Mobilisation générale pour sauver le tourisme en Corse

FACE A LA CRISE. Avec un recul de 35 % de l'activité et une industrie touristique au plus mal, la Corse s'attend à des faillites et à un chômage record. Les acteurs du monde économique tentent d'inverser la tendance cet été.
Avec des projections de fréquentation en baisse de 50%, c'est une saison en enfer que s'apprête à traverser l'île.
Avec des projections de fréquentation en baisse de 50%, c'est une saison en enfer que s'apprête à traverser l'île. (Crédits : DR)

On pourrait croire que la Méditerranée est le meilleur rempart pour engloutir les crises, mais le Covid-19 a bien déferlé sur la Corse, causant 73 décès et ruinant son horizon économique. Les projections de l'Insee sont sans appel : l'île, avec une activité en recul de 35% et un recours accru au chômage partiel, est le territoire le plus touché de la France métropolitaine, en raison notamment de la saisonnalité de l'activité.

Commerce, transport, hébergement, hôtellerie-restauration et BTP, ces poids lourds de la valeur ajoutée insulaire qui sont dopés par le tourisme, ont été bouleversés par l'arrêt des communications. Tous ces secteurs accusent des pertes qui se chiffrent de 47 à 90 %, et le préfet de Corse lui-même a exprimé son souhait que « la saison démarre enfin » dans une île qui cherche à sauver les meubles mais qui interroge aussi le paradigme de son économie.

Des mesures à minima

Le « green pass », le passeport sanitaire incluant un test de dépistage obligatoire au Covid-19 pour les touristes entrants, sésame imaginé par le président de l'exécutif Gilles Simeoni et dont ne voulaient pas les professionnels du tourisme, a été écarté par le gouvernement, mais les mesures a minima prises par le gouvernement sauront-elles faire de la Corse une destination de confiance ? Les acteurs du monde économique s'attendent à la fin de l'année à des faillites record, à un chômage important, une fois passé le mirage des prêts garantis par l'État et autres aides publiques.

Avec des projections de fréquentation en baisse de 50%, c'est donc bien une saison en enfer que s'apprête à traverser l'île, où les volontés ne manquent pas pour inverser la tendance. Toutefois, l'Agence du tourisme de la Corse, émanation de la collectivité de Corse, a lancé une campagne nationale de communication de 3,8 millions d'euros pour insuffler un peu d'espoir et convaincre que le tourisme peut s'étaler jusqu'à la fin de l'automne et non sur deux mois.Pourquoi pas sur dix ?

Une cellule d'appui et d'action aux entreprises créée pendant le pic a reçu 10.000 sollicitations et soutient les démarches des entreprises. Et puis il y a cette croyance que l'attractivité du territoire pourra faire le reste : à la mi-juin, la Corse devenait la deuxième destination pour les réservations aériennes sur le site d'Air France. Ces signaux sont suspendus à l'évolution de l'épidémie. Mais c'est aussi dans l'adversité, pendant le confinement, que les énergies se sont réveillées et structurées.

Agilité et créativité

À Ajaccio, un laboratoire de biologie médicale innovait pour tester à grande échelle la population, à Corte, dans le centre, le fab lab universitaire mettait en mouvement une centaine de makers pour fabriquer des visières de protection sur des imprimantes 3D.

Enfin à Bastia, une entreprise changeait le destin de ses machines de découpe de l'aluminium pour qu'elles fabriquent des masques lavables. La solidarité, l'agilité et la créativité sont des valeurs porteuses. Elles ont su donner des clés à l'économie, qui a encore une saison à faire.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 30/07/2020 à 7:04
Signaler
Allez en Croatie. C'est un beau pays, ce n'est pas très cher et c'est juste à côté.

le 30/07/2020 à 9:08
Signaler
Les prix sont tres correct, pas d'arnaque et le service affable. On est loin de ce qui se fait en Corse durant l'ete.

à écrit le 29/07/2020 à 13:26
Signaler
2 saisons comme cela et ils verront si l'indépendance est leur destin... Cet hiver : farine de chataigne et tous au jardin cet été pour planter Vacances chères, service low cost des saisonniers.

le 30/07/2020 à 13:28
Signaler
R2d2 otre racisme sur un population autochtone racisme franchouillard , sachez que la corse n'attend pas les maisons sur le dos pour vivre nin les campings car, il est vraie que des hôtel ont a pâtir du tourisme mais ce n est pas spécial a la corse e...

le 30/07/2020 à 14:06
Signaler
On voit au commentaire ci dessous que l'écriture sans fautes de NOTRE LANGUE FRANCAISE est ignorée de certains .Qu'ils restent sur leur ile .

à écrit le 29/07/2020 à 10:52
Signaler
vu a la télé vacanciers qui louent 1200 euros un véhicule pour 10 jrs y a en qui en profitent du covid-19 a titre indicatif 3 fois le prix de 2019 et vous voulez que les continentaux aillent en corse ? je m étouffe comme y en a un qui le dit !

le 29/07/2020 à 14:16
Signaler
Y a pas que là. Un collègue est allé en voyage de noces aux iles Lofoten (Norvège) en ayant vu les photos que j'avais rapportées, louer une voiture la bas c'est aussi cher qu'y aller avec la sienne depuis Paris. :-) Ils y ont fait du stop. Sais pas ...

le 29/07/2020 à 22:27
Signaler
C est juste un avertissement. Étant donné qu ils nous racketent depuis fort longtemps sur les tarifs. Va falloir être un peu plus acceuillant et a des tarifs Juste

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.