Rennes : Agriloops va ouvrir la première ferme aquaponique en eau salée d'Europe

 |   |  406  mots
Jérémie Cognard (à g.) et Romain Vandame comptent ouvrir leur unité de production près de l'Agrocampus Ouest.
Jérémie Cognard (à g.) et Romain Vandame comptent ouvrir leur unité de production près de l'Agrocampus Ouest. (Crédits : DR)
La startup souhaite produire des crevettes ultrafraîches non congelées et élevées dans une démarche durable. Agriloops a levé 1,4 million d'euros pour accélérer son projet et valider sa technologie. Le passage à la phase industrielle est prévu pour 2020.

Des gambas françaises et ultra-fraîches, des tomates cerises plus sucrées et avec plus de vitamine C : à l'heure de l'agriculture urbaine, l'aquaponie fait des émules. C'est sur ce système durable, qui allie aquaculture et culture maraîchère en utilisant un seul intrant biologique et en recyclant les déchets animaux pour fertiliser les légumes, que parient les cofondateurs d'Agriloops.

La startup rennaise cherche à innover en développant, en eau salée et non plus en eau douce, une production de crevettes haut de gamme. La jeune pousse qui compte 7 personnes a levé fin 2018 1,4 million d'euros pour accélérer son projet de ferme pilote et valider sa technologie en situation réelle. Associé au recrutement de nouveaux collaborateurs, le passage à la phase industrielle est prévu pour courant 2020.

« Nous avons largement dépassé l'objectif des 500.000 euros défini lors de notre campagne de crowdfunding sur la plateforme Sowefund, ce qui nous permet de voir plus loin et dans la sérénité », souligne l'ingénieur agronome Jérémie Cognard, coassocié dans ce projet à Romain Vandame.

« Outre des investisseurs privés et des business angels tels que Gérard Higuinen, ex-président du groupe...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2019 à 8:52 :
"des tomates cerises plus sucrées et avec plus de vitamine C "

Plus sucrées que des tomates cerises ça doit être trop sucré du coup, par ailleurs si on pouvait éviter la propagande "vitamine C" sachant que nous en consommons régulièrement et que du coup il est rare d'en manquer, parce que l'on a pas besoin de se l'injecter par perfusion hein, ce serait bien d'arrêter de nous amuser avec cet argument que j'entends depuis trente ans.

Sinon c'est une bonne idée maintenant la crevette fraiche suffit largement à la plébisciter, suffit de la comparer avec les surgelées des bateaux usines qui se ressemblent toutes en goût quand il y en a, grâce à son gout.

Par contre avez vous résolu le problème de la souffrance animale étant donné que j'ai vu que la pratique la plus courante se repose sur une amputation de la crevette mâle ou femelle je ne sais plus laquelle, à des fins de reproduction si j'ai bien compris ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :