«On ne pourra pas garder l'économie de notre région sous perfusion»

 |   |  449  mots
Jean-Claude Lagrange, vice-président (Divers gauche) du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté
Jean-Claude Lagrange, vice-président (Divers gauche) du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté (Crédits : DR)
FACE A LA CRISE. Jean-Claude Lagrange est vice-président (Divers gauche) du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, chargé du développement économique et de l'emploi, et maire de Sanvignes-les-Mines (Saône-et-Loire). Il analyse pour « La Tribune » les effets de la crise sur les filières industrielles de la région.

LA TRIBUNE - Quelles ont été les conséquences immédiates de la crise sanitaire sur votre économie ?

JEAN-CLAUDE LAGRANGE - A la fin avril, au terme du premier mois de confinement, 54% des grands établissements présents sur notre territoire avaient fait l'objet de demandes de chômage partiel. Cela représentait 165.000 salariés et 145 millions d'heures de travail.

Nos groupes industriels les plus importants ont été touchés dans des secteurs essentiels comme la métallurgie et l'automobile. L'hôtellerie-restauration et le tourisme ont...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2020 à 23:27 :
Certaines régions ont un grand besoin de se reprendre en main, si nos régions étaient autonomes économiquement, l'état se limitant au régalien, ça serait dur pour cette région qui a laissé couler son industrie sans réagir, mais un choc utile, dans l'ouest le chômage est modéré, la balance commerciale positive, il en a fallu du courage pour faire avancer des régions des plus pauvres de France et le sentiment de payer pour les autres.
a écrit le 30/07/2020 à 9:06 :
Cette crise est en totalite imputable a micron empereur des francais a 20%.
Remerciez le, ca ne fait que commencer. La rentree de septembre va etre dantesque.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :