Mailly (FO) écrit à Valls pour soutenir le projet Bouygues SFR

 |   |  550  mots
Jean-Claude Mailly, le patron du syndicat FO, vient d'écrire au nouveau Premier ministre une lettre militant en faveur d'un retour à trois opérateurs mobiles.
Jean-Claude Mailly, le patron du syndicat FO, vient d'écrire au nouveau Premier ministre une lettre militant en faveur d'un retour à trois opérateurs mobiles. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans un courrier adressé à Manuel Valls hier, le secrétaire général de Force ouvrière prend fait et cause pour le projet de rachat de SFR par Bouygues qui permettrait à la filière télécoms de revenir à trois opérateurs mobiles « viables. » Jean-Claude Mailly affirme que le projet rival de Numericable conduirait à des plans de suppressions d’emplois drastiques et un durcissement de la guerre des prix.

Jean-Claude Mailly monte au créneau. Le secrétaire général de Force ouvrière a écrit hier au nouveau Premier ministre, Manuel Valls, au sujet de l'avenir de la filière télécoms. Dans ce courrier daté du 3 avril dont la Tribune a pu consulter une copie, le patron du syndicat y défend surtout le projet de rachat de SFR par Bouygues et une « organisation raisonnée » du secteur, reprenant les termes d'Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif (et désormais de l'Economie et du Numérique). Il explique sans nuance pourquoi le projet rival de Numericable ne serait pas bon, à ses yeux, pour l'entreprise et la filière.

 

« Le projet d'achat par Altice propriétaire de Numericable, basé sur plus de 9milliards de dettes selon un LBO… a comme principaux inconvénients de ne pas traiter la question de la consolidation du secteur, de maintenir 4 opérateurs toujours en concurrence sur un marché saturé, de ne pas dégager le cash-flow nécessaire à la maintenance et l'évolution de l'actuel réseau SFR, de conduire à des plans de suppressions drastiques d'emplois (les LBO antérieurs d'Altice le démontrent), d'accroître la guerre des prix selon une logique de dumping aggravée et de baisser les investissements de la filière.

 

Maintien de l'emploi et concurrence « égalitaire »

Il fait totalement abstraction des engagements de maintien de l'emploi pendant trois ans, certes sous conditions, pris par Altice. A contrario, il prend fait et cause pour le projet de Bouygues, très soutenu par les salariés et les syndicats de l'opérateur filiale du groupe de BTP, et auquel il trouve toutes les vertus.

 

« Le projet de fusion Bouyges-SFR, et de vente du réseau mobile à Free, permet des investissements en cash flow et/ou en capitalisation d'investissement (CDC, groupes du CAC 40) et non en endettement LBO, des investissements ciblés sur 3 réseaux et non éparpillés sur 4, l'engagement d'un maintien de l'emploi pendant 36 mois côté Bouygues comme SFR sans aucune restriction. Surtout cela permet à la filière de revenir à 3 opérateurs avec chacun un réseau en propre, à taille équivalente sur le secteur de la téléphonie mobile, donc en situation de concurrence plus « égalitaire », le tout selon une gouvernance industrielle de l'entreprise. »

 

« Catastrophe industrielle, dumping et faillites »

Il dresse ensuite un tableau noir de la situation si ce retour à trois opérateurs « viables » ne se fait pas : « alors c'est le dumping et les faillites qui percuteront la filière, qui pourrait alors être rachetée pour l'euro symbolique par des groupes étrangers. Et ce au prix de dizaines de milliers de nouvelles suppressions d'emplois. » Force ouvrière considère que « l'Etat doit tout faire pour revenir à trois opérateurs », faisant valoir que « c'est une catastrophe industrielle qu'il faut éviter absolument. » Or la vente de SFR reste du ressort de sa maison-mère, entreprise privée, Vivendi. Même Arnaud Montebourg en a convenu. Vivendi réunit justement ce vendredi en fin de journée son conseil de surveillance pour trancher le sort de SFR. Les trois semaines de négociations exclusives avec Altice-Numericable se termine ce vendredi et il semble que le câblo continue d'avoir la préférence de Vivendi pour des questions de faisabilité de l'opération.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/04/2014 à 18:48 :
Perdu une fois de plus MAILLY a tout faux
a écrit le 05/04/2014 à 17:56 :
Eh bien, Mailly, comme d'hab, tu l'as dans le baba !!!
SFR vient d'être vendu à Numéricable.
J'espère que t'avais pas un Call sur Bouygues Télécom, sinon ...
Cordialement, camarade syndiqué, ah, ah , ah ....
a écrit le 05/04/2014 à 15:03 :
voila a quoi servent les syndicats :!!
a écrit le 05/04/2014 à 11:11 :
Numericable a pour actionnaire principale un suisse. Alors pourquoi permettre le rachat de sfr alors que Orange n'a pu acheter un opérateur en suisse. La réciprocité ça existe....
a écrit le 05/04/2014 à 11:01 :
les FRANCAIS font confiance aux syndicats !! d un pourcentage équivalent a celui des politiques
a écrit le 05/04/2014 à 10:57 :
1 François Asselineau vaut 4000 jean-clode mallhy.
a écrit le 05/04/2014 à 10:33 :
Payé par qui ?
La France , l'Allemagne...l'Angleterre ?
a écrit le 04/04/2014 à 22:57 :
Mais quel guignol !!!

Il ferait mieux de penser aux sous traitants et fournisseurs qui devront fermer boutique !
a écrit le 04/04/2014 à 18:40 :
Il est payer par qui ?de quoi ce mêle t il ?. Il ferait mieux de réformer son syndicat digne du politique bureau qui élit son président en petit comité depuis 50 ans on est pas loin de la mafia
Réponse de le 04/04/2014 à 19:23 :
Il agit sur ordre FO est le syndicat maison chez Bouygues . Si vous voulez monter dans la hiérarchie de bouygues Telecom le mieux c est e prendre une carte FO.
Réponse de le 05/04/2014 à 0:00 :
et ya pas que chez Bouygues... dans les grands groupes "francais"
a écrit le 04/04/2014 à 17:44 :
Pour faire passer sa préférence, qu'il avance donc les fonds, ce Meussieu. Plus fort qu'HSBC! Non mais, dans quel pays vit-on? Ferait mieux de s'interroger sur ce que va devenir Alstom, dans tout ça...D'ici que Martin le vende à des asiates pour faire du cache. Ils auront bonne mine, Montebourg et Mailly.
Réponse de le 04/04/2014 à 19:45 :
Les chinois et japonais ont déjà mieux que votre boui-boui... ;-)
a écrit le 04/04/2014 à 17:15 :
Et si SFR faisait un référendum auprès de ses clients ? par que sont eux les premiers concernés
Réponse de le 04/04/2014 à 17:20 :
En quoi les clients sseraient-ils concernés pas la vente de parts de l'actionnaire ?
a écrit le 04/04/2014 à 16:51 :
restera t il de l argent á la BPI pour aider les PME j en doute ??
Réponse de le 04/04/2014 à 17:20 :
La BPI n'est pas partie prenante, car ses fonds propres sont séparés de ceux de la Caisse des Dépôts.
a écrit le 04/04/2014 à 14:23 :
Mais où va t on?
Que doivent penser les dirigeants étrangers de toute cette agitation autour d'une décision purement business d'une entreprise privée. En plus dans l'argumentaire de Mailly, il insiste sur le risque de rachat de certains opérateurs par des étrangers. Horreur, des étrangers risquent de racheter nos entreprises!!!
Si certains trouvent important de revenir à trois opérateurs, d'ailleurs on les a pas entendus quand il a été décidé de passer à quatre, pourquoi ne font ils pas fusionner Bouygues telecom et Free. Mais voilà, Bouygues n'aurait plus son jouet, parce que c'est clair que c'est Free qui rachèterait!
a écrit le 04/04/2014 à 14:13 :
De quoi se mêle t il ce syndicaliste? Il est quasi assuré de faire carrière. Il ne voit pas que la France est entrain de plonger dangereusement . Lui est asuré de sa paie avec les subsides de l'Etat. Qu'il s'occupe de ses ouailles.
a écrit le 04/04/2014 à 13:17 :
ce monsieur vient de travailler pour la première fois de sa vie. Il a écrit une lettre.
a écrit le 04/04/2014 à 12:04 :
le fond du problème est tout autre, il n'y aurait aucun problème si chaque opérateur assumait seul les conséquences de ses choix. Or free vit existe avec les réseaux des autres, ses tarifs ne permettent pas de financer de réseaux (voir la répartition des investissements entre opérateurs, il investit 5 fois moins que sfr et orange). Il suffit d'instaurer une vraie concurrence comme aux US, et ça va complétement changer le paysage, on aura une vraie compétition et des tarifs en cohérence avec les coûts, plutôt que l'assistanat du régulateur sur le dos des opérateurs investisseurs, et chacun fera son marché, fusionnera ou non de façon saine. les dés sont complétement pipés d'où les gros dégats en cours et plus aucune logique économique
Réponse de le 05/04/2014 à 0:05 :
on vient d'un système francais qui a permis la creation d'orange et d'une reseau ADSL assez dingue et presque partout. Les qualites et defauts de notre systeme font que le comparer au USA est ok mais assez eloignés en faite.. car tout ce fait petit a petit... un etat qui s'occupe des infrastructure et reseau c'est cool aussi...
Alors oui je d'ac avec vous et ene meme temps c'est la quadrature du cercle francais.. mais allons pour un peu plus de concurrence, en tout cas moins d'oligarchie qui nous fait stagner.. et comme l'argent dirige tout.. faut changer les lois..
a écrit le 04/04/2014 à 12:00 :
il a totalement raison, l'enjeu est à l'international et il est dramatique d'avoir aidé free à tel point que sfr est à vendre, orange opéable....car ce marché n'est pas concurrentiel mais administré par un régulateur qui se contente juste de répartir les parts de marchés, d'aider tel ou tel opérateur s'il est en perte de vitesse, et ce sur le dos des autres et surtout d'orange qui doit tout louer à prix coûtant, voire investir pour les autres...les baisses de prix sont d'une part financées par d'autres opérateurs, et le client qui croie gagner paye des impôts pour financer le chômage induit et les initiatives publiques qui tentent sans aucune maitrise de compenser le manque de couverture numérique à cause des prédateurs qui se contentent d'écrémer les zones urbaines en laissant le reste aux autres... 5 milliards gaspillés et payés par le contribuable...
Réponse de le 05/04/2014 à 0:08 :
il a totalement raison, l'enjeu est à l'international et il est dramatique d'avoir aidé free à tel point que sfr est à vendre

FAUX
C'est la metamorphose d'un secteur entre les ceux qui fournissent les tubes, les tuyaux en france (organge free, sfr, biuguyes avce les box/adsl) et ceux qui font le contenu (google, amazon, itunes, youtube, allocine,..dont vivendi............................)
On peut pas tout faire faut investir pour se differencier/excelé et gagner des parts de marcher
a écrit le 04/04/2014 à 11:45 :
donc mailly est contre le pouvoir d'achat des français .et meme contre l'emploi les doublons bouygues il faudra bien les supprimer
Réponse de le 04/04/2014 à 12:40 :
Il a peut être des intérêts !!!!
a écrit le 04/04/2014 à 11:42 :
il a des actions en bourse de chez bouygues celui la...
a écrit le 04/04/2014 à 11:22 :
quel est le prix du soutien apporté à Bouygues ?
a écrit le 04/04/2014 à 10:49 :
Un bon copain hors de l'UIMM ce Bouyges. Il faut des fonds pour entretenir l'appareil les cotisations représentant strictement peanuts. Sinon la fermeture d'une boutique sur deux SFR et hop chômage en hausse sauf, sauf qu'avec moins de concurrence les forfaits pourraient faire des bonds. Mailly se moque des consommateurs. Il préfère M. Bouyges
a écrit le 04/04/2014 à 10:47 :
Je propose que Monsieur MAILLY se porte caution !
a écrit le 04/04/2014 à 10:14 :
Mailly : Encarté au PS. A fait toute sa carrière comme permanent de FO depuis l'age de 22 ans. Autrement dit n'a jamais travaillé de sa vie. Ne connait rien a rien.
Réponse de le 04/04/2014 à 10:54 :
... donc son CV va être simple à écrire ! loooooooooooool
Réponse de le 04/04/2014 à 18:41 :
Il certainement quelque chose à gagner
a écrit le 04/04/2014 à 10:00 :
Donc, si je comprends bien, ce gars préfère une consolodation en réduisant a trois opérateurs au lieu de 4 ? A-t-il un peu bossé son sujet ? La consolidation n'a aucun sens en France, marché trop petit. Elle s'effectuera sur l'Europe avec 3 ou 4 opérateurs pan)-européens... Et a ce titre, autant en garder 4 chez nous pour l'instant...
a écrit le 04/04/2014 à 9:54 :
Il faut vraiment être un homme politique ou pire un syndicaliste pour ne pas voir que Bouygues et SFR sont deux entités identiques, avec des boutiques, les memes services clients, les memes services reseaux...
a écrit le 04/04/2014 à 9:39 :
Comme d'habitude les politiques et les organisations syndicales ne comprennent rien et se mêlent de ce qui les regarde pas. vous verrez dans quelques , le même jean claude Mailly viendra se plaindre des licenciements chez Bouygues, un projet qu'il a soutenu. Il nous parlera de licenciements boursiers, quel bande d'hypocrites
Réponse de le 04/04/2014 à 9:45 :
Travaillez-vous dans une entreprise financée par un LBO ?
Réponse de le 04/04/2014 à 10:18 :
LBO = Leverage = Financement par le dette. A ma connaissance le montage financier de Bouygues repose lui aussi largement sur la dette (HSBC) - peut être, je le concède, de manière un moins agressive que Alice/Numericable.
Réponse de le 05/04/2014 à 0:13 :
c'est beau le siege social appelé Challenger.. ca ressemble a un palais car creer pour recevoir les big boss du moyen orient qui ont commandé des gors contrtas de construction...
surement pas une % de LBO dans tout cas.. bouygues c'est la boite du bon pere de famille.
Renautl a son siege au pays bas. donc investir etranger ?? Zut 15% detenu par l'Etat...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :