Retrouvez l'interview de Steve Jobs à La Tribune lors du lancement de iTunes

 |   |  731  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le 15 juin 2004, Apple lance le iTunes Music Store, son service de téléchargement de musique en Allemagne, France et Grande-Bretagne. Steve Jobs, le patron de la firme réputé pour son côté visionnaire, explique alors à « La Tribune » la place de la musique dans sa stratégie.

Cela fait tout juste un an que vous avez lancé votre site de téléchargement légal de musique en ligne aux Etats-Unis. Où en êtes-vous ?

Le marché de la musique aux Etats-Unis a représenté l'année dernière 10 milliards de titres de chansons vendus sur tous les supports. Avec environ 200 millions de titres vendus sur Internet, Apple et ses petits concurrents ne représentent que 2 % de ce marché. Peut-être serons-nous à 5 % dans quelques années et à 10 % un jour. Mais passer de zéro à 2 % en un an c'est formidable.

Pensez-vous rencontrer un succès aussi rapide avec les plates-formes que vous lancez en France, en Grande-Bretagne et en Allemagne ?

Qui peut le savoir à l'avance ? Mais les Européens aiment autant la musique que les Américains, donc je pense que oui.

Comment arrivez-vous en Europe avec des prix inférieurs à ceux pratiqués aux Etats-Unis ?

C'est compliqué car, en Europe, il y a la TVA. Mais je ne pense pas que nos prix soient plus bas.

Avez-vous négocié de façon plus serrée avec les maisons de disques les droits pour l'Europe ?

Oui. Mais les prix que nous payons en euros sont également meilleurs. Donc, nous retombons sur nos pieds. Je pense qu'à 99 centimes d'euro le titre, les Européens seront très heureux.

Combien comptez-vous investir en publicité pour le lancement de iTunes en Europe ?

Nous ferons de la publicité, mais nous ne parlons pas beaucoup de ça.

Vous dites que votre principal concurrent est la piraterie sur Internet. Allez-vous vous lancer sur le marché du film et de la vidéo, lui aussi attaqué par les pirates ?

Nous sommes concentrés sur la musique.

Sur la vente de musique en ligne et sur les baladeurs numériques, vous bénéficiez de la prime au premier arrivant. Comment allez-vous affronter les Sony et autre Microsoft qui arrivent sur ce marché ?

C'est une vision trop simple de l'histoire. Nous avions déjà des concurrents, mais nous les avons battus en faisant de meilleurs produits. Il y a beaucoup de fabricants qui font des baladeurs numériques, mais ils ne sont pas très bons. L'iPod mini est déjà la quatrième génération de ce produit. Nous ne nous sommes pas contentés de lancer une innovation et de l'oublier. Nous continuons d'investir en recherche et développement. Nous avons investi plus que tous nos concurrents réunis. Si nous avons 70 % du marché américain de la musique en ligne, ce n'est pas parce que nous n'avons pas de concurrents, mais parce que nous les avons battus. Quant à Microsoft, il a dit qu'il viendra dans la musique. J'ai d'abord entendu dire qu'il entrerait sur ce marché l'an dernier, puis en avril. Maintenant on affirme que c'est pour septembre, mais qui dit que ce ne sera pas l'année prochaine ? La seule chose sûre, c'est qu'ils n'y sont toujours pas. Vous savez, nous sommes également sur Windows.

Comptez-vous faire évoluer l'iPod vers un produit communicant, tel un téléphone mobile par exemple ?

Il faut faire attention à ce type de développement. Votre réfrigérateur ne fait pas de toasts, et vous ne voulez pas qu'il en fasse. Nous avons un très bel outil pour la musique. Et je ne sais pas si l'on a besoin d'avoir 10.000 chansons sur son téléphone.

Pour la première fois, vous avez vendu plus d'iPod au premier trimestre 2004 que d'ordinateurs Mac. Est-ce à dire qu'Apple change de métier ?

Apple est en croissance. Sa division Mac est en pleine santé, et nous en sommes très satisfaits. Nous innovons plus que jamais sur les Mac. Mais maintenant nous avons un nouveau métier qui se porte lui aussi très bien. Nous avions pensé il y a quelques années que l'avenir de l'ordinateur passait par les médias numériques. Si vous avez un appareil photo numérique, où mettez-vous vos photos ? Sur votre ordinateur. Où mettez vous votre musique ? Sur votre ordinateur. Et vos DVD, vos vidéos familiales" Nous avons commencé avant tout le monde à développer des applications comme iTunes, iPhoto, le meilleur logiciel d'édition photo, iMovie, Garageband, etc. Cela a renouvelé le monde de l'ordinateur. Et il y a bien sûr une très grande complémentarité entre cela et ce que nous faisons aujourd'hui dans la musique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :