Affaire Pegasus : Macron convoque un Conseil de défense, le Maroc dénonce des "accusations infondées"

Le président de la République a convoqué ce jeudi un Conseil de défense pour aborder l'affaire d'espionnage "Pegasus", dont il aurait été une cible potentielle. Dans le même temps, le gouvernement marocain dénonce des "attaques haineuses" visant à affaiblir le royaume.

4 mn

Emmanuel Macron, mais aussi son ancien Premier ministre Edouard Philippe, auraient été visés par le logiciel espion Pegasus en 2019 en vue d'une éventuelle mise sous surveillance de leurs téléphones.
Emmanuel Macron, mais aussi son ancien Premier ministre Edouard Philippe, auraient été visés par le logiciel espion Pegasus en 2019 en vue d'une éventuelle mise sous surveillance de leurs téléphones. (Crédits : CHRISTIAN HARTMANN)

L'affaire du logiciel espion Pegasus continue à faire des remous au plus haut niveau de l'Etat. Le président Emmanuel Macron a convoqué un conseil de défense "exceptionnel" jeudi matin dédié à ce scandale d'espionnage et à la question de la cybersécurité. Pour rappel, Emmanuel Macron, mais aussi son ancien Premier ministre Edouard Philippe, auraient été visés par le logiciel espion Pegasus en 2019 en vue d'une éventuelle mise sous surveillance de leurs téléphones pour le compte des services de renseignement du Maroc, avait révélé mardi Le Monde et Radio France.

"Il y a des investigations qui sont menées et le conseil de défense nous a permis d'avoir un point d'étape sur ce travail qui est mené actuellement de vérification", a déclaré M. Attal interrogé sur BFMTV.

"Un certain nombre de protocoles de sécurité ont été réajustés, notamment autour du président de la République. Par ailleurs, l'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information a commencé à proposer aux personnes qui pourraient avoir été ciblées par une attaque un accompagnement technique", a-t-il ajouté.

Depuis dimanche dernier, un consortium de 17 médias internationaux multiplient les révélations sur la manière dont Pegasus - un logiciel espion développé par la société israélienne NSO - a permis à plusieurs gouvernements d'espionner des journalistes, des politiques, des militants et autres opposants à travers le monde.

Le logiciel Pegasus est développé par l'entreprise israélienne NSO Group. C'est un logiciel espion (spyware) visant les smartphones dont l'objectif est de siphonner l'ensemble de ses données : coordonnées GPS, contenus des messages, écoute des appels, bref tout ce qui passe par votre téléphone est vu, lu et entendu par le logiciel et transmis à son utilisateur (l'attaquant).

Lire aussi 4 mnPourquoi le logiciel espion Pegasus suscite autant l'intérêt des Etats

"Cette enquête ne dit pas si ses téléphones ont été tous effectivement infectés, si des données en ont été retirées", et donc c'est ça qui est en train d'être regardé", a précisé M. Attal, ce matin sur France Inter.

Rejet de toute négligence au sommet de l'Etat

"Les téléphones (du président) sont changés régulièrement. Il y a un certain nombre de paramètres de sécurité qui protègent, qui sont changés très régulièrement. Il y a des protections qui sont faites", a assuré le porte-parole, interrogé sur une possible négligence au sommet de l'Etat.  

Gabriel Attal a par ailleurs affirmé qu'il fallait "protéger les autres (personnes visées), les secteurs public et économique" du pays, rappelant qu'un plan de "100 millions d'euros" avait été lancé depuis un an pour "équiper nos hôpitaux et aider nos collectivités locales" à faire face aux cyberattaques.

L'affaire Pegasus fait également réagir de nombreux responsables politiques européens. Après la président de la Commission européenne, lundi, qui dénonçait l'affaire comme "inacceptable" si elle est avérée, la Chancelière allemande Angela Merkel a demandé ce jeudi plus de restrictions sur la vente de logiciels espion comme Pegasus, utilisé pour espionner journalistes et défenseurs des droits selon de récentes révélations. "Il est important" que de tels logiciels "n'arrivent pas entre de mauvaises mains" et "il ne faudrait pas vendre ces logiciels à des pays où la surveillance des opérations (d'écoute) par la justice n'est peut-être pas garantie", a déclaré Mme Merkel lors d'une conférence de presse.

Le Maroc veut enquêter

Directement visé par l'affaire, le Maroc a aussi réagi. Le parquet général marocain a déclaré mercredi qu'il allait enquêter sur ce qu'il a décrit comme des "accusations infondées".

Dans un communiqué relayé par l'agence de presse MAP, le parquet général estime que les informations de presse incluent "de graves accusations et allégations" qui "nuisent aux plus hauts intérêts du royaume".

Plus tôt dans la journée, le gouvernement marocain a accusé les médias d'"attaques haineuses", avec l'objectif selon lui de mettre Rabat "sous leur contrôle", et a demandé des preuves matérielles pour étayer les accusations à son encontre.

(avec agence)

4 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 26/07/2021 à 10:00
Signaler
Conseil de défense ou plutôt d'autodéfense de notre président ?

à écrit le 24/07/2021 à 10:03
Signaler
Il faut supposer qu'ils ont laisser leur téléphone a la porte du bunker, lors des conseils de défense! Sinon on n'a pas fini d'en apprendre....!

à écrit le 23/07/2021 à 15:32
Signaler
Encore un coup de mcfly et carlito? Les influenceurs qui n'influencent qu'eux même, on a vu ce que ça a donné aux régionales !

à écrit le 23/07/2021 à 8:52
Signaler
Tout le monde espionne tout le monde, même ses amis. Que croyez-vous que fasse la France ? Quant à certains journalistes qui jouent la veuve effarouchée...

à écrit le 22/07/2021 à 14:30
Signaler
LOL ! Non mais qui voudraitt affaiblir le Maroc ? La Russie oui, la Chine aussi, l'Inde peut-être et certainement les Etats Unis mais le Maroc sans rire gène quel pays au monde ? ^^

le 22/07/2021 à 18:38
Signaler
Et espionner le président de notre pays... Ils voulaient savoir comment il négligé les gilets jaunes et son peuple...

le 23/07/2021 à 10:15
Signaler
Non là on peut comprendre par contre qu'ils le veuillent ils peuvent apprendre, grâce aux multiples secrets inavoués des uns et des autres, et ainsi orienter la politique de la France en leur faveur. Ils jouent leur partie. Ils sont tellement fragile...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.