Sept ans après son échec, Deezer s'effondre pour son premier jour à la Bourse de Paris

Deezer a fait, ce mardi, son entrée à la Bourse de Paris. Mais ces premiers pas ont commencé difficilement. Peu avant 11 heures, l'action de la licorne française chutait de 35,06% à 5,52 euros, contre 8,50 euros pour son cours d'ouverture, dans un marché en baisse de 1,12%. Cette entrée en Bourse est permise grâce au Spac I2PO fondé par la famille Pinault, l'homme d'affaires Matthieu Pigasse, et l'ancienne dirigeante de WarnerMedia, Iris Knobloch afin que Deezer puisse se développer au-delà des frontières françaises.
Deezer se lance, ce mardi, à la Bourse de Paris.
Deezer se lance, ce mardi, à la Bourse de Paris. (Crédits : Charles Platiau)

Ce fut un échec en 2015 lorsque Deezer tenta de se lancer en Bourse. Le champion français du streaming musical avait alors renoncé pour cause de « conditions de marché non favorables ». Mais si, à l'époque, il ne comptait qu'1,3 million d'abonnés payants, iI en revendique désormais six fois plus, soit 9,6 millions pour un chiffre d'affaires de 400 millions d'euros en 2021. De quoi l'encourager dans cette deuxième tentative. Ce mardi, Deezer a fait en effet ses débuts à la Bourse de Paris.

Lire aussi 7 mnDeezer va entrer en Bourse : comment l'éternel challenger du streaming musical a trouvé sa place face à Spotify et Apple Music

Mais ces premiers pas se sont révélés chaotiques. Peu avant 11 heures, l'action de Deezer s'écroulait, en effet, de 35,06% à 5,52 euros, contre 8,50 euros pour son cours d'ouverture, dans un marché en baisse de 1,12%.

Un peu plus tôt, Jeronimo Folgueira, directeur général de l'entreprise depuis juillet 2021, sonnait la cloche ouvrant le marché, au côté du ministre de l'Economie Bruno Le Maire. « Vous devez croître, conquérir de nouveaux marchés, comme le marché américain », l'a-t-il encouragé. Et d'ajouter : « Je n'accepte pas de voir toutes les entreprises américaines venir en Europe, sans voir les entreprises européennes aller aux Etats-Unis pour expliquer à nos amis américains que les entreprises européennes sont les meilleures ».

L'entreprise française de voulait confiance quant à cette deuxième tentative. « La situation est différente de ce qu'elle était en 2015. (...) Le streaming musical est vraiment établi, il représente presque deux tiers des revenus de la musique enregistrée, ce qui n'était pas le cas avant », confiait Jeronimo Folgueira, directeur général de l'entreprise depuis juillet 2021 à l'AFP, assurant que : « L'état dans lequel se trouve l'entreprise est aujourd'hui bien meilleur qu'il y a sept ans. L'entreprise a changé, le marché a changé: c'est le bon moment pour franchir cette étape et devenir une société cotée ». L'Espagnol n'est pas un novice en la matière. C'est sa deuxième cotation après avoir supervisé celle, au New York Stock Exchange, du groupe de rencontres en ligne Spark Networks.

Un Spac comme allié

Une mission dans laquelle le patron de Deezer et les principaux actionnaires de la licorne française - notamment le milliardaire anglo-américain Len Blavatnik qui détient 43% des parts - sont épaulés par un Spac (Special Purpose Acquisition Company, ndlr). Ce véhicule d'investissement désigne une entreprise lancée spécifiquement pour lever des fonds afin de permettre à une autre entreprise, notamment, une startup d'accéder plus facilement à la Bourse.

Dans le cas de Deezer, il s'agit du Spac fondé par la famille Pinault, l'homme d'affaires Matthieu Pigasse, et l'ancienne dirigeante de WarnerMedia, Iris Knobloch. Il a ainsi levé des fonds en Bourse pour faciliter la cotation de Deezer et a déjà récolté 143 millions d'euros. « Ils nous apportent le soutien, l'expertise et le capital dont nous avons besoin pour exécuter notre stratégie », souligne Jeronimo Folgueira, alors que la valorisation de Deezer va atteindre 1,05 milliard d'euros. « Il s'agit d'un mariage parfait et d'une opération transformante, qui permettra de créer de la valeur car Deezer est un actif unique dans le paysage du streaming musical », déclarait Iris Knobloch, présidente du conseil d'administration et directrice générale du SPAC, en avril dernier à la Tribune.

Malgré ce soutien, Deezer, qui veut plus que doubler ses revenus d'ici 2025, devra surtout convaincre dans un secteur très compétitif au-delà des frontières françaises. Car, s'il peut se targuer de détenir près de 30% du marché en France, ses 9,6 millions d'abonnés ne pèsent que 2% du marché mondial du streaming musical, loin derrière le leader suédois Spotify (31% de parts de marché), Apple, Amazon et Tencent, selon le cabinet MIDiA. A son lancement en 2007, il était pourtant un pionnier du secteur sans toutefois parvenir à s'imposer.

Des partenariats stratégiques

La stratégie du service d'écoute musicale par abonnement est désormais de miser sur la musique, son univers et sa technologie, contrairement à Spotify qui multiplie les lancements de podcasts ou Amazon qui fonce sur les livres audios.

Mais surtout, Deezer entend profiter de la croissance rapide du marché mondial du streaming qui a gagné 26,4% d'utilisateurs en un an au second semestre 2021, en s'alliant avec des acteurs déjà implantés dans plusieurs marchés clés pour s'appuyer sur des bases de clients déjà existantes: les opérateurs Orange en France et Tim au Brésil, ou encore le groupe RTL en Allemagne. « Notre intention est de trouver des partenaires avec lesquels nous pouvons entrer sur de nouveaux marchés, car nous avons un produit extrêmement compétitif et, avec la bonne distribution, nous savons que nous pouvons conquérir des parts de marché et rivaliser avec les grands acteurs », explique Jeronimo Folgueira.

(Avec AFP)

Lire aussi 5 mnSueurs froides à Wall Street : plus de 600 SPAC cherchent cibles désespérément !

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 05/07/2022 à 20:32
Signaler
En tout cas, Deezer fait depuis quelques semaines le forcing pour décrocher de nouveaux abonnements ... Rien à voir sans doute.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.