Apple passe la barre des 1.000.000.000.000 de dollars de capitalisation

 |   |  676  mots
(Crédits : Mike Segar)
Apple, le groupe américain connu pour avoir révolutionné le monde de l'informatique avec ses téléphones et ses tablettes, est devenu jeudi la première entreprise privée à valoir plus de 1.000 milliards de dollars en Bourse.

Ce cap symbolique a été franchi quand l'action a atteint vers 15h50 GMT le prix de 207,05 dollars à Wall Street.

Selon des documents boursiers dévoilés mercredi après la clôture et actualisant le nombre de ses titres en circulation au 20 juillet, l'action de la marque à la pomme devait atteindre 207,05 dollars pour franchir ce cap, soit s'apprécier encore de 2,75%.

Lire aussi : Amazon vs Apple : qui franchira le premier la barre des 1.000 milliards de dollars en Bourse ?

 Des résultats trimestriels salués par les marchés dès mercredi

Le groupe informatique américain Apple avait bondi de 5,89% mercredi à Wall Street après des résultats jugés solides, clôturant à 201,50 dollars et se rapprochant un peu plus des 1.000 milliards de capitalisation boursière.

Les investisseurs ont salué mercredi les résultats trimestriels de la marque à la pomme publiés la veille. Ils se sont révélés meilleurs que prévu par les marchés, avec notamment un bénéfice net qui a bondi de 30%, à 11,5 milliards de dollars. Le chiffre d'affaires était également meilleur qu'anticipé, à 53,27 milliards de dollars (+17%).

Bien que les ventes de ses smartphones se soient révélées, en volume, un peu en dessous des anticipations, avec 41,3 millions d'unités écoulées (+1%), Apple a fait largement plus que le compenser grâce à une hausse des prix de vente. Le chiffre d'affaires de ce segment a ainsi bondi de 20% pour atteindre près de 30 milliards de dollars.

graph apple

Cela est notamment dû à la sortie en 2017 de l'iPhone 8 et surtout de l'iPhone X, dont le prix démarre aux États-Unis à près de 1.000 dollars.

Lire aussi : Apple explose des records grâce à l'iPhone X

Le titre de référence de la Silicon Valley a bondi de plus de 50.000 % depuis son introduction en bourse le 12 décembre 1980 (39 cents par action constant), dépassant de loin l'augmentation d'environ 2.000% du S&P 500 sur près de quatre décennies. La valeur boursière d'Apple est supérieure à la capitalisation combinée d'Exxon Mobil, Procter & Gamble et AT&T, et  représente aujourd'hui 4% du S&P 500.

Du garage aux 1.000 milliards

Commencé dans le garage du co-fondateur Steve Jobs en 1976, Apple a changé la façon dont les consommateurs se connectent entre eux et comment les entreprises effectuent leur commerce quotidien.

Steve Jobs, l'un des trois fondateurs emblématiques, a été chassé d'Apple au milieu des années 1980, pour revenir une décennie plus tard et sauver l'entreprise informatique en quasi-faillite. Il a lancé l'iPhone en 2007, abandonnant "Computer" du nom d'Apple et inondant l'industrie du téléphone portable. Pendant ce temps, Apple a évolué de la vente d'ordinateurs personnels Mac pour devenir une société qui a révolutionné les usages du téléphone mobile.

Jobs, qui est décédé en 2011, a été remplacé en tant que Pdg par Tim Cook, qui a doublé les bénéfices de l'entreprise, mais a peiné pour développer de nouveaux produits cherchant à réitérer le succès de l'iPhone - qui par ailleurs a vu ses ventes baisser ces dernières années à cause d'une forte concurrence de Samsung et des smartphones "made in china".

En 2006, l'année avant le lancement de l'iPhone, Apple a généré moins de 20 milliards de dollars de chiffre d'affaires avec un bénéfice net de près de 2 milliards de dollars. L'année dernière, ses ventes avaient plus que quintuplé pour atteindre 229 milliards de dollars, soit le quatrième plus haut niveau du S&P 500.

_____

Les dix plus grosses entreprises en Bourse

  • 1 Apple, informatique, États-Unis:
    1.000 milliards de dollars
  • 2 Amazon, commerce électronique, États-Unis:
    881,8 milliards de dollars
  • 3 Alphabet (maison mère de Google), internet, États-Unis:
    851,8 milliards de dollars
  • Microsoft, informatique, États-Unis:
    817,9 milliards de dollars
  • Facebook, réseau social, États-Unis:
    500,7 milliards de dollars
  • 6 Berkshire-Hathaway, holding diversifiée, États-Unis:
    489,8 milliards de dollars
  • Alibaba, commerce électronique, Chine:
    469,1 milliards de dollars
  • Tencent, internet, Chine:
    418,4 milliards de dollars
  • JPMorgan Chase, banque, États unis:
    386,5 milliards de dollars
  • 10 Johnson and Johnson, pharmacie, États-Unis:
    355,6 milliards de dollars

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/08/2018 à 17:35 :
Nom d'une pipe en bois, bientôt on va atteindre le chiffre d'une année lumière, qu'est-ce que l'homme peut inventer, c'est formidable !
a écrit le 04/08/2018 à 15:56 :
Quand on voit le taux de croissance des USA depuis 2009 ainsi que la création de valeurs générées par leurs entreprises techno grâce notamment à la fiscalité complaisante de nos élites mondialisées (merci l'irlande) , on se dit que les politiciens de l'UE (zone euro) n'oeuvrent pas vraiment pour le bien être de leurs concitoyens.
Réponse de le 06/08/2018 à 14:43 :
Vous avez parfaitement raison. Un certain nombre de pays européens jouent contre l’Europe et ils sont de plus en plus nombreux. C’est navrant. Mais j’imagine mal la France hors de l’Europe.
Ceci dit, je m’interroge sur les différents indicateurs économiques et la comparaison pays par pays de ces indicateurs.
Le taux de chomage américain est-il comparable au taux français? Le fonctionnement du monde du travail de ces 2 pays est trop différent. Il n’est pas sur que si on adoptait les mêmes règles qu’aux USA, on soit plus heureux de notre sort. Je ne les envie pas. Le reve américain n’est pas ce qu’on croit. Emigrer ne veut pas dire qu’on va devenir riche. Quelques uns vont peut être y parvenir. Pour les autres cela peut être une galère. Mais chut, il ne faut pas le dire.
L’économie américaine semble florissante mais qu’en est-il de sa dette et de la dette des particuliers. Si la France avait une dette similaire, on crierait au scandale, surtout la commission européenne. Nous on lutte pour faire passer notre dette en dessous de 3% du PIB alors que celle des USA est à 2 chiffres.
Quant à l’industrie américaine, elle n’est pas aussi performante que cela. Les GAFA sont l’arbre qui cache la foret. Si les voitures allemandes envahissent les USA, c’est aussi que les constructeurs américains ont une production qui n’est pas à la hauteur de la concurrence. Et en Europe, qui a envie d’acheter une voiture américaine. Ce n’est pas pour rien que Chevrolet a cessé d’importer ses véhicules en Europe et que depuis ils ont revendu Opel à Peugeot. Trump n’a pas tout compris. Ce n’est pas qu’un problème de taxes
Réponse de le 06/08/2018 à 23:14 :
L'indicateur de pouvoir d'achat de l'OCDE permet de faire une étude comparative du pouvoir d'achat réel des "citoyens du monde" ..et il est sans concession. France 85, USA 120, Allemagne 95, Norvège 140 ..
a écrit le 04/08/2018 à 9:58 :
Il me semble que c'est Stanley Kubrick qui a inventé les tablettes électroniques dans 2001,l'Odyssée de l'espace et non pas Apple ....
Réponse de le 05/08/2018 à 5:13 :
En fait, l'invention de la tablette et de plein d'autres choses remontent au moins à 1648-1650. Lisez pour cela l'ouvrage de Savinien Cyrano de Bergerac, qui n'a rien à voir avec le personnage futur d'Edmond Rostand sauf une partie du nom, Les états et empire de la lune et les états et empire du soleil. Comme quoi, tout fier que nous sommes de penser que nous sommes une société extraordinaire au regard de tous nos (vieux) ancètres, nos ne faisont que mettre en oeuvre ce que nos prédécesseurs avaient déjà élaborés sans rien créer de particulier comme eux ont pu le faire ...
Pour ce qui est d'Apple comme du reste, nous avons tous notre responsabilité sur ce qui existe ou non et dans quelle proportion cela existe, car, comme disait Coluche, "Dire que si les gens n'achetaient pas, ça n'se vendrait pas !!!"
a écrit le 03/08/2018 à 16:07 :
Fabuleux, je tire mon chapeau à ce rallye boursier !

L'expression même de la folie de notre Société !

Résultat de 11,5 milliards de dollars, soit 46 Mds $ annualisé
Valorisation de la boutique égal à 22 ans de bénéfice !

22 ans de bénef qui ne sont maintenu que grâce au "renouvellement" de ses machines tous les 12/18 mois (tant que les acheteurs suivent)

22 ans de bénef qui sont maintenus sans innovation flagrante susceptible d'assurer un réel besoin de remplacement (si mon iphone 5 avait été fiable, je l'aurai encore ! le nouveau n'apporte objectivement rien !)

22 ans de bénef d'une société qui ne vend rien de plus que celle dont les machines coutent 2x moins cher... à part un bel emballage (elle le vend bien, il faut reconnaitre)
a écrit le 03/08/2018 à 10:35 :
Tout est fabriqué en Chine ou Asie. Dans le contexte de guerre commerciale entre les USA et la Chine, que se passerait-il si la Chine décidait de ne plus fabriquer les produits Apple. Perte d’emploi pour la Chine, mais beaucoup d’entreprises chinoises fabriquent des produits high-tech. Elles se positionnent dans le top mondial de l’industrie High-tech. Donc pour la Chine ce ne serait pas une catastrophe. Par contre pour Apple, gros problème : rapatrier la fabrication, augmenter les tarifs ou réduire les marges, baisse des ventes. Si j’étais le président chinois, j’agiterai cette carte. Cela aurait un impact sur l’opinion des américains qui soutiennent Trump.
a écrit le 03/08/2018 à 8:36 :
"le groupe américain connu pour avoir révolutionné le monde de l'informatique"

Hein !?

Apple est d'abord et avant tout une puissance marketing et commerciale du troisième millénaire, elle a su faire croire aux consommateurs que leurs produits étaient leurs amis pour la vie, elle n'a rien inventé elle a juste adapté les technologies du moment.

Mais bon voyez comme leur stratégie commerciale est efficace puisque c'est votre première phrase et celle de milliers d'autres journalistes... :-)

Par ailleurs Apple est parfaitement adapté à cette économie financiarisé générant des marges bénéficiaires exceptionnels grâce à leur seul renom d'un téléphone sorti d'usine à 120 euros ils le revendent 800 ! What else !?

Succès mérité donc étant donné qu'ils ne mentent pas, ils laissent les gens, comme vous, se raconter des histoires à eux mêmes, bravo !
a écrit le 02/08/2018 à 22:42 :
Si ces entreprises payaient des impôts au lieu d'être des spécialistes de l'évasion fiscale, délocalisation et du montage financier, seraient-elles aussi grandes ?
a écrit le 02/08/2018 à 21:51 :
Pas de quoi à être fier , ces monopoles de la tech ont été créés en bonne partie sur le dos du contribuable européen et avec il faut le dire une certaine complaisance pour ne pas dire plus, de la part de nos élites mondialisées (merci la fiscalité en Irlande , merci pour leur nullité dans l'incompréhension du modèle d'hypercroissance et la fiscalité stupide du capital à la Hollande) . Si on compare l'attitude des dirigeants chinois vis à vis des GAFAM , il n'y a pas photo , eux préparent les emplois qualifiés de demain pour leur peuple pendant que l'Europe importent des travailleurs pauvres pour tirer les coûts vers le bas .Ces dirigeants la auront des comptes à rendre , un jour c'est sûr .
a écrit le 02/08/2018 à 19:37 :
Bizarre que pour un journal de spécialistes et de professionnels on écrive, encore une fois, un nombre qui ne correspond à rien.
En France et Europe on écrit 1000 000 000 000 de Dollars
Aux USA ont écrit $1,000,000,000,000
Mais nulle part on écrirait "1.000.000.000.000 de dollars" Le point correspond chez les Américains à notre virgule, mais ne correspond à rien chez nous.
Un peu de précision contribue à la crédibilité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :