inOut à Rennes : première démonstration de voiture connectée pour PSA et Qualcomm

 |   |  1512  mots
Organisés dans le cadre de la journée d'ouverture de l'événement inOut initié par Rennes Métropole sur les mobilités intelligentes et en cours jusqu'à dimanche, ces petits tour de piste d'une 5008 et d'une DS7 ont permis de montrer aux passagers que les deux véhicules, munis de capteurs complémentaires de perception des changements de vitesse ou dangers, pouvaient, dans un rayon de 1 kilomètre, dialoguer directement via l'écran de bord, avec une très faible latence.
Organisés dans le cadre de la journée d'ouverture de l'événement inOut initié par Rennes Métropole sur les mobilités intelligentes et en cours jusqu'à dimanche, ces petits tour de piste d'une 5008 et d'une DS7 ont permis de montrer aux passagers que les deux véhicules, munis de capteurs complémentaires de perception des changements de vitesse ou dangers, pouvaient, dans un rayon de 1 kilomètre, dialoguer directement via l'écran de bord, avec une très faible latence. (Crédits : DR)
Rennes Métropole bouge sur la mobilité de demain. La capitale bretonne convie, jusqu'à dimanche, entreprises et grand public, à tester et expérimenter des services autour de la mobilité intelligente. Dans le cadre du premier événement inOut, PSA et Qualcomm ont effectué une première démonstration de leur voiture connectée tandis que le 1er bus électrique rennais, tout droit des usines de Blue Solutions, sera en service lundi sur la ligne 12 du réseau Star de Keolis.

Elle préfigure la voiture autonome mais elle a encore un volant ! La voiture connectée sur laquelle le constructeur PSA et le groupe de technologie mobile Qualcomm collaborent ne se conduit pas toute seule, mais elle communique.

Les deux partenaires ont effectué mercredi après-midi sur le site de PSA-La Janais à Rennes une première démonstration européenne de communication entre véhicules grâce à la technologie C-V2X (Cellular Vehicle-to-Everything), une des technologies de communication sans fil appliquée au secteur des transports. Celle-ci couvre quatre types de communication (entre véhicules, avec l'infrastructure routière, avec les usagers de la route, avec le réseau/cloud) et est destinée à être exploitée dans le cadre du système de transport intelligent (STI) et des communications via les réseaux de télécommunications (la 5G demain).

Organisés dans le cadre de la journée d'ouverture de l'événement inOut initié par Rennes Métropole sur les mobilités intelligentes et en cours jusqu'à dimanche, ces petits tour de piste d'une 5008 et d'une DS7 ont permis de montrer aux passagers que les deux véhicules, munis de capteurs complémentaires de perception des changements de vitesse ou dangers, pouvaient, dans un rayon de 1 kilomètre, dialoguer directement via l'écran de bord, avec une très faible latence. Destinée à améliorer la sécurité routière et fluidifier le trafic, cette technologie pourrait être déployée dès 2020, sur le marché chinois d'abord.

PSA, fournisseur de mobilité

Deux cas d'usage ont été mis en avant mercredi : l'alerte d'urgence (notification visuelle et sonore) lorsqu'en ligne droite le véhicule de devant ralentit ou freine brusquement, et l'information visuelle délivrée au conducteur d'une vitesse anormalement lente devant lui ou d'une voiture à l'arrêt. « L'ambition de PSA est de rester un constructeur automobile de référence mais aussi d'être un fournisseur de mobilité » a insisté Thérèse Joder, directrice du site de Rennes (3 000 collaborateurs) qui produit la 5008, la 508 et prochainement le Citroën C5 Aircross. S'ajoute à ces modèles la petite production de la e.Mehari, dont le groupe Bolloré fournit les batteries.

Marie Bolloré, fille de Vincent Bolloré et directrice de Blue Solutions, entité dédiée aux batteries et à la mobilité électrique, faisait d'ailleurs partie du petit groupe d'institutionnels, de partenaires d'inOut et de journalistes, qui ont rejoint le site de la Janais en bus 100 % électrique.

Tout droit sorti des usines de Blue Solutions à Quimper, ce Bluebus de 12 mètres (trois portes, 89 passagers, 200 km d'autonomie), assez silencieux et lumineux, est l'un des deux premiers mis en service sur la ligne 12 (10 km) de Rennes Métropole.

Dans le cadre d'un partenariat d'innovation signé entre la métropole et le jeune constructeur, avec l'aide de l'Etat et de la Région Bretagne, Blue Solutions doit encore fournir cinq autres bus avant l'été, et un bus articulé de 18 mètres en 2019. « Ce partenariat nous a permis de travailler en collaboratif pour concevoir ce premier trois portes, nous adapter aux particularités du réseau rennais et pour développer un bus articulé » s'est félicitée Marie Bolloré, vantant au passage le rendement très peu énergivore du système de chauffage.

Abandon des bus thermiques, promotion du covoiturage

90 % du réseau rennais Star de Keolis est en effet constitué de bus articulés. La décision prise en 2015 par Rennes Métropole d'abandonner progressivement les bus thermiques doit mener à horizon 2028-2030 au renouvellement complet de la flotte des 360 bus.

Pour Rennes Métropole, le passage à l'électrique est un enjeu fort de la mobilité durable. Mais pas le seul. L'agglomération, qui accueille 6 000 nouveaux habitants par an et ouvrira en 2020 une deuxième ligne de métro, technologique avec intégration de l'IoT et système de communication embarqué, vise à « garantir dans la durée la facilité des déplacements, la fluidité de la mobilité. »

En croisant deux enjeux forts du territoire, les transports et les déplacements (1er poste de dépenses) et le numérique (1 200 créations nettes d'emplois dans ce secteur l'an passé), la métropole souhaite montrer qu'elle était aussi le « terrain de jeu où s'inventent et se testent les nouvelles mobilités » ainsi que le clame le slogan de l'événement inOut.

« Nous sommes déjà identifiés au plan national pour notre politique ambitieuse en matière de transports publics. A horizon 2020, quand on pensera nouvelles applications et mobilité numérique, les gens penseront à Rennes. Nous avons les atouts et la légitimité à nous inscrire comme le territoire de référence sur la mobilité de demain fait valoir Emmanuel Couet, président de Rennes Métropole. Innover aujourd'hui, inventer et proposer de nouvelles manières de se déplacer dans des véhicules plus propres, plus partagés, moins nombreux, c'est se mettre à l'abri de devoir contraindre demain. »

Rennes affiche sa détermination à susciter et à accompagner la révolution des usages, notamment celle de la voiture solo. L'élu évalue par exemple que si les habitants covoituraient une journée par semaine sur leur trajet domicile-travail, cela résoudrait l'essentiel des questions de pollution et de congestion aux heures de pointe. Une réflexion existe sur l'ouverture de voies dédiées bus/covoiturage, et sur le décalage des horaires d'école et travail pour fluidifier le trafic. Cela s'inspire de l'initiative prise en 2013 par l'université Rennes 2 de décaler de 15 minutes l'heure d'arrivée des étudiants afin de désengorger le métro aux heures de pointe.

inOut : expérimentations de startups et « market pitch »

C'est avec l'appui de partenaires fondateurs publics et privés tels que la SNCF, Keolis, Siemens, PSA, Blue Solutions et Orange, que Rennes Métropole a lancé ce laboratoire à ciel ouvert que se propose d'être inOut.

60 entreprises, y compris de nombreuses startups, 750 professionnels dont ceux des pôles de compétitivité ID4Car et Images et Réseaux, et de la plate-forme collaborative Excelcar, y échangent et partagent leurs idées au Couvent des Jacobins, le IN. Pour la partie OUT, 50 000 visiteurs sont attendus jusqu'à dimanche pour expérimenter en ville navettes autonomes, bus électriques, véhicules à hydrogène, giropodes et nouvelles applications.

« Il s'agit aussi de présenter des innovations ou des solutions qui existent déjà sur le territoire rappelle Loig Chesnais-Girard, président de la Région. La Bretagne est un territoire agile, mais au bout de l'Europe, et les enjeux de la mobilité ont forcé les élus, dans les zones denses mais aussi dans celles où la densité de population est très basse, à réfléchir à des solutions innovantes, à connecter les transports (train, bus, bateaux) de façon intelligente.»

Plusieurs startups locales, comme Mobility Tech Green, spécialisé dans l'autopartage en entreprise, ont répondu à l'appel à expérimentations lancé en 2017 par inOut. Associé à Legendre Immobilier, City Roul teste pour sa part un service de véhicule en libre service. Mercredi, la French Tech Rennes Saint-Malo a également organisé un Market Pitch qui a mis en présence 20 jeunes pousses françaises avec plusieurs clients potentiels, Aéroports Rennes Dinard Bretagne, Citedia, Engie, Orange, Groupe PSA, Groupe Renault et Siemens.

Immersion 3D, mesure d'affluence et applis

Depuis trois jours, les groupes partenaires montrent aussi et testent leurs projets d'innovation collaborative. Orange, qui emploie 3.000 ingénieurs sur ses sites de Rennes et Lannion, inaugure Rennes Explorer, une expérience 3D en temps réel d'immersion au cœur des transports collectifs et individuels de Rennes, destinée aux opérateurs de réseaux et aux usagers.

« Nous menons aussi au Couvent des Jacobins, la première expérience sur un outil de mesure d'affluence dans un centre de congrès. Une démonstration de notre solution Flux Vision, lancée à Rennes en novembre dernier, et qui mesure à partir des données anonymisées du mobile la fréquentation d'une zone géographique et le déplacement de population est aussi en démonstration » signale Pierre Jacobs, directeur d'Orange Ouest.

Depuis septembre dernier, les Rennais peuvent tester dans le cadre d'InOut l'application de covoiturage en temps réel Pop&Vroom, développée par IDVroom, filiale de la SNCF et testée sur quatre axes routier. Pour tenir son engagement de parvenir à une hausse de la fréquentation sur l'ensemble du réseau rennais (84 millions de voyageurs en 2017, +3 %) de 33 % sur les 7 prochaines années, Keolis compte pour sa part sur Star l'appli.

Actuellement en test auprès des habitants, cette offre pour smartphone donne accès à l'ensemble des solutions de mobilité disponibles selon le trajet demandé. Pour répondre aux différentes finalités des déplacements, elle propose aussi les horaires de cinéma (plus réservation), des lieux de santé les plus proches, des restaurants, des bibliothèques...

« La révolution des usages et de la mobilité est tirée par le digital et par la transition énergétique » assure Frédéric Baverez, directeur de Keolis France.

___

Par Pascale Paoli-Lebailly,
correspondante de La Tribune pour la Région Bretagne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2018 à 10:11 :
..... des voitures qui roulent sans personne dedans pour augmenter les profits des lobbies de l'énergie alors qu'aujourd'hui ce n'est pas possible. Un histoire de Shaddocks !...

Après le dieselgate, à quand l'électricgate avec toutes les centrales nucléaires qu'il faudra construire, les déchetteries de batteries non recyclables, la pollution provoquée par l'extraction des terres rares etc, etc, etc, etc.......
a écrit le 17/03/2018 à 10:27 :
Avant il fallait un tournevis et du doigté pour voler une voiture bientôt une télécommande suffira.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :