Nautisme : la Bretagne prête à hisser encore plus haut la voile

 |  | 942 mots
La filière nautique représente 2 000 entreprises et associations, 7 400 emplois et plus de 160 ports, pour un chiffre d'affaires annuel de plus d'un milliard d'euros.
La filière nautique représente 2 000 entreprises et associations, 7 400 emplois et plus de 160 ports, pour un chiffre d'affaires annuel de plus d'un milliard d'euros. (Crédits : Gérard Lebailly)
SÉRIE D'ÉTÉ. Rendre attractives toutes les composantes de la filière nautique sous deux ans : tel est le rôle d’une mission de coordination lancée en juin par la Région Bretagne. Elle vise à faire du secteur du nautisme, très touché par la crise sanitaire, un outil de développement humain, économique et environnemental. La formation professionnelle et le nautisme éducatif font partie des chantiers prioritaires.

Le retour sur l'eau fonctionne comme prévu mais l'horizon post-estival n'est pas forcément dégagé. La vague du Covid-19 a laissé sur le sable les bateaux des clubs et centres nautiques au printemps et mis les régates au sec. Forcément, il y a des pertes à bord. Tandis que le centre nautique de Plérin (22) estime, qu'à la fin de l'été, il aura perdu 200 000 euros sur 650 000 euros de chiffre d'affaires, à Lorient, le CNL a voté début juillet un appel aux dons pour compenser le trou d'air. À Saint-Malo, la Surf School, qui a mis ses six salariés au chômage partiel durant le confinement, démarre l'été mieux que prévu. En revanche, le club ne peut pas répondre à la demande car les groupes sont limités à dix personnes et ne doivent pas se croiser. « Malgré une trésorerie saine, l'année sera moins bonne », évalue Jean-Marie Batail, le président du club.

Les clubs nautiques bretons accueillent moins de pratiquants et sont tous logés à la même enseigne. C'est pareil pour les compagnies de balades en mer. À la pointe bretonne, l'agence d'attractivité Finistère 360° essaie d'ailleurs de redresser la barre, avec la création d'un...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/08/2020 à 16:28 :
Ttes voiles dehors !!
Bien sûr , la Bretagne sait faire.
Mais aussi la Vendée qui de plus, abrite les plus gros chantiers mondiaux , où les sloops, ketch ou day cruisers st montés à la chaîne par centaines chaque années avec 70% mini à l'export.
Encore faut-il pour cet écosystème, qu' un bon vent d'optimisme le pousse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :