« Sans le crédit d’impôt recherche, j’aurais peut-être choisi Londres ou Luxembourg » (PDG de Rakuten)

 |   |  704  mots
« Il ne faut pas démotiver les créateurs d'entreprises » insiste Hiroshi Mikitani, le fondateur et PDG de Rakuten.
« Il ne faut pas démotiver les créateurs d'entreprises » insiste Hiroshi Mikitani, le fondateur et PDG de Rakuten. (Crédits : Reuters)
Hiroshi Mikitani, le PDG du groupe japonais Rakuten, faisait partie de la trentaine de grands patrons conviés au Conseil stratégique de l’attractivité ce lundi. Le fondateur du numéro deux mondial de l’e-commerce, maison-mère de PriceMinister en France, qui a été décoré chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur par Laurent Fabius, a également annoncé la création dans la capitale de son premier centre de recherche en Europe. Interview.

Vous avez participé ce matin à l'Elysée au Conseil stratégique de l'attractivité et aviez deux minutes pour vous exprimer. Qu'avez-vous déclaré ?

Hiroshi Mikitani: Tout d'abord, je salue la volonté d'ouverture du Premier ministre et du Président. Ils n'ont pas eu peur d'affronter des personnes aux opinions très fortes sur l'environnement fiscal, sur la flexibilité de la législation du travail ou la simplification des procédures administratives. Mon principal message a été de dire que la France doit encourager les entrepreneurs. J'ai aussi demandé de diminuer la taxation sur les plus-values car elle risque de démotiver les créateurs d'entreprises ou les inciter à déménager rapidement vers un autre pays. Lorsque j'entends parler de la taxe à 75% (sur les très hauts revenus pour la fraction de rémunération supérieure à 1 million d'euros), je trouve cela vraiment décourageant, même pour moi. Il faut descendre sous les 50% si l'on veut soutenir l'écosystème des entrepreneurs et adopter des dispositions fiscales plus comparables à celles des autres pays d'Europe. Sinon les gens vont déménager.

Pourquoi avez-vous choisi Paris pour installer votre premier centre de R&D européen ?

Nous avons regardé d'autres villes en Europe. Mais les ingénieurs aiment vivre à Paris. Et nous avons eu une bonne surprise : le nombre d'ingénieurs de grand talent en France est plus important que ce que nous pensions. Je ne parle pas seulement de développeurs, mais de scientifiques de haut niveau, des spécialistes des données et du Big Data (« data scientists ») des scientifiques du langage, etc. D'habitude, nous avons toujours du mal à recruter, même au Japon, et nous nous trouvons en compétition avec Google, Facebook, LinkedIn ou Twitter. Ici, nous n'avons eu aucune difficulté et nous avons déjà embauché 8 personnes.

Est-ce que le crédit d'impôt recherche a constitué un élément déterminant ?

Nous recrutons des gens très intelligents mais notre centre de R&D ne sera pas énorme, comme celui d'un constructeur auto par exemple : le Rakuten Institute of Technology de Paris accueillera plus de 20 ingénieurs d'ici à la fin de l'année. L'effet du crédit d'impôt recherche sera graduel, nous ne réalisons pas encore assez de bénéfices pour que cela joue. Ceci dit, s'il n'y avait pas eu le crédit d'impôt recherche, j'aurais hésité et j'aurais peut-être choisi une autre ville, peut-être Londres ou Luxembourg.

Êtes-vous satisfait de l'évolution de PriceMinister, que vous avez acquis en 2010 ?

Nous avons progressivement fait évoluer son modèle économique. C'était une place de marché uniquement entre particuliers, aujourd'hui le site réalise plus de 50% dans le « BtoBtoC », la vente de professionnels aux particuliers, et devient une sorte de grande galerie marchande, un lieu de shopping. Notre prochaine étape sera de mieux combiner, dans un package pour l'utilisateur, tous nos services, qui vont de la liseuse Kobo au service de vidéo Viki (considéré comme le « Hulu » du reste du monde).

Pourquoi avez-vous racheté l'application de messagerie Internet Viber ? L'acquisition ne semble pas avoir plu aux investisseurs, l'action Rakuten a chuté de 9,5%...

C'est une acquisition audacieuse, les investisseurs ont peut-être besoin de plusieurs jours pour bien comprendre. Nous pensons que l'évolution naturelle de l'e-commerce est d'être plus interactif, plus attirant, plus humain. Avec Viber, nos utilisateurs vont pouvoir communiquer avec les vendeurs, partager leur avis sur un contenu lu sur Kobo. Le prix de 900 millions de dollars est très raisonnable si l'on regarde la valorisation d'autres services de messagerie comme Line [la rumeur évoque près de 30 milliards de dollars NDLR] ou WeChat. La différence est que Viber n'a pas encore réussi à monétiser sa base d'utilisateurs. C'est précisément notre expertise, la monétisation. Nous pourrons par exemple faire la promotion des contenus vidéo de Viki, qui existent déjà dans plusieurs langues, auprès des utilisateurs de Viber, et cela dans le monde entier. Avant, pour atteindre la masse critique, il fallait se lancer dans chaque pays. Nous appelons cela le projet « aigle » car Viber va nous permettre de déployer nos ailes dans le monde entier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2014 à 10:58 :
La chasse aux subventions est ouverte! Les chantages continuerons! Mais rien ne s'améliorera...!
a écrit le 18/02/2014 à 23:29 :
Pas de souci, ils mettent en France les activités aidées par les impots des francais, et leur holding financière groupe est au Luxembourg pour améliorer leurs impots ... Merci la France ...
Réponse de le 19/02/2014 à 1:55 :
@Paulo: tout à fait. C'est ce que j'essaie de dire d'une autre façon, mais mes commentaires sur le sujet sont censurés :-)
a écrit le 18/02/2014 à 18:42 :
Et combien d'ouvrier? 0 je suppose. En gros il faut un bac+5 pour avoir une chance de travailler dans ce pays... En plus les étrangers qui "s'installe" en France (si on peux appeler ça ainsi) le fond pour notre savoir faire puis ils produisent chez eux. Bravo pour cette réforme qui va encore plus détruire l'économie de notre pays.
Réponse de le 18/02/2014 à 23:47 :
Quelle bonne blague. Si des entreprises françaises basent leur r&d en France, c'est une excellente nouvelle ! Car ces emplois sont compétitifs à l'export, et font donc entrer des devises dans le pays sous forme de salaires. Et bien entendu, ces salaires sont dépensés, profitant ainsi aux emplois moins qualifiés du pays. Pensez-vous que tous les ingénieurs de la silicone valey ne dépensent pas leur argent des des petits commerces ? Des constructions immobilières ? Des voitures neuves ? Autant de travail induit pour les ouvriers du pays.
Réponse de le 20/02/2014 à 21:05 :
Et encore plus de travail d'ouvriers qui partent de France pour être fait par leur pays... Vous sembler oublier que notre pays a trop de chômage et que ceux concerné sont les moins diplômé !
a écrit le 18/02/2014 à 17:16 :
On a l'impression d'être les victimes d'une pauvre campagne de propagande...
a écrit le 18/02/2014 à 13:57 :
Voilà l'exception qui confirme la règle. Il va embaucher 20 ingénieurs. Le scoop ! On lui a demandé de dire du bien du gouvernement et de Paris, nouveau centre mondial de haute technologie en devenir. Merci qui? Jacquie Michel?Il sera rétribué et sans doute aura moins de contrôles fiscaux. Pathétique. 20 ingénieurs payés par les contribuables? L'arbre ne cache pas la forêt !
a écrit le 18/02/2014 à 13:45 :
Qu'il arrête de nous faire rire il ne regarde que son intérêt, il va reussir à me faire pleurer.
Réponse de le 18/02/2014 à 23:50 :
Rien ne vous empêche de créer votre entreprise, puis de la gérer bénévolement à l’intérêt des malheureux ! Mais je pense que quand votre patrimoine sera à risques, vous changerez rapidement de point de vue.
Réponse de le 19/02/2014 à 1:04 :
@ @Rire Oui mais la on parle des impôts que je paye et qui subventionne 20 ingénieurs. La belle affaire! l'Etat ne devrait pas pouvoir subventionner. Je suis pour le libéralisme pur et dur: l'intervention dans l’économie des états est nuisible.
a écrit le 18/02/2014 à 10:44 :
La grande braderie des médailles continue. C'est ça l'attractivité?
a écrit le 18/02/2014 à 10:20 :
stop à l'autodénigrement
Réponse de le 18/02/2014 à 10:46 :
Continuez à vous boucher les oreilles et les yeux, y a aucun problème en France, tout va très bien madame la marquise.
Réponse de le 18/02/2014 à 11:59 :
faut pas vous enerver, stop! c'est plutot marrant de voir le parti socialiste se prendre pour le front national dans un retournement de veste colossal !! ( et avec une grande naivete!)
a écrit le 18/02/2014 à 8:13 :
J'ose aller plus loin que Hiroshi Mikitani...Faut arrêter de faire chier les créateurs de start-up et autres entreprises.
Sinon , ça va vous revenir dans la gueule.
a écrit le 18/02/2014 à 7:22 :
Quelques remarques, il n'a pas choisi la France pour ses beaux yeux, mais pour les avantages fiscaux. Car l''image des Français dans le monde est plutot d'un peuple assez raciste...(voir les condamnations de l'ONU et le vote extreme droite trop important pour une démocratie, on est à la limite d'une dictature fasciste).
Après, il a recruté seulement 8 personnes, surement des PHD docteurs bac+8 en informatique, de nos meilleures écoles, alors je me demande leurs salaires et si ça vaut le coup ?
Et c'est pas en recrutement 8 ou 20 personnes que le chomage va baisser en France LOL, vous me direz c'est avec des gouttes d'eau qu'on remplit un océan ? LOL ..bof.
Par contre pour l'image de la France c'est HYPER important, car maintenant 99% des choses se fon par publicité et marketing et l'image !
Ensuite, les 75% ça n'existe pas en vérité, ya aucune entreprise qui paye ça, c'est une grosse blague.
Et enfin, et le plus important, beaucoup de Français détestent payer des impots, par esprit de rebellion et de haine, mais pleurnichent comme des bébés quand ya pas assez de police ou de maternelles ou de musées et de piscines ou de profs, ce sont des enfants gatés qui veulent le beurre, l'argent du beurre et le c de la crémière....Vraiment je pense que la France ne mérite pas son système social et on devrait tout privatiser, mais absolument tout, et on deviendrait des habitants raisonables et pas prétentieux et pleurnicheurs et jamais contents, toujours à critiquer et à cracher son venin partout.
Réponse de le 18/02/2014 à 10:45 :
J'ai bien rigolé à "dictature fasciste"!
Réponse de le 18/02/2014 à 18:05 :
Les Allemands rigolaient aussi avant les élections de 1933.
a écrit le 17/02/2014 à 23:05 :
Il faudrait déja penser a retenir les investisseurs francais...non??
a écrit le 17/02/2014 à 23:04 :
la taxe a 75% durera que 2 ans (encore un an) et l IS sera abaissé pour s harmoniser sur nos voisins, du moins c est ce qui est dit .Reste la fiscalité du capital bien trop elevée.
Et reste le code du travail qu il faudra nettoyer de fond en comble un jour ou l autre, c est ce qu il y aura de plus difficile
Réponse de le 19/02/2014 à 21:22 :
Avant de régler le code du travail il faudrait commencer par s’attaquer a celui du chômage. Quand officiellement on a 10% de chômage, la réalité doit pas être loin des 20%. Et ça c'est plus viable. On ne peut pas financer nos retraite ainsi que celles de nos parents et ce taux de chômage sur du long terme. Notre génération va craquer.
a écrit le 17/02/2014 à 20:24 :
Les ingénieurs et autres aiment vivre à Paris ou ailleurs pour payer moins d'impôts et autres avantages, mais à force de tuer la culture française, auront-ils al même opinion quand la France sera comme un pays du tiers-monde ? Je veux le beurre, l'argent du beurre et la crémière, mais la vache continuera-t-elle à produire du lait pour faire le beurre et conserver le boulot de la crémière ?
Réponse de le 18/02/2014 à 8:35 :
Franchement je doute que les ingenieurs aiment vivre a Paris. Car avec une paie d ingenieur, vous ne pouvez que vivre dans une banlieue quelconque et vous devez subir des heures de transport tous les jours
Enfin, c est vrai que pour un japonais, les heures de transport c est normal, et que si l entreprise paie le logement, le porbleme ne se pose plus et les etrangers (en particulier les japonais) ont une image sublimee de Paris

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :