France aussi mais c'est une reprise fragile, sans création d'emplois. Aucun pays n'a encore retrouvé le niveau de PIB de 2007. Et en 2014, l'environnement international va être freiné par le ralentissement de la croissance dans les pays émergents. Nous sommes loin d'être tirés d'affaire.

Une relance européenne est-elle possible après les élections allemandes du 22 septembre ?
L'espoir n'est pas dans la Commission européenne, à bout de souffle. L'Union européenne n'est plus une zone d'intégration politique, mais une union économique de droit commun. Le sens de l'histoire est que l'Union soit la plus large possible et s'étende à la Turquie et à la Russie. Le sort de la zone euro est autre. Pour survivre, elle devra prendre le large par rapport à l'Union européenne, et faire le choix d'une intégration plus profonde pour aller vers l'union politique.

Vous organisez du 25 au 27 septembre au Havre la deuxième édition du LH Forum sur l'économie positive. L'idée est désormais installée dans le paysage ?
Je le crois. J'ai remis le 21 septembre au président le rapport qu'il m'a demandé lors de la première édition, l'an dernier. Nous montrerons que la crise est largement due au fait que l'économie n'est pas assez positive, dans une définition simple de ce terme, à savoir une économie qui prend en compte l'intérêt des générations suivantes. La crise que nous traversons depuis 2008 est l'aboutissement de comportements dominés depuis quarante ans par la tyrannie du court terme, et qui se sont "extrémisés" au cours des vingt dernières années.

C'est un rapport Attali 3...
C'est un travail différent. Une cinquantaine d'experts du monde entier y a participé et nous formulons 45 propositions de réformes, dont certaines étonneront, sur des sujets très divers, comme la responsabilité sociale et environnementale. Nous proposons aussi un indicateur inédit de la "positivité" des pays, pour mesurer leur prise en compte du long terme. La Suède est en tête, sans surprise, les États-Unis sont 12e, l'Allemagne est 13e et la France arrive au 19e rang, sur 34.

Un résultat très moyen. De fait, si on regarde la transition énergétique, c'est la panne sur le plan politique...
Ça avance, moins vite que prévu mais on peut espérer des progrès à la conférence environnementale, ce vendredi 20 septembre. Alors que la crise devait nous appeler à agir vite pour le long terme, c'est aussi trop souvent un prétexte pour ne rien faire, hélas. Il y a néanmoins une prise de conscience progressive et mondiale de la nécessité d'agir en faveur des générations suivantes. On le voit avec les retraites, l'éducation, l'environnement. En France, la réforme des retraites ne voit pas assez loin. On a traité le problème pour cinq ans, pas pour vingt ans.

Sur qui repose la révolution de l'économie positive ? La société civile ?
L'État est, et reste, le principal garant du long terme. Il doit donner du temps aux entreprises et aux individus. La politique industrielle doit penser à dix ans, voire vingt ans. Le plan sur les 34 filières annoncé par le gouvernement va dans le bon sens à condition de ne pas entrer dans le détail de la vie des entreprises. La société civile est dynamique dans les périodes de crise. Les ONG se développent beaucoup et font bouger les choses dans le monde. Le développement de la RSE, de l'économie de l'altruisme, à ne pas confondre avec le partage, montre la grande vitalité de la recherche de solutions nouvelles face à une crise multiforme.

L'économie numérique joue-t-elle un rôle pour accélérer la mutation vers l'économie positive, grâce aux nouveaux usages qu'elle permet de développer ?
Oui, c'est un facilitateur de l'évolution vers une économie positive, parce qu'elle permet la transparence et le partage. Mais elle pose aussi problème en renforçant la préoccupation de l'instant, voire de l'immédiateté, au détriment de la pensée à long terme.

Où en est l'application des mesures des deux rapports sur la libération de la croissance que vous avez dirigé sous Nicolas Sarkozy ?
Un tiers a été appliqué sous Sarkozy, un autre tiers est en cours de mise en place. Reste un tiers en friche, et à appliquer vraiment les deux premiers tiers... Une ordonnance n'est pas efficace si vous ne prenez les médicaments prescrits que de temps en temps. Le dernier tiers est le plus dur à faire, je veux parler de la réforme de l'État et des collectivités locales. Faire des économies, ce n'est pas diminuer de 2 % les crédits de tous les ministères, c'est faire des choix sur le périmètre et l'organisation de la sphère publique.

Quand Hollande prépare un plan pour la France de 2025, il fait de l'économie positive sans le savoir ?
Oui, le Plan 2025 est un bon début. Mais cela ne sera utile et efficace que si le président ajoute à sa réflexion la question suivante : qu'est-ce que je peux faire dans mon action quotidienne pour atteindre cet objectif ? Faire un plan à l'horizon 2025 sans rien faire pour le réaliser au quotidien, cela ne sert à rien.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 27/09/2013 à 16:32
Signaler
Monsieur Mabille, je tiens à vous préciser que l'économie positive n'est ni un terme ni un concept inventé par M. Attali. Mais je suis sûr que vous le savez! Le principal problème n'est pas tant que M. Attali usurpe (et ce ne sera pas la première foi...

à écrit le 24/09/2013 à 10:53
Signaler
mr Attali est très optimiste sur la zone euro , intégration profonde et politique , une confédération d'états ? , déjà les divergences entre france et allemagne sont si profondes qu'une fusion des deux peuples est très très très théorique vu la renai...

à écrit le 24/09/2013 à 8:37
Signaler
L'économie « positive » est un nouveau socialisme totalitaire justifié au nom du bien de la planète et de l'humanité entière présente et à venir. L'individualisme actuel n'ayant pas sa place, Jacques Attali qui se prend pour Dieu veut recréer l'homme...

à écrit le 24/09/2013 à 4:21
Signaler
Mr Attali, l'enfonceur de portes ouvertes , est depuis 25 ans le Monsieur "y à qu'à" et "il faut" toutes catégories . En réalité, l'oracle Mitterrandienne n'a jamais rien proposé de concret ni de réaliste. Son seul fait d'armes est d'avoir conseillé ...

à écrit le 24/09/2013 à 2:07
Signaler
Attali a parfaitement rasion quand il souligne : "La crise que nous traversons depuis 2008 est l'aboutissement de comportements dominés depuis quarante ans par la tyrannie du court terme, et qui se sont "extrémisés" au cours des vingt dernières année...

à écrit le 24/09/2013 à 2:02
Signaler
Excellente approche d'Attali comme souvent. En particulier : "Le sens de l'histoire est que l'Union soit la plus large possible et s'étende à la Turquie et à la Russie. Le sort de la zone euro est autre. Pour survivre, elle devra prendre le large par...

à écrit le 23/09/2013 à 23:09
Signaler
Mr; Attali ne craint pas le chômage. Mr. Attali n'a pas peur pour sa retraite. Mr. Attali ne dort pas dans la rue ou dans un taudis Mr. Attali est en bonne santé (du moins on l'espère pour lui) Mr. Attali peut tranquillement jouer au "Yakafairecomsa"...

à écrit le 23/09/2013 à 21:25
Signaler
Comment cette personne peut elle avoir une tribune dans les médias. A boycotter !!!

à écrit le 23/09/2013 à 18:28
Signaler
Attali quelle escroquerie

à écrit le 23/09/2013 à 17:40
Signaler
Attali va-t-il nous raconter de nouveau sa blague sur le pauvre christian qui se fait arnaquer par Schlomoe? Veut-il toujours qu'israel soit la capitale du monde et que le peuple travaille pour enrichir les banques? Autant de questions interessan...

à écrit le 23/09/2013 à 16:55
Signaler
les vieux paysans n empruntaient pas plus qu ils ne pouvaient rembourser ,achetaient des louis d or quand ils avaient de quoi ,et vivaient en autarcie maximum ,donc rien de nouveau en science eco ,un peu de sagesse et de modestie surtout les etats et...

à écrit le 23/09/2013 à 16:37
Signaler
Jacques Attali, c'est bien celui qui nous prédisait la fin de l'Euro pour Noël 2011?

à écrit le 23/09/2013 à 16:29
Signaler
Attali qui prone l'euthanasie apres 65 ans(dans son livre l'avenir de la vie,paru en 1981).... Déjà ce bonhomme est execrable,ensuite il dit bien au debut de l'article que la dette des pays s'est envole a cause des banques qui ont refile leurs ardois...

à écrit le 23/09/2013 à 16:17
Signaler
Il y a environ 2 ans j'avais appris que près de 2 000 "grandes fortunes" U.S. empruntaient, je me demandais pourquoi. En fait dès que j'ai vu le premier Q.E., j'ai compris. Ces "grandes fortunes" empruntaient pour acheter des actions qui allaient et ...

à écrit le 23/09/2013 à 16:00
Signaler
Pour faire de l'économie autrement, on prends des personnes "systémiques" et on regarde les choses bouger à la marge dans le satisfecit général...

à écrit le 23/09/2013 à 15:50
Signaler
Heureusement que nous avons des hauts-fonctionnaires comme Jacques Attali pour redresser la France ! :)

à écrit le 23/09/2013 à 15:11
Signaler
Inutile et pompeux.

à écrit le 23/09/2013 à 14:45
Signaler
Au moins hydrolienne transforme le vent en energie

à écrit le 23/09/2013 à 13:27
Signaler
Et encore un rapport de plus ! Ca coûte combien ces rapports (et ces experts) ???

à écrit le 23/09/2013 à 13:02
Signaler
La France est une gérontocratie, tout simplement..donner la parole aux quadras, car les choses bougent tellement vite que les quinquas sont des has been..merci, M. Attali, mais c'est l'heure de la camomille..

à écrit le 23/09/2013 à 12:54
Signaler
il doit faire reference a la dynamique du Front National...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.