Ce que cache la querelle entre Apple et Facebook

 |   |  528  mots
Les Gafas veulent désormais se poser en champion de la protection des données personnelles.
Les Gafas veulent désormais se poser en champion de la protection des données personnelles. (Crédits : Toby Melville)
VU DE LA SILICON VALLEY. Autrefois liés par des intérêts communs, Apple et Facebook, et plus globalement l'ensemble des Gafa, se livrent désormais une guerre sans merci, accentuée par la concurrence exacerbée qu'elles se livrent dans de nombreux secteurs de la tech du fait de la diversification de leurs activités.

Rien ne va plus entre les Gafa. Fin janvier, une enquête de TechCrunch a révélé que Facebook rémunérait des utilisateurs, dont certains mineurs, contre le droit d'observer l'usage qu'ils font de leur téléphone, photos et conversations privées incluses, via une application baptisée Facebook Research. Si l'affaire a provoqué un tollé dans l'opinion publique, c'est d'Apple qu'est venue la réaction la plus virulente.

L'entreprise à la pomme a, en effet, bloqué l'application, et momentanément retiré à Facebook son certificat d'entreprise, qui lui permet de tester en interne des applications iOS n'ayant pas encore été rendues accessibles au public. Peu de temps après, lorsqu'il s'est avéré que Google possédait aussi son propre programme de collecte d'informations moyennant rémunération, Apple a appliqué la même sanction à l'entreprise de Sundar Pichai.

Les Gafas, de l'union au déchirement

La crise n'a certes pas duré très longtemps : Apple a restauré les certificats de Facebook et Google quelques heures à peine après les avoir supprimés. Elle marque néanmoins un tournant. Au cours des dernières années, les grandes entreprises de la Silicon Valley ont presque toujours fait front...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :