Avec les œufs Poulehouse, le consommateur finance la retraite des poules

 |   |  397  mots
Avec un second tour de table de 3,5 millions d'euros, Poulehouse veut « s'imposer comme la référence de l'œuf éthique ».
Avec un second tour de table de 3,5 millions d'euros, Poulehouse veut « s'imposer comme la référence de l'œuf éthique ». (Crédits : DR)
Fini, l’abattage prématuré pour cause de baisse de la productivité  ! Dans les élevages de la startup normande Poulehouse, les pondeuses meurent de leur belle mort.

Le saviez-vous ? Une poule pondeuse vit en moyenne jusqu'à six ans, mais rares sont celles qui atteignent cet âge avancé. L'immense majorité est envoyée à l'abattoir à 18 mois, dès lors que leur productivité fléchit. La startup rouennaise Poulehouse a été créée pour prendre le contre-pied de ce modèle, au nom du bien-être animal. Elle se flatte de proposer « le premier œuf qui ne tue pas la poule ».

Le concept est aussi simple que vertueux. En payant le juste prix (entre 4 et 6 euros la boîte de six œufs, selon qu'ils sont bio ou de plein air), le consommateur finance la fin de vie des poules. « C'est une forme de retraite par capitalisation », sourit Fabien Sauleman, le président de Poulehouse.

La société, qui possède sa propre ferme dans le Limousin, est associée à des producteurs qui s'engagent à élever les gallinacées en plein air et sans abattage en échange d'une rémunération bonifiée, jusqu'à 25 % au-dessus du prix du marché. Lancée en 2017, la marque connaît un succès retentissant. En deux ans, plus de 3 millions d'œufs ont été écoulés en France et en Belgique, notamment grâce à un partenariat avec Carrefour. De quoi se sentir pousser des ailes.

Lire aussi : Avec le robot Spoutnic, les poules pondent sans stress

Une levée de 3,5 millions d'euros

Après une première levée d'un million d'euros, Poulehouse vient de finaliser un second tour de table de 3,5 millions auprès de Quadia et des fonds régionaux de la Caisse d'Épargne et de Normandie Participations. L'objectif  ? « S'imposer comme la référence de l'œuf éthique » en développant son réseau de fermes et en partant à la conquête de marchés parallèles, restauration ou produits transformés.

Pour affermir ses promesses éthiques, Fabien Sauleman veut aussi généraliser chez ses partenaires la solution de « sexage in ovo » développée aux Pays-Bas par une startup allemande, Seleggt. Cette technique permet, grâce à un simple prélèvement dans l'œuf, de déterminer le sexe du futur poussin. « Elle évite, puisque l'on ne couve plus que les femelles, le broyage cruel des poussins mâles. » Un couvoir expérimental pourrait voir le jour en Normandie. De l'eugénisme pour la bonne cause, en somme.

Lire aussi : FoodTech : vers une industrie agro-alimentaire plus responsable ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2019 à 19:46 :
mes poules sont d'une race locale et meurent de vieillesse, elles pondent moins que les Rhôde island, (les fameuses poules rousses qui n'ont rien de local), mais bien plus longtemps.
De toute façon chez-moi ces poules rousses dépassent rarement 3 ans, elles s'épuisent à trop pondre. C'est déprimant, elles n'ont que la peau sur les os.
Dire qu'en Vendée il a éxisté une très vieille race de poules noires à grandes pattes, mais que 30 oeufs par an vivant largement plus longtemps que 10 ans, 18 ans pour une de notre voisine.
a écrit le 15/12/2019 à 10:46 :
Est il utile de préciser que c'est le consommateur qui finance la retraite des pondeuses, c'est toujours lui qui finance les mesures prisent et même quelque fois quand elles ne sont pas appliquées.......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :