Numérique et biotechs : des startups et PME bretonnes en action

 |  | 616 mots
Lecture 3 min.
2 millions, c'est le nombre de tests sérologiques rapides de dépistage produits à partir de cet été.
2 millions, c'est le nombre de tests sérologiques rapides de dépistage produits à partir de cet été. (Crédits : AKHTAR SOOMRO)
FACE A LA CRISE. Pendant le confinement, Ambuliz, NG Biotech, ScaleDynamics et Kerlink se sont retroussé les manches. Ces startups et PME du numérique et des biotechnologies sont un des atouts de la Bretagne pour surmonter la crise.

Solutions logistiques pour les hôpitaux, outils digitaux pour rompre l'isolement, technologie visant à limiter la propagation du virus sur les lieux de travail, tests de détection... Depuis le début de la crise, une cinquantaine de startups bretonnes proposent de manière solidaire des solutions ou des offres spéciales afin de lutter contre le COVID-19. Pour surmonter la crise sanitaire et demain économique, l'écosystème numérique fait partie des atouts de la Bretagne. Ce tissu d'entreprises soudé sait jouer collectif et créatif. Spécialisée dans l'optimisation du transport sanitaire, la jeune pousse rennaise Ambuliz a ainsi ouvert en mars une plateforme de gestion des stocks et consommables COVID-19 (masques, blouses, gel, tests, lits...). Ce soutien logistique gratuit a été utilisé dans une quinzaine d'hôpitaux et lui ouvre de nouvelles perspectives pour la gestion des flux de patients.

« Plusieurs établissements se sont déclarés intéressés. Nous nous servons de ces outils développés dans l'urgence pour répondre à une problématique qui émergeait depuis des années. Le Covid a un effet de prise de conscience du retard et de la nécessité de s'équiper », estime Antoine Bohuon, directeur général d'Ambuliz.

Le coeur d'activité de la société reste la commercialisation de sa solution de fluidification des transports sanitaires qu'elle souhaite déployer au niveau national.

De la même manière, la société de biotechnologies de GuipryMessac, NG Biotech (40 personnes, 3 millions d'euros de CA), a lancé en avril la commercialisation d'un test sérologique rapide de détection de l'infection au virus du Covid-19. Il s'inspire d'une innovation de l'entreprise en matière de test de grossesse. Deux millions de tests seront produits par mois à partir de cet été (4 millions en 2021) et écoulés en priorité dans le système de soin français. Le ministère des Armées (DGA) finance le projet à hauteur de 1 million d'euros. Un deuxième site de production en série vient d'ouvrir. Cette capacité industrielle doit permettre d'assurer la production des récents contrats, dont 100.000 tests commandés par la région Bretagne.

ng tech

NG Biotech s'est inspiré d'une innovation en matière de test de grossesse pour élaborer son test de dépistage du Covid-19.

Projets internationaux

D'autres entreprises ont ouvert leur technologie. Les capacités mathématiques et les compétences en intelligence artificielle (IA) de Scale Dynamics ont contribué à un projet international initié par la société canadienne DarwinAI. L'application Web Covid-Net JS, disponible en open source, utilise l'IA pour détecter la maladie à partir d'une radio pulmonaire, avec un très fort taux de probabilité. La startup rennaise créée en 2018 par Gilbert Cabillic n'a cependant aucune intention commerciale. « Cette application n'est pas notre coeur de business », souligne Dominique Péré, directeur marketing de cette structure de 15 personnes qui se concentre sur la commercialisation en Europe, aux États-Unis et au Canada de sa plateforme WarpJS. Celle-ci accélère la création d'applications Web et mobiles, et automatise le déploiement d'applications sur le cloud.

Solution de suivi (sans GPS, sans smartphone) des contacts de proximité sur les lieux de travail (usines, chantiers, prisons, sites miniers, écoles...), déployable en quelques semaines, Universal Contact Tracing a été mise au point avec l'américaine Microshare et la PME rennaise Kerlink. Fondée sur la technologie LoRaWAN, elle dope au bon moment le cours de Bourse de ce fournisseur international de solutions IoT au service des opérateurs télécoms, des entreprises publiques ou privées. Kerlink veut renouer avec la croissance après des résultats annuels 2019 (chiffre d'affaires : 13 millions d'euros, -24%) en demi-teinte et une trésorerie dégradée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/08/2020 à 20:10 :
Laisse les mensonges s'il te plait beau regard pour laisser aller les forces de la morve ne dis pas que c'est une pandémie que personne n'imagine ne pas faire gaïman de Bill que tu fais Bill Gates tu auras peur
a écrit le 08/08/2020 à 20:10 :
Laisse les mensonges s'il te plait beau regard pour laisser aller les forces de la morve ne dis pas que c'est une pandémie que personne n'imagine ne pas faire gaïman de Bill que tu fais Bill Gates tu auras peur

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :