La French Tech a levé 5 milliards d'euros en 2019 mais le plafond est encore loin

 |   |  942  mots
(Crédits : DR)
Les levées de fonds supérieures à 20 millions d'euros ont bondi de 60% en volume et en valeur par rapport à 2018. Mais la France continue à courir loin derrière le Royaume-Uni (11,5 milliards d'euros) et même l'Allemagne pour les gros tours de table.

La French Tech continue d'enchaîner les records. D'après le baromètre 2019 du cabinet de conseil EY, les startups françaises ont levé en 2019 5,03 milliards d'euros lors de 736 opérations, soit un ticket moyen de 6,8 millions d'euros. C'est, encore une fois, un record, avec une progression de 39% en valeur (3,62 milliards en 2018) et de 14% en volume (645 opérations un an plus tôt). L'évolution depuis 2015 est spectaculaire : le montant des fonds levés a quasiment triplé, ce qui révèle le formidable dynamisme de la tech française, enclenché tardivement par rapport aux voisins britannique et allemand, mais qui rattrape rapidement son retard.

Levées de fonds French Tech 2015-2019

Lire aussi : 2,8 milliards d'euros, 3 licornes : premier semestre exceptionnel pour la French Tech

Le "growth", la grosse faiblesse française par rapport aux anglais et allemands

Au niveau européen, la France accroche la troisième place, loin devant le Royaume-Uni (11,43 milliards d'euros) et au coude-à-coude avec l'Allemagne (6,09 milliards), qui affiche une croissance sur un an quasiment exactement similaire à celle de la France (+39% en valeur et +13% en volume). Une bonne longueur devant tout le monde, le voisin britannique joue dans une autre cour. Ses 11,43 milliards pèsent un tiers du total européen et sa croissance sur un an affole les compteurs, avec 55% en valeur et 44% en volume. "Force est de constater que, pour le moment, le Brexit n'a pas encore altéré le pouvoir d'attraction du Royaume-Uni", constate Franck Sebag, associé chez EY et auteur du rapport.

Comparatif Europe tech

Le secret des performances du Royaume-Uni et de l'Allemagne, et par ricochet la faiblesse de la France, réside dans le "growth equity", ces tours de table supérieurs à 100 millions d'euros. Les 13 méga-levées britanniques pèsent 4,17 milliards d'euros, soit près d'un tiers du total, tandis que les 12 champions allemands lèvent à eux seuls 2,95 milliards d'euros, soit presque la moitié des montants investis sur toute l'année. Sur ce segment, la France reste largement à distance : avec seulement 4 méga-levées, le "growth" ne pèse que 580 millions d'euros, soit 1/9è du total du pays !

Conséquence logique : même la plus grosse levée française de l'année, les 205 millions d'euros du champion des retouches photo Meero, n'atteint pas, et de loin, le Top 10 européen. Les 10è et 9è place reviennent ainsi aux 455 millions d'euros de l'allemand Flisbus (transports) et du suisse Veeam (gestion des données dans le cloud), tandis que le champion européen de l'année, le suédois Northvolt, spécialisé dans l'énergie, a récolté 909 millions d'euros. Le Royaume-Uni place 4 startups dans le Top 10, contre 2 pour la Suisse et une pour les Pays-Bas, la Roumanie et l'Allemagne.

Lire aussi : Méga-levée de fonds de 205 millions d'euros pour la startup IA Meero

"Il n'y a pas trop d'argent pour les startups en France"

La répartition entre "venture" et "growth" révèle deux choses sur l'écosystème français. La première, c'est que France dépasse largement l'Allemagne dans le "venture capital" et présente un écosystème mature et d'une grande profondeur sur ce segment. Cela  signifie que de nombreuses grosses levées de fonds, synonymes de licornes, devraient logiquement s'empiler dans les mois et années à venir, rendant la prédiction d'Emmanuel Macron ("25 licornes en 2025") très crédible. 2020 a même déjà commencé sur des chapeaux de roues avec la méga-levée de 200 millions d'euros d'Ecovadis.

Le deuxième enseignement est que la France est toujours en mode "rattrapage" sur le "growth equity". Plus jeune et moins mature que les écosystèmes allemand et anglais, la French Tech a besoin de davantage de temps pour atteindre le rythme de croisière de ses voisins sur les méga-levées qui tirent l'ensemble de l'écosystème vers le haut et dynamisent les sorties (rachats et entrées en Bourse).

"Contrairement à ce qu'on peut entendre, il n'y a pas trop d'argent dans l'écosystème français, ni risque de retournement ou de se heurter à un plafond, estime Franck Sebag. Déjà parce que la croissance du Royaume-Uni et de l'Allemagne est similaire ou supérieure à celle de la France. Ensuite car la France a de la marge : si le ratio entre le poids du capital-risque et le PIB en France était le même qu'aux Etats-Unis, qui a levé 120 milliards de dollars en 2019, la French Tech devrait lever 12 milliards d'euros".

Il y a donc de la marge et tout indique que sauf retournement macro-économique d'envergure, la French Tech va continuer de lever toujours plus d'argent en 2020 et au-delà, car le marché français n'est pas encore arrivé à maturité sur le growth. "Il ne faut pas oublier que les méga-levées créent énormément d'emplois et contribuent à l'attractivité du pays", rappelle l'analyste.

Tous les voyants sont au vert en France, mais Paris domine sur les régions

Dans le détail, le nombre d'investissements et le ticket moyen augmentent en France à tous les stades de maturité d'une startup. Le montant moyen levé en amorçage atteint 1,5 million d'euros en 2019 (1,4 millions en 2018), tandis que la Série A (première levée de fonds institutionnelle) grimpe à 4 millions d'euros (3,3 millions il y a un an), la Série B s'établit en moyenne à 13,2 millions (8,5 millions l'an dernier), et les Séries C et au-delà atteignent 21,1 millions d'euros (15,8 millions en 2018).

Toutes les tranches de levées de fonds progressent également, et notamment les tours de table de plus de 20 millions d'euros : 24 en 2017, 39 en 2018 et 63 en 2019. Du côté géographique, Paris et l'Ile-de-France dominent toujours très largement, avec 70% des investissements de l'année en valeur, loin devant l'Auvergne-Rhône-Alpes (8%) et la région Sud (6%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2020 à 13:36 :
Pierre Mounier Kuhn :
"En Angleterre, la situation est totalement différente car de grands mathématiciens (Turing, Wilkes, Hartree) seront mobilisés dans la mise au point de calculateurs électroniques. Les Français n’ont rien manqué du mouvement de la cybernétique, mais en France, la culture du savant penseur l’emporte allègrement sur celle du savant ingénieur. Certains milieux scientifiques français, notamment les mathématiciens,
restent sceptiques, car le calcul électronique ne serait pas une science. Tel est le cas du jeune algébriste André Lentin qui attaque de manière très violente Norbert Wiener dans un article (1953) dénonçant « la spéculation cybernéticienne comme une gigantesque entreprise de mystification ».
a écrit le 16/01/2020 à 13:33 :
Pierre Mounier Kuhn :

" Comment l’informatique est elle devenue une science ? Comment s'est diffusée
l'informatique ? Pourquoi la France, qui disposait de remarquables compétences en
mathématiques a-t-elle ignoré dans plusieurs centres de recherche importants l’urgence de
disposer d’une capacité de calcul électronique à l’origine d’un plan Calcul pour rattraper son
retard ? Comment sont apparues les premières compétences en interaction homme-machine en
France ?
L’auteur dresse un constat sans appel : « La France est le seul pays industrialisé où la
recherche publique n’a pas réussi à construire d’ordinateurs dans la période pionnière
(1945-1970)». "
a écrit le 16/01/2020 à 11:39 :
Que signifie la levé de 5 milliards d'euros loin du plafond avec des prêts a taux zéro, si ce n'est qu'il y a des opportunistes qui sont loin d'être confiant! On ne peut qu'être navré de cette propagande!
a écrit le 16/01/2020 à 11:09 :
Moins de la moitié du RU et derrière l'Allemagne malgré ils sont deja très superieurs dans tous les secteurs traditionnels (mais souvent non moins innovants) de l'industrie (et dans l'aeronautique et l'espace aussi ils sont en train de nous dépasser).
Globalement le retard de la France dans l'innovation s'amplifie.
Il n'y a pas de quoi pavoiser.
La France ne doit pas seulement tripler les levées de fonds pour les startups mais elle doit aussi ameliorer l'éducation scientifique, doubler les dépenses en R&D et arriver à 5% du PIB sinon elle ne rattrappera jamais son retard. Il faut prendre l'argent dans les dépenses sociales.
Réponse de le 16/01/2020 à 21:46 :
Les placements du fond de retraite francais sont placés aux EU ,chez Amazon, Google etc....prévus a 250M en 2025 et seulement de 35M actuellement, pourquoi ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :