Capital-risque : pourquoi la France a mieux tenu le choc que ses voisins européens en 2020

Le rapport annuel du fonds britannique Atomico prévoit un nouveau record pour le financement des startups en Europe en 2020. Malgré la crise, il serait estimé à 41 milliards de dollars (33,8 milliards d'euros). La France serait l'un des seuls pays à progresser sur un an. Explications.
Sylvain Rolland

4 mn

Dans son rapport annuel, le fonds Atomico loue la rapidité et l'ampleur du soutien de la France à son écosystème tech dès le début de la crise du Covid-19.
Dans son rapport annuel, le fonds Atomico loue la rapidité et l'ampleur du soutien de la France à son écosystème tech dès le début de la crise du Covid-19. (Crédits : Reuters)

Même pas mal ! Malgré la crise économique liée au virus de la Covid-19, la tech européenne aurait trouvé -de justesse- le chemin de la croissance, d'après le rapport annuel de référence "State of European Tech", publié ce mardi 8 décembre par le fonds britannique Atomico. D'après ses estimations, le financement des startups en Europe va même battre un nouveau record en 2020, à 41,1 milliards de dollars (33,8 milliards d'euros), contre... 40,6 milliards en 2019 (33,4 milliards d'euros). Une progression surtout symbolique, qui doit encore être confirmée par les chiffres de décembre, mais qui donne tout de même une idée de la résilience de la tech européenne, bien aidée par de nombreux plans de soutien publics -plus de 9 milliards d'euros en Europe dont 4,1 milliards en France.

Lire aussi : French Tech : près de 700 millions d'euros levés en octobre, le verrou du "late stage" a sauté

La France bon élève de l'Europe, un des rares pays en progression sur un an

Dans le détail, le Royaume-Uni est toujours la locomotive tech de l'Europe : en 2020, les projections d'Atomico anticipent 12,5 milliards de dollars levés par les pépites britanniques, soit davantage que l'Allemagne (5,4 milliards) et la France (5,2 milliards) réunies. Le top 5 est complété par la Suède (3,3 milliards) et les Pays-Bas (1,4 milliard).

Mais la France est l'un des trois seuls pays européens -avec la Belgique et la Finlande- à progresser en 2020 par rapport à 2019, avec 5,2 milliards de dollars prévus (4,3 milliards d'euros) contre 4,8 milliards de dollars (4 milliards d'euros) l'an dernier, soit une progression de 7,7%. Les chiffres d'Atomico sont différents de ceux du décompte "officiel" pour la France établi par le cabinet de conseil EY, qui estimait que la French Tech avait déjà dépassé le seuil de 5 milliards d'euros l'an dernier. Mais peu importent les chiffres, la tendance est la même : tout le monde s'accorde pour estimer que la France sera en progression en 2020 en valeur, à défaut de l'être en volume, le nombre d'opérations étant en baisse sur un an. Cette progression fait figure d'exception, notamment vis-à-vis du Royaume-Uni (-5,1%) et de l'Allemagne (-21,8%).

Lire aussi : La French Tech a levé 5 milliards d'euros en 2019 mais le plafond est encore loin

Cette performance en valeur s'explique par deux facteurs. Le premier est le soutien massif de l'Etat pendant la crise : le secteur a bénéficié d'un plan de soutien de 4 milliards d'euros annoncé dès le premier confinement de mars, auquel il faut ajouter les 3,7 milliards d'euros budgétés dans le cadre du plan de relance dévoilé en septembre, ainsi que des initiatives comme les prêts garantis par l'Etat, qui ont bénéficié à plus de 80% des startups d'après France Digitale.

Lire aussi : Coronavirus : le gouvernement mobilise 4 milliards d'euros pour aider les startups

Rattrapage sur le "growth"

Le deuxième est un fort effet de rattrapage sur le segment du "growth", c'est-à-dire les tours de table de plus de 50 millions d'euros. Ce verrou du "late stage" était le point faible du financement des startups en France jusqu'en 2019. Mais il semble avoir sauté en 2020, avec la naissance de plusieurs nouvelles licornes et neuf méga-levées de plus de 100 millions d'euros sur les dix premiers mois de l'année, soit davantage que les trois dernières années réunies. L'initiative dite "Tibi" pour mobiliser les investisseurs traditionnels derrière la tech -6 milliards d'euros promis sur la période 2020-2022, dont 3 milliards pour le financement des plus gros tours de table- a également contribué à débloquer le compteur des plus grosses levées de fonds. Et pour la première fois, la France classe une de ses startups dans le top 10 des levées européennes de l'année : il s'agit de Mirakl, qui accroche la 7è place avec sa méga-levée de 255 millions d'euros.

Ces deux facteurs devraient donc permettre non seulement de compenser la baisse du nombre d'opérations en France à cause de la crise, mais de légèrement dépasser le record de 2019. Mais cela ne signifie pas que les startups ne sentent pas la crise : au-delà de leur recours massif aux PGE, le rapport d'Atomico note que le plus grand défi des startups en 2020 en Europe a été l'accès au financement pour 46% d'entre elles.

Lire aussi : Ÿnsect, Mirakl, Sendinblue, ManoMano, Doctolib... toutes les méga-levées de fonds des startups françaises

Sylvain Rolland

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 09/12/2020 à 19:43
Signaler
Quand on veut rencontrer des investisseurs en capital risque sur divers salons dédié au développement et à la création des entreprises, en prenant modèle sur ce qui se fait de mieux ailleurs ( notamment en Asie) dans les domaines des technologies av...

à écrit le 08/12/2020 à 20:00
Signaler
Le capital-risque français se résume à nos impôts illimités finançant la caisse des dépôts, BPI, etc alors on se demande bien si on doit parler de capital-risque ou de capital-dette pour le contribuable français...

à écrit le 08/12/2020 à 12:58
Signaler
Les Echos écrivaient le 03 septembre dernier "La French Tech en pole position européenne pour la reprise" grâce à la résilience des levées de fonds.

à écrit le 08/12/2020 à 9:41
Signaler
Pour quel résultat ? "Heu... ben... on va taxer les GAFAM !" Conseil aux jeunes, trouvez une idée, travaillez là et lancez vous sur youtube ou autre réseau social quelconque, dernière chance pour être riche en partant de rien en UE.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.