Comment Versailles veut devenir la ville verte de référence

 |   |  678  mots
« C'est un lieu tellement fort qu'il nous fallait un projet hors-norme. Notre stratégie est d'avoir un nouveau paradigme en pensant la ville différemment. Ici, vous avez le mariage entre le construit et la nature afin d'affirmer que la ville équilibrée naît de ce juste partage », explique François de Mazières, maire (DVD) de Versailles.
« C'est un lieu tellement fort qu'il nous fallait un projet hors-norme. Notre stratégie est d'avoir un nouveau paradigme en pensant la ville différemment. Ici, vous avez le mariage entre le construit et la nature afin d'affirmer que la ville équilibrée naît de ce juste partage », explique François de Mazières, maire (DVD) de Versailles. (Crédits : Reuters)
François de Mazières, maire (DVD) de Versailles, veut ériger sa ville en « modèle international de ville du développement durable ». C'est l'objet du projet "Terres de Versailles" présenté vendredi 23 mars.

Une commune « qui pense l'avenir avec un équilibre entre la ville et la nature », c'est le positionnement adopté pour sa ville par François de Mazières, maire (DVD) de Versailles et président de la communauté d'agglo Versailles Grand Parc, depuis qu'il a quitté la députationC'est dans cette optique que s'inscrit le nouveau projet "Terres de Versailles" présenté ce 23 mars pour une ville qui possède déjà 50% de verdure sur son territoire.

Sur un ancien terrain militaire de vingt hectares, entre le domaine du Château et Saint-Cyr-l'École, l'édile ambitionne de construire, d'ici à 2026, un hôtel en bois avec salle de conférence, une ferme écologique et 544 logements comprenant des maisons individuelles, des immeubles de deux étages maximum et des logements sociaux. 60% de cette surface seront dédiés aux espaces verts avec, dont 150 jardins partagés, 2 hectares d'espaces agricoles et un verger.

Un mariage entre le construit et la nature

« C'est un lieu tellement fort qu'il nous fallait un projet hors-norme. Notre stratégie est d'avoir un nouveau paradigme en pensant la ville différemment. Ici, vous avez le mariage entre le construit et la nature afin d'affirmer que la ville équilibrée naît de ce juste partage », explique François de Mazières.

Le promoteur Icade, qui a répondu à cette contrainte environnementale, a remporté le marché grâce à « un projet global avec une exigence assez exceptionnelle : garder de la vraie nature et non trente centimètres de gazon ». Évidemment, sur un tel site, les associations du patrimoine se sont mobilisées mais le maire de Versailles dit les avoir écoutées :

« On a modifié le PLU, la moitié des terrains sera protégée en terre agricole ».

Humanisme et humilité

Très fier, François de Mazières le déclare sans fard :

« Versailles a l'ambition d'être LA ville verte à l'international. La ville de demain sera la ville du développement durable. »

Icade ne pouvait rêver meilleure vitrine. « C'est notre plus beau projet de par sa localisation et son ampleur, se félicite son directeur général Olivier Wigniolle. Nous voulons être les concepteurs de la ville de demain. » Maurice Sissoko, DG d'Icade Promotion, rappelle les intentions de départ : « L'humanisme et l'humilité ».

Le retour de la nature en ville

Concrètement, le projet se décline sur quatre aspects complémentaires : le paysage, des « pièces de verdure », des promenades et un « rationalisme ornemental ». Précisément, une terrasse d'un kilomètre de long verra le jour dans le prolongement des allées du Château pour « structurer » l'ensemble et surtout « voir sans être vu » des visiteurs.

Idem grâce à des venelles, une « prairie des sports », « un jardin lacustre », « lieu de contemplation » selon son architecte Adrien Lambert, et « une promenade de l'eau » car « c'est une si belle chose quand on découvre un lieu ». Un retour de la nature en ville dont rêve le maire de Versailles, qui a déjà mis en place l'opération "Fleurissons nos murs" permettant aux habitants de végétaliser des surfaces de quinze centimètres de large devant chez eux.

544 vélos électriques offerts aux habitants

La mobilité propre et silencieuse sera également au cœur du projet avec une navette autonome prévue pour relier la gare de Versailles-Chantier, des cheminements en impasse pour les voitures particulières et des parkings collectifs en sous-sol bénéficiant d'un accès individuel pour les maisons situées en surface. Conscient que le futur quartier est excentré du centre-ville, le maire a aussi demandé que 544 vélos soient électriques offerts aux habitants.

La commune, qui s'est dotée d'un schéma directeur des circulations douces dès 2004, offre en outre près de 85 kilomètres (et bientôt 98) d'itinéraires cyclables. Versailles, qui compte 1.350 places de stationnement-vélo déjà saturées, dit réfléchir à de nouveaux emplacements.

Lors des Jeux olympiques, les amateurs de chevaux prendront-ils des deux-roues pour se rendre aux épreuves d'équitation qui se tiendront sur ce site ? Réponse en 2024.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2018 à 10:47 :
Il y a un petit bout de vert à Versailles : le parc du château. Pour le reste autour, ce n'est que goudron, béton, circulation automobile et ferroviaire, bruits d'avion. Ville verte de référence ? Une belle blague.
a écrit le 26/03/2018 à 11:48 :
Comment peut-on croire que construire sur de la terre agricole ce soit un acte écologique. Même en bois ça artificialise le sol. Distribuer 500 vélos ça va empêcher les familles d'avoir 1000 voitures ? La vrai écologie c'est d’arrêter de construire sur des terres non construites et densifier la construction en faisant des étages et des transports en commun. Tout le reste c'est de la foutaise.
a écrit le 26/03/2018 à 9:43 :
.. et quelques petits traitements dans le potager du Roi, dont les arbres sont en train de crever suite à un management en "Bio"..
a écrit le 25/03/2018 à 14:28 :
Et aussi un nouveau gros parking et centre commercial près du chateau pour attirer plus de touristes et consommateurs (soit plus de pollution issue de trajets inutiles). Comme dans toute opération marketing on met la poussière sous le tapis en espérant que personne ne la verra.
a écrit le 25/03/2018 à 10:29 :
Et pourquoi pas deux ou trois éoliennes, qu'en penses-tu Louis? Et l'assainissement, tu sais le bazar bien camouflé, c'est à peu près convenable?
a écrit le 24/03/2018 à 16:02 :
vert couleur de l'islam : n'est ce pas un déplacé en ce jour ???
a écrit le 24/03/2018 à 12:16 :
en même temps, des rénovations de avec des pavés importés de Chine, des chaussés bitumées de frais lacérées de multiples tranchés pour divers réseaux (bilan carbone de ces pratiques???, combien de milliers de km en vélo électrique pour compenser les tonnes de carbone dégagées par la fabrication de bitume, de ciment....) Des efforts de cohérence au quotidien, certes moins glamour que les annonces de cet article ( apparemment vertueuses), sont encore à faire!!
a écrit le 24/03/2018 à 10:29 :
Bonne idée et bonne initiative.

Mais c'est facile quand on a de la thune à plus savoir qu'en faire. Faites donc une étude sociologique comparative avec les villes du 93, qu'on rigole un peu xD

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :