Suez et Charier s’allient pour valoriser les déchets du BTP de la métropole nantaise

 |  | 718 mots
Lecture 4 min.
A Nantes, l'Ecopôle de Cheviré est voulu pour être en accord avec la feuille de route de l’économie circulaire de Nantes Métropole et les exigences règlementaires de la loi de transition énergétique.
A Nantes, l'Ecopôle de Cheviré est voulu pour être en accord avec la feuille de route de l’économie circulaire de Nantes Métropole et les exigences règlementaires de la loi de transition énergétique. (Crédits : Gael Arnaud)
A Nantes, Suez et l'acteur des travaux publics Charier viennent d’investir 10 millions d’euros pour déployer une plateforme de recyclage et de valorisation des déchets du BTP sur la métropole nantaise. Une solution voulue pour faire face à l’insuffisance des capacités de traitements actuelles et limiter les transports de matériaux hors du département.

Ce n'est, finalement, pas une mais deux plateformes de recyclage et de valorisation des déchets du BTP qui vont émerger sur le domaine du Grand Port Maritime de Nantes-Saint-Nazaire, au pied du pont de Cheviré, reliant le Nord et le Sud de l'agglomération nantaise. Un lieu idéalement situé pour capter près du quart des deux millions de tonnes de déchets produits chaque année par la métropole nantaise où se multiplient les chantiers en raison de la raréfaction du foncier et de l'émergence de 6000 logements neufs par an, pour ne citer qu'eux. La plateforme Nord, Atlantic Terres Solutions (ATS), détenue à 50/50 par la filiale de Suez, IWS Minerals et Charier se destine à recevoir des excédents de terrassement, du béton, des croutes d'enrobés... et des terres végétales polluées. La plateforme Sud, elle, 100% Suez, fonctionnant comme une déchetterie professionnelle...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :