La civic tech s'invite à Presles (Val d'Oise) : de la connexion à l'hyperconnectivité

 |   |  558  mots
Le signal Internet est encore défaillant dans de trop nombreuses zones. Ici, vue sur la mairie-école de Presles, rue Pierre-Brossolette : association d'un bâtiment conventionnel du XIXe siècle à une extension récente.
Le signal Internet est encore défaillant dans de trop nombreuses zones. Ici, vue sur la mairie-école de Presles, rue Pierre-Brossolette : association d'un bâtiment conventionnel du XIXe siècle à une extension récente. (Crédits : P.poschadel via Wikimedia / CC0 BY-SA)
À Presles (Val d'Oise), 3.800 habitants, la révolution numérique s'invite dans le quotidien de la commune, à équidistance des conseillers municipaux et des citoyens.

À 30 kilomètres au nord de Paris, à la limite du Val-d'Oise (Île-de-France) et l'Oise (Hauts-de-France), vit Gérard Scholla, deuxième maire adjoint (LR) de Presles, chargé de la communication, des travaux et du développement des nouvelles technologies.

En 2012, inspiré par l'exemple de Bar-le-Duc (Meuse), pionnier dans ce domaine, l'élu entend prendre le virage du numérique et de la dématérialisation « bien que la commune soit petite et moyenne », avec 3.800 habitants. Les tableaux numériques dans les écoles sont encore loin, car Presles part avec un « gros handicap » : le cheminement du signal Internet.

Avec ses confrères édiles, il décide alors de créer le syndicat Val-d'Oise Numérique pour obtenir la fibre - elle arrivera à Presles cette année -, en accord avec la volonté d'Arnaud Bazin, ancien président (LR) du conseil départemental, devenu aujourd'hui sénateur, qui voulait la voir couvrir l'ensemble de leur territoire au plus tard en 2020.

Dès que cela a été annoncé, « nous avons subi une pression énorme de la part de la population, afin qu'on accélère et qu'on lui permette d'obtenir ce confort », affirme Gérard Scholla.

C'est le temps des premières initiatives comme l'éducation aux ordinateurs, aux tablettes et aux smartphones pour les personnes âgées, en lien avec deux associations : « Cela a très bien fonctionné. Les seniors sont satisfaits », assure-t-il six ans plus tard.

"On a une page Facebook, ça se bouscule quand il y a de la neige"

Autre sujet dont cet adjoint semble fier : deux "journaux numériques", qui donnent tous les jours des informations locales. Concrètement, il s'agit de deux tableaux d'affichage accrochés à des poteaux d'éclairage public que l'élu pilote depuis son domicile :

« Par exemple, dès qu'un loto est organisé, je l'annonce. Pareil avec les travaux, une coupure de courant... C'est comme un tweet pour informer l'habitant. »

Depuis l'an dernier, il existe même une application dédiée à la commune, là encore assez exhaustive : des alertes travaux, l'agenda, le respect des conditions de collectes ménagères, des recommandations prévues à cet effet, les démarches d'état civil... Outil le plus utilisé, l'onglet "Signaler" :

« Si l'administré constate un problème d'assainissement, de dégradation... il s'identifie, apporte une description et peut même prendre une photo. L'information est alors envoyée à la mairie et traitée rapidement. Cela évite les appels téléphoniques et désencombre l'accueil physique. »

La dématérialisation administrative se poursuit avec la publication de tous les arrêtés municipaux sur le site Internet de la ville, ainsi que l'utilisation par le maire, les adjoints et les services d'un parapheur électrique pour se libérer de cette charge de travail. L'interactivité, enfin, demeure une priorité :

« Notre population est de plus en plus branchée. On a une page Facebook, ça se bouscule parfois quand il y a de la neige, mais on prend ainsi conscience des problèmes des gens. »

Les personnes handicapées et/ou à mobilité réduite ne sont pas oubliées pour autant : « Nous bénéficions d'un boîtier intelligent qui leur permet d'obtenir le même service public que les autres. » Parents, enfants, jeunes, personnes âgées, hommes, femmes... Presles a déjà adapté et amélioré sa démocratie locale grâce aux outils numériques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :