Grand Paris  : des logements pour les plus démunis qui travaillent

 |   |  673  mots
Le Premier ministre Manuel Valls et Jean-François Carenco, préfet de la région Île-de-France, sont très actifs dans la mise en oeuvre du Grand Paris
Le Premier ministre Manuel Valls et Jean-François Carenco, préfet de la région Île-de-France, sont très actifs dans la mise en oeuvre du Grand Paris (Crédits : Reuters)
L'Etat a passé avec la SNI, filiale immobilière de la Caisse des dépôts, un contrat priorisant les salariés mal-logés dans les attributions de logements sociaux.

Les ménages bénéficiant d'un droit au logement opposable (Dalo) seront priorisés par les politiques publiques du logement sur le territoire du Grand Paris. La filiale immobilière de la Caisse des dépôts, la SNI, un des principaux bailleurs sociaux franciliens (106.000 logements sous gestion dans la région), s'est en effet engagée auprès de la préfecture d'Île-de-France à « porter à 20 % minimum la part des ménages Dalo dans le volume global des attributions » de ses programmes de logements sociaux.

Au sein de ces 20 % : « la part des ménages salariés dans les quartiers en difficulté sera renforcée : ces ménages, qui représentent aujourd'hui 50 % des ménages (Dalo ndlr) demandeurs de logement, seront donc privilégiés dans les attributions réalisées dans ces quartiers de politique de la ville en cohérence avec les contrats de ville signés et les conventions afférentes », expliquent dans un communiqué commun la Sni et la préfecture.

31.000 ménages Dalo en Île-de-France

 Concrètement, le droit au logement opposable (Dalo) permet à des personnes mal-logées de faire valoir leur droit à un logement ou à un hébergement digne. Elles peuvent être des personnes sans domicile, des demandeurs d'un logement social depuis au délai anormalement long sans avoir reçu de proposition adaptée, des personnes menacées d'expulsion sans relogement, hébergées dans une structure d'hébergement plus de 6 mois consécutifs, logées dans des locaux insalubres, ou suroccupés dans certains cas.

Aujourd'hui, 31 000 ménages Dalo sont dans l'attente d'un logement social en Île-de-France, sur un total de 550.000 demandeurs, et alors que 80.000 logements sociaux sont attribués chaque année.

La SNI, garant pour l'Etat du logement des plus démunis

L'Etat utilise donc la SNI pour s'assurer du logement des plus démunis sur le territoire franciliens, et plus globalement pour y atteindre ses objectifs en matière de construction de logements. En parallèle, la filiale de la Caisse des dépôts devrait en effet produire 35.000 logements sociaux et intermédiaires d'ici 2021, soit 8% des objectifs de l'Etat en matière de construction de logements sociaux dans les territoires prioritaires déterminés dans l'article 1 de la loi relative au Grand Paris de 2010,. Celle-ci fixe l'objectif de construire 70.000 logements par an «  géographiquement et socialement adaptés en Ile-de-France ».

Limiter le risque de créer une métropole à deux vitesses

Ces accords signés par la SNI et l'Etat marquent l'intention des pouvoirs publics de limiter le risque de créer une métropole du Grand Paris à deux vitesses, où les inégalités territoriales augmenteraient.

Ils montrent aussi que le logement reste aujourd'hui le meilleur moyen pour faire de la mixité sociale à court terme dans l'agglomération francilienne, faute notamment de péréquation financière efficace entre les communes de la métropole du Grand Paris, et d'un urbanisme concerté. Ces manœuvres sont aussi révélatrice sde la tutelle de l'Etat, Manuel Valls en tête, sur le développement de la métropole du Grand Paris. Matignon a en effet repris le dessus ces derniers mois sur les élus afin notamment d'éviter les querelles de chapelle entre communes sur la répartition des populations.

Organiser l'urbanisme à l'échelle de la métropole

Du reste, instaurer de la mixité uniquement par le logement ne saurait suffire. Car se limiter au seul sujet de l'habitat, sans penser les services publics qui accompagnent l'implantation des populations, ne fera que retarder l'échéance d'une nouvelle ghettoïsation.

Assurément le problème ne pourra se résoudre qu'au niveau d'une gouvernance métropolitaine cohérente, qui organise l'urbanisme et la répartition des moyens pour limiter la création de ghettos. Sur ce point fondamental, tout n'est pas encore très clair, et la métropole se donne du temps pour monter en puissance. Peut-être que l'élection du président de la métropole du Grand Paris le 22 janvier prochain accélérera les choses.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/12/2015 à 23:18 :
Le problème c'est la centralisation : tant que tout sera basé à Paris , et en second lieu Marseille et Lyon, le reste du pays sera limité.
Et au fait, la sécurité à Marseille est le premier problème de la ville : il est temps d'agir, vite.
a écrit le 25/12/2015 à 19:01 :
le contribuable va encore subventionner aux exploiteurs une main d'oeuvre à bas coût
a écrit le 25/12/2015 à 9:12 :
Obliger à la construction de logements sociaux n'est qu'une des faces du problème : tant qu'on n'imposera pas en symétrie aux villes des niveaux plafonds de logements sociaux, de manière à la fois à répartir sur tout le territoire leur charge et à assurer une mixité sociale réelle, on continuera à créer des ghettos. Voyez le "neuf trois" du Président de l'Assemblée Nationale, cet échec humain, économique et social patent mais jamais avoué...
Réponse de le 01/01/2016 à 14:38 :
Et que fait on de ceux qui ne veulent pas de la mixité sociale ?
a écrit le 24/12/2015 à 11:23 :
enfin, on va virer les bobos de gauche des logements aidés pour y mettre ceux qui en ont vraiment besoin. Quand fera t on de même avec les HLM ?
le marché de la location immobilière est complétement désorganisé par des pratiques de copinages et de favoritisme indignes. et nos élus ne sont pas les derniers à en profiter.
a écrit le 24/12/2015 à 9:22 :
La politique d’assistanat du patronat continue. Puisque celui-ci refuse de verser un salaire décent permettant au minimum au salarié de se nourrir et de se loger, c’est sur fond public que l’on permet malgré tout à ces esclaves modernes de ne pas finir à la rue.

Bien entendu, le gouvernement va se vanter d’aider ceux dans le besoin, alors que, dans les fait, il aide surtout les entreprises à rendre acceptable de verser des salaires indignes puisque la puissance publique complète.
a écrit le 24/12/2015 à 9:02 :
Bonne nouvelle de prioriser les travailleurs pauvres pour les logements sociaux. Que des travailleurs ne puissent pas se loger, sortent du travail en costard et vivent dans la rue, étaient anormal quand on voit le parc de logements sociaux et ce qui en est fait.
a écrit le 23/12/2015 à 19:19 :
Le vrai problème, c'est d'avoir abandonné la politique de décentralisation des années 1970
avec la Datar. Est-ce raisonnable de concentrer 17 millions de personnes dans 40 Km 2
en île de France alors qu'il y a des régions désertiques?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :