Bière Ch’ti : à 40 ans, la soif d’investir de Castelain ne se dément pas

 |   |  540  mots
Pour augmenter la capacité de production, la brasserie Castelain a investi 7 millions d'euros en cinq ans.
Pour augmenter la capacité de production, la brasserie Castelain a investi 7 millions d'euros en cinq ans. (Crédits : Castelain)
L’entreprise familiale poursuit son développement en augmentant sa capacité de production, en étoffant sa gamme de nouvelles bières et en visant l’international – elle est déjà présente dans 16 pays.

La troisième génération entre en piste ! Nicolas, fils d'Yves Castelain, succède cette année à sa tante, Annick Castelain, au poste de directeur général de la brasserie, après avoir travaillé douze ans dans l'entreprise. Située à Bénifontaine (Pas-de-Calais), la brasserie a été créée en 1926, avant d'être reprise en 1966 par les grands-parents de Nicolas Castelain. « Nous allons continuer à développer notre présence en grande distribution (55 % du CA) et en restaurants et bars (25 %) mais aussi à renforcer les ventes en magasins spécialisés bio, chez les cavistes, dans la restauration hors domicile et dans les évènements comme les festivals, en France et à l'international », souligne le nouveau dirigeant. La brasserie Castelain exporte déjà 8 % de son chiffre d'affaires dans 16 pays, et notamment la Belgique, le Japon (très friand de la Jade) et les États-Unis.

Pour permettre d'augmenter la capacité de production, la brasserie Castelain a investi 7 millions d'euros ces cinq dernières années, avec notamment l'installation de quatre cuves de maturation, afin de produire 4.000 hectolitres supplémentaires. « Cette année, nous continuons d'investir dans la partie bière de garde,...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2019 à 9:16 :
La bière remplace petit à petit tous les apéros forts et facile à produire en artisanal et en bio on ne peut que constater sa croissance et son succès.

L'industrie et l'artisanat s'y retrouvant, même si bien entendu toujours plus difficile pour ces derniers, on ne peut qu'en être satisfait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :