Faut-il avoir peur des enceintes connectées dans nos maisons ?

 |   |  2468  mots
Amazon a un coup d'avance grâce à l'intégration du compte Amazon Prime avec son IA Alexa, à qui il suffit d'énumérer sa liste de courses pour que les achats soient déclenchés, payés et livrés.
Amazon a un coup d'avance grâce à l'intégration du compte Amazon Prime avec son IA Alexa, à qui il suffit d'énumérer sa liste de courses pour que les achats soient déclenchés, payés et livrés. (Crédits : DR)
Les enceintes connectées équipées d'assistants vocaux devraient être le cadeau branché de ces fêtes de Noël. L'enjeu pour Amazon, Google et Apple : devenir la plateforme incontournable de la "smart home" grâce à cette interface utilisant directement le langage naturel. Mais ces nouveaux objets connectés posent de nombreuses questions de sécurité et de respect de la vie privée.

Dans la série de politique-fiction "Mr. Robot", l'agente du FBI Dominique DiPierro vit seule, avec pour unique compagnie Alexa, l'IA [intelligence artificielle, ndlr] qui équipe son enceinte Echo d'Amazon. La vision d'un futur proche ? Possible, si l'on en croit la futurologue américaine Amy Webb, fondatrice du Future Today Institute : « Les assistants digitaux comme Siri d'Apple, Alexa d'Amazon, Google Assistant ou Cortana de Microsoft deviennent omniprésents. D'ici dix ans, les interfaces seront conversationnelles et non visuelles. » Selon la prospectiviste, pas moins de la moitié des habitants des pays industrialisés qui interagissent avec des ordinateurs ou d'autres machines utiliseront le vocal dès 2021.

Ce passage de l'écrit au vocal représente un véritable changement de paradigme pour les consommateurs comme pour les entreprises. C'est aux États-Unis que sont apparues les enceintes connectées, parfois appelées ECV (enceintes à commande vocale). Petit rappel de l'accélération de l'histoire : en novembre 2014, Amazon lance Echo, suivi en 2016 par Google Home, en 2017 par Invoke de Microsoft et Harman Kardon (disponible uniquement aux États-Unis) et cette année par HomePod d'Apple.

Ces haut-parleurs commandés à la voix sont très populaires outre-Atlantique, où il y en aurait déjà près de 58 millions en service (source : Voicebot.ai).

Et d'après le cabinet Gartner, 75% des foyers américains posséderont une enceinte intelligente en 2020.

Un engouement qui ne semble pas près de faiblir. Au premier trimestre 2018, les ventes d'Echo ont augmenté de 102% par rapport à la même période de 2017, et celles de Google Home de 709% (source : Strategy Analytics) !

Il faut dire que les deux géants du Net n'hésitent pas à commercialiser leurs appareils à prix coûtant, voire à perte. Lors du Black Friday du 23 novembre dernier, l'enseigne Boulanger proposait l'Echo Dot 2 à un prix promotionnel de 24,99 euros contre 59,99 euros normalement, et le Google Home Mini à 29,50 euros au lieu de 59,00 euros.

Moins de 30 euros pour une ECV : les fabricants font le maximum pour séduire les Français. Car le véritable enjeu n'est pas de faire du business avec leurs enceintes boostées à l'IA mais bien de s'introduire dans tous les foyers pour s'assurer la plus grosse part du gâteau de la maison connectée, un marché au potentiel énorme qui pourrait peser 138 milliards de dollars en 2023 d'après le cabinet d'étude de marché MarketsandMarkets. Tout en recueillant des masses de données comportementales livrées volontairement par les adeptes du vocal.

--

Google Home

[Google Home est disponible en France depuis juin 2017. On peut écouter de la musique, commander des objets connectés, écouter des radios. Il est aussi possible de déclencher le visionnage sur son téléviseur de vidéos YouTube et Netflix. Crédits : Reuters]

--

Amazon, pionnier et leader

Echo, Google Home, HomePod, Invoke, Djingo - l'assistant franco-allemand d'Orange et Deutsche Telekom-, ont pour vocation d'être au centre de l'écosystème domotique en pilotant par la voix volets roulants, portes de garage, chauffage, climatisation, serrure intelligente, alarmes, lumières... Sans oublier les appareils électroménagers qui deviennent peu ou prou tous connectés, de l'aspirateur robot au lave-linge. Amazon vient d'ailleurs d'annoncer un micro-ondes compatible avec Alexa.

Mais après avoir dit « Alexa » ou « OK Google » pour jouer son morceau préféré, consulter la météo, écouter les informations ou faire cuire son poulet, les possesseurs de smart speaker vont-ils s'en servir pour acheter en ligne ? La probabilité est forte si l'on en croit Adobe Analytics, qui annonce que 30% des propriétaires d'Alexa utilisent déjà leur haut-parleur intelligent pour effectuer un achat sur le Web, 17% pour se faire livrer à manger et 16% pour rechercher des informations sur des vols ou des hôtels. Le cabinet OC & C Strategy prévoit un marché de 40 milliards de dollars en 2022 pour les achats en ligne effectués par la voix.

Encore une fois, Amazon a un coup d'avance grâce à l'intégration du compte Amazon Prime avec son IA Alexa, à qui il suffit d'énumérer sa liste de courses pour que les achats soient déclenchés, payés et livrés. Autre coup de maître : l'assistant vocal Alexa équipe la nouvelle box Delta de Free. L'opérateur possède 6,5 millions d'abonnés fixes haut débit, mais il faudra attendre de voir si cette nouvelle superbox avec Netflix, Alexa et un son Devialet séduit les clients, malgré un prix élevé de 59,99 euros par mois.

De son côté, Google, qui accapare déjà 90% des requêtes sur le Web, compte accroître encore sa mainmise sur le search, et donc récolter toujours plus de données sur nos habitudes de consommation. Et, sans doute, vendre aux annonceurs des espaces publicitaires vocaux. Pour l'instant, le géant de Mountain View teste ce nouveau format publicitaire avec prudence. En effet, il n'est pas du tout certain que les consommateurs soient prêts à écouter des annonces commerciales entre deux chansons des Stones ou deux flashs de France Info. Mais auront-ils le choix ?

Avec le vocal, pas d'ad blockers comme sur les écrans d'ordinateur et de smartphones. Les marques en sont conscientes et développent des formats très courts et des contenus les plus synthétiques possible pour éviter un effet négatif de ces annonces parlées. Reste que la voix, médium « chaud », est une occasion en or pour elles d'engager une conversation avec leurs clients et prospects. Selon Arnaud de Lacoste, fondateur de Sitel Group, « la voix est le nouveau porte-parole des marques ».

Les marques donnent de la voix

Une analyse partagée par Mark Taylor, chargé de l'expérience client au sein de l'activité Digital customer experience de Capgemini, qui affirme que « les assistants vocaux vont complètement révolutionner la façon dont les marques et les consommateurs interagissent. »

« Ce qui séduit dans les assistants vocaux, c'est qu'ils sont profondément ancrés dans nos vies quotidiennes et qu'ils offrent aux consommateurs une richesse et une simplicité d'interaction totalement inédites. Les marques qui seront capables de capitaliser sur l'énorme intérêt suscité par les assistants vocaux vont non seulement établir des relations plus étroites avec leurs clients, mais aussi se créer des opportunités de croissance significatives ».

Pour Arnaud de Lacoste, l'expérience vocale peut être de quatre natures. Un compagnon, pour délivrer une information de la manière la plus personnalisée possible et un moyen pour les marques de construire un lien plus fort avec leurs clients. Une commande, pour effectuer des tâches répétitives et simplifier l'accès au service. Une expérience, pour aider les marques à développer de l'engagement avec les consommateurs. Du commerce, pour éliminer les frictions dans le parcours client, particulièrement pour les commandes régulières.

Domino's Pizza a sorti son application vocale sur Alexa en 2016 à l'occasion du Super Bowl. Avec succès : en deux mois, près d'un cinquième des clients américains de l'entreprise utilisaient le service de commande vocale. Aussitôt, son concurrent Pizza Hut l'a imité.

En France, des enseignes et des marques comme Carrefour, Cdiscount, Darty, Sephora, Boulanger, Monoprix, AccorHotels et Oui. Sncf ont développé leur skill (interface vocale interactive) pour Google Home. Côté Echo d'Amazon, disponible en France depuis six mois, on trouve pour l'instant les skills Air France, Domino's Pizza, Oui. SNCF et Uber.

Les banques s'intéressent également de près à ces nouvelles interfaces : d'après une étude de MasterCard et de l'université d'Oxford, 93% des consommateurs préfèrent la biométrie vocale aux mots de passe pour accéder à leurs services financiers.

Attention aux données échangées

Mais mieux vaut réfléchir à deux fois avant d'utiliser Echo ou Google Home pour échanger des informations avec sa banque. Les enceintes à commande vocale écoutent les conversations en permanence et envoient ces données dans le cloud.

Google et Amazon conservent les métadonnées (nom, date, heure) et l'historique des requêtes sur leurs serveurs. Un risque sérieux pour la confidentialité, au point que la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) conseille « d'éteindre l'appareil lorsque l'on ne s'en sert pas ou lorsque l'on ne souhaite pas pouvoir être écouté », entre autres mises en garde comme « avertir les invités de l'enregistrement potentiel des conversations », « encadrer les interactions de ses enfants » ou encore « rappeler les risques à partager des données intimes ou des fonctionnalités sensibles (ouverture de porte, alarme...) ».

Rand Hindi, fondateur de Snips, va plus loin. Pour lui, Alexa et Google Home représentent « le pire d'Internet » :

« Quand vous donnez des data à une entreprise privée, elle crée un profil de plus en plus précis au risque d'une manipulation de vos actions. On devrait pouvoir choisir ce qu'on veut lui communiquer. »

Le fondateur de Snips développe actuellement un assistant vocal (Snips Airdays) et un haut-parleur intelligent (Air Base) plus respectueux de la confidentialité des données personnelles, qui ne seront pas envoyées dans le cloud mais conservées localement dans l'appareil. Ce qu'on appelle la « privacy by design » ou la protection des données dès la conception d'une nouvelle technologie.

Un principe qui a d'ailleurs inspiré le RGPD (Règlement général sur la protection des données) européen. Pour Sébastien Soriano, président de l'Arcep, le régulateur des communications électroniques, Amazon, via les skills d'Alexa, peut être considéré comme le troisième OS aux côtés d'iOS d'Apple et d'Android de Google.

« Demain, les assistants vocaux seront dans la télévision et la voiture. On pourra faire ses courses depuis sa voiture autonome. Le problème étant que seuls les grands acteurs du Net peuvent remplir ce rôle. Si l'on veut trouver une alternative européenne aux Internet californien et chinois, il ne s'agit pas de se demander comment devenir un OS de plus, mais de revenir aux débuts du Web et aux logiciels libres », analyse Sébastien Soriano.

Autre danger potentiel : l'empreinte vocale (qui est unique, comme le sont les empreintes digitales) qui sera le sésame pour toutes les interactions avec les enceintes parlantes.

Dans le viseur des hackers

Mais si personne ne songerait à transmettre ses empreintes digitales à un e-commerçant comme Amazon ou un moteur de recherche comme Google, les utilisateurs d'Echo et de Google Home leur confient leur signature vocale sans broncher. Mauvaise idée, car celle-ci peut renseigner sur votre âge, votre état de santé et vos émotions.

« Ce genre de technologie peut aussi informer sur la taille de la pièce dans laquelle vous parlez, les matériaux dont sont composés les murs, le nombre de personnes présentes, les fluctuations du réseau électrique et même vous localiser géographiquement de manière assez précise », avertit Amy Webb.

De plus, les enceintes sont vulnérables aux cyberattaques. La société britannique MWR a prouvé qu'elle avait pu installer un malware (logiciel malveillant) dans une enceinte Echo d'Amazon et récupérer les flux audio. Et, selon le dernier rapport sur les menaces cyber de l'éditeur d'antivirus McAfee, les cybercriminels prévoient de cibler l'Internet des objets (IoT) via les plateformes cloud, les assistants numériques et les réseaux sociaux. Les futurs malwares mobiles utiliseront les smartphones, les tablettes et les routeurs comme vecteur pour avoir accès aux assistants numériques et aux appareils domestiques connectés.

Selon Bastien Dubuc, country manager France chez Avast, un autre éditeur d'antivirus, cité par le magazine spécialisé Global Security Mag, « il arrive que des développeurs préfèrent concevoir des appareils faciles et pratiques à utiliser au détriment de la sécurité. La bonne nouvelle, c'est qu'une enceinte connectée peut être installée et opérationnelle en un clin d'œil ; la mauvaise, c'est qu'elle est tout aussi facilement piratable. Outre cette faible sécurité, les consommateurs sont souvent tellement pressés de découvrir l'appareil qu'ils ne prennent pas le temps de changer les paramètres définis par défaut ». La porte d'entrée des virus, c'est le routeur, qui fait transiter les paquets de données d'une interface réseau à une autre.

« Si un hacker parvient à l'infiltrer, il peut potentiellement compromettre tous les périphériques qui y sont connectés. Outre les assistants vocaux, si des appareils comme la porte d'entrée ou le portail du garage ont des capacités audio, les cybercriminels peuvent donner l'ordre de les déverrouiller via l'enceinte intelligente. Il faut savoir que tous les objets communiquent entre eux et peuvent être utilisés contre leurs propriétaires », ajoute Bastien Dubuc.

Plus anecdotique mais néanmoins désagréable, la conversation d'un couple américain de Portland a été enregistrée par leur enceinte Echo puis envoyée par mail à un de leurs contacts. En Angleterre, un perroquet a même réussi à commander pour 10 livres sterling de marchandises sur Amazon en imitant la voix de sa propriétaire.

Encore plus troublant : dans le premier épisode de la saison 21 du dessin animé satirique "South Park", les personnages ont répété en boucle « OK Google » et « Alexa », déclenchant des centaines de milliers d'enceintes connectées dans les foyers américains. Une voix de dessin animé provenant d'une télévision qui peut contrôler un dispositif censé à terme piloter tous les appareils de la maison ? Pas très rassurant.

Malgré tous ces risques pour la vie privée des consommateurs, les marques sont bien décidées à sauter dans le train du vocal, de peur de louper la prochaine révolution de la relation client. Les aficionados des enceintes intelligentes seraient bien inspirés de relire le roman "1984" de George Orwell avant de s'adresser à leur assistant vocal :

« Le télécran recevait et transmettait simultanément. Il captait tous les sons émis par Winston au-dessus d'un chuchotement très bas. Naturellement, il n'y avait pas moyen de savoir si, à un moment donné, on était surveillé. »

___

ENCADRE 1/2

Portrait-robot de l'utilisateur de "smart speaker"

Verto Analytics a dressé le portrait-robot de l'utilisateur d'assistants vocaux le plus actif. Ou plutôt de l'utilisatrice, puisqu'il s'agirait d'une femme âgée de 52 ans qui passerait en moyenne 90 minutes par mois à parler à son assistant vocal. Selon Pew Research, 37% des Américains utilisant un assistant vocal ont plus de 50 ans, alors même qu'ils sont les plus réticents à naviguer via des interfaces graphiques.

Source : Livre blanc TLC, "La voix porte-parole des marques"

___

ENCADRE 2/2

Principales raisons pour lesquelles les utilisateurs apprécient leur enceinte

  • 1. Pouvoir faire plusieurs choses en même temps (multitasking).
  • 2. Accomplir des tâches plus rapidement que sur d'autres appareils.
  • 3. Obtenir des réponses plus rapidement à leurs questions.
  • 4. Rendre les routines quotidiennes plus simples.

Source : Google-PeerlessInsights, "Voice-Activated Speakers : People's Lives Are Changing", août 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2018 à 13:48 :
A lire ce très bon article (qui ne fait toutefois que synthétiser ce que les gens un peu informé savent déjà), n'importe quel péquin ayant conservé 2 neurones en état de marche devrait se précipiter sur ses objets connectés pour les piétiner avant de les jeter à la poubelle !

On parie que non ... !
a écrit le 17/12/2018 à 21:32 :
Encore un truc qui ne sert à rien sur lequel vont se précipiter les gilets jaunes et qui leur fera une contrainte budgétaire supplémentaire.
a écrit le 17/12/2018 à 17:36 :
Il faut etre fou pour installer ca chez soi … un micro qui vous espionne en permanence ! Au moins la stasi avait le bon gout d ene pas faire payer les gens chez qui elle placait des micros
a écrit le 17/12/2018 à 9:17 :
encore un flop garanti. Comme les chatbots, les google glass et autres "progrès" que les GAFA et les boîtes US friandes de nos données essaient de nous vendre mais qui ne prennent pas ici.
La preuve, les chiffres d'adoption de ces gadgets pour dictateurs montrent que les Européens n'en veulent pas.
a écrit le 17/12/2018 à 8:54 :
Avec windows 10 nous sommes déjà habitués a posséder une pompe à données personnelles, l'économie des objets connectés n'étant que le prolongement de ces vols massifs d'informations personnelles.

On voit bien que le secteur marchand est surtout intéressé à nous lobotomiser pour nous faire acheter leurs produits bien souvent inutiles et polluant. Les consommateurs n'y ont aucun intérêt.

Et nos médias et politiciens comptent sur ces gens là sans rire pour sauver la planète, je parle bien entendu de l'économie entière alors que seulement concentrer à nous exploiter.

On ne va pas y arriver.
a écrit le 17/12/2018 à 8:37 :
Bonjour

Tant que les pros du ITECH n’ont pas résolu tous les problèmes de piratage à distance je ne fais pas confiance et je préfère faire travailler ma matière grise et mes capacités humaines pour gérer ma vie , pas besoin d’assistant vocale.

Cordialement

En tout cas c’est un super outil pour le fisc , 👍.
a écrit le 17/12/2018 à 1:56 :
Bienvenue chez Orwell.
a écrit le 16/12/2018 à 23:20 :
C’est sur qu’installer sois même des micros et mouchards à la maison afin d’obtenir du café, ça fait rêver.
Il me semble que ces objets de l’année 2018 étaient aussi censés être ceux de 2017. Et meme gratuites elles ne sont pas bien parties.
Ça me semble être le prochain gros flop, à l’image des Google glass.
Il faut quand même savoir dire zut à ces faux progrès très invasifs. On sait très bien qu’on ne peut pas choisir les moments où les micros sont branchés ou non. Et on ne sait absolument pas qui s’en sert. Il est quand même étrange que des adultes doivent demander de laisser les portables à 50 m pour discuter de sujets importants.
a écrit le 16/12/2018 à 22:47 :
Ai pas encore trouvé une utilité à ces trucs, donc n'en ai pas, et ça ne me manquera pas, j'ai l'impression.
Tout ce qui se connecte sans paramétrage, réglage est faillible. Qui fait fonctionner son Wifi tel que livré d'usine ? Qui laisse le 0000 de sa carte SIM ?
a écrit le 16/12/2018 à 22:17 :
Peur, ça dépend. L'autre jour, je rentrais tranquillement chez moi et l'enceinte a criée "bouh !". J'ai sursauté évidemment. Mais le plus ennuyeux c'est que mon enceinte connectée passe des heures à papoter avec ses copines enceintes connectées. Une de ses copines enceintes connectées se plaignaient d'avoir été achetée par un gilet jaune qui du coup était à découvert le 14 au lieu du 15. Quelle déchéance pour elle. Mon enceinte a chialé par compassion pendant une bonne demie heure du coup.
Réponse de le 17/12/2018 à 0:35 :
@Elfe Noir, excellent ! J'ai bien ri....
Réponse de le 18/12/2018 à 15:53 :
Tu rigoleras moins quand Enedis viendra t'installer le petit compteur Linky,celui qui a l'air si sympa sur les pubs.Et en plus c'est gratuit!
Réponse de le 18/12/2018 à 18:09 :
@Bob, y-a peu de chance, j'habite à 9000 km où la liberté individuelle existe encore. Par ailleurs, il faudra m'expliquer le rapport entre les ECV et Linky.
a écrit le 16/12/2018 à 21:49 :
Dans le domaine des objets connectés, la protection de la vie privée consiste à ne pas se connecter, surtout avec une bouse dont la sécurité a fait l'objet de moins d'attention que la forme et la couleur de l'emballage, marketing oblige!
Encore un truc rendu indispensable par les GAFA dont les gens intelligents se passeront sans problème et que lautres achèteront par brassées
Autre conséquence à prévoir: le lavage de cerveau des masses populaires. Exemple: Alexa qui est le meilleur président des Etats unis? Je vois bien qui a les moyens de se payer la réponse du bidule....
a écrit le 16/12/2018 à 20:38 :
Mon commentaire n'est pas passé. Je répète donc que je n'aurai jamais un de ces machins espion chez moi.
Réponse de le 17/12/2018 à 6:59 :
Moi non plus.
Réponse de le 18/12/2018 à 6:22 :
Très amusant, si vous avez peur des enceintes connectées vous devriez par vendre d'abord votre PC qui est une bien meilleure source d'information.
a écrit le 16/12/2018 à 19:28 :
Pourquoi aurais-je peur des enceintes connectées ? Moi, "je n'ai rien à cacher"...
a écrit le 16/12/2018 à 19:14 :
Encore un gadget, comme les montres connectées ou les écouteurs sans fil, qui se vendra sans moi. Mais je ne doute pas qu'il y aura suffisamment de moutons pour faire la fortune des fabricants de tous ces machins...
a écrit le 16/12/2018 à 17:47 :
Et bien ça sera sans moi.
Je veux faire des achats? Oui je vais fouiner sur Google, par contre je ne vais pas demander à Google de me trouver le meilleur produit au meilleur prix car l’intérêt de Google et de me renvoyer vers un fournisseur qui achète des mots-clef à Google. Il ne faut pas oublier que Google est une agence de publicité qui facture au clic.
Niveau sécurité, c'est ce qui il y a de pire: la signature vocale a beau être unique, ça s'enregistre...
a écrit le 16/12/2018 à 12:59 :
Jamais de ces machins espion chez moi.
a écrit le 16/12/2018 à 11:49 :
Les français sont contre les compteurs Linky pour des raisons de préservation de leur vie privée mais ils se ruent sur ces enceintes connectées. Va comprendre Charles...
Réponse de le 16/12/2018 à 22:54 :
c'est le même effet que l'IRPP qui se voit, payé par 50% des contribuables, et les taxes cachées, que tout le monde paie, et qui rapportent plus.
Linky est bien visible, fluo, installé pour mesurer les consommations et ne les envoyer qu'à Enedis, crypté, mais les enceintes connectées, c'est anodin, amusant, utile(?), juste relié à la toile mondiale.
a écrit le 16/12/2018 à 10:38 :
Toujours pas compris l’intérêt d'avoir un casse bonbons posé sur la table du salon. Ya déjà assez de moi à la maison. Et puis développer de la technologie pour inciter les consommateurs à rester le prose vissé dans son canapé à attendre sa pizza, je ne vois pas en quoi c'est vital. Et en plus c'est encore un moyen pour accroitre l'obésité moyenne du consommateur. Bref, ma pizza, je vais la chercher moi-même, je tape la tchatche avec le pizzaiolo et les clients, c'est beaucoup plus marrant.
a écrit le 16/12/2018 à 10:34 :
Un truc qui écoute tout ce qui se dit dans un logement et peut "éventuellement" le transmettre à un opérateur extérieur, et qu'en plus les gens introduisent volontairement chez eux... Le KGB l'a rêvé, Google, Apple, Amazon et consorts l'ont fait. Sérieusement, on s'inquiète pour les données personnelles que pourrait éventuellement transmettre un Linky (qui est incapable de distinguer un grille-pain d'un sèche-cheveux ou d'un cumulus) et n'ont pas le haut-le-corps que devrait légitimement provoquer ces machins.
Réponse de le 16/12/2018 à 11:51 :
Le compteur Linky, c'est juste une économie sur les relevés. Le reste c'est du flan. Il est probable que ce soit un système similaire à terme pour les compteurs d'eau (suivant le coût d'installation). Économie de personnel . Truc scandaleux, que les médias ne disent pas, la fameuse réduction de 50% du prix du permis de chasse, est financée via votre facture d'eau. Une idée de Manu et consorts.,
a écrit le 15/12/2018 à 16:46 :
J'ai peur d’être espionné ... ni les moyens. Méfiance de haut niveau. En informatique, je suis sous Linux, par prudence, économie , fiabilité et efficacité. Cerise sur le gâteau, c'est gratuit. Bon truc pour l' Afrique, où l'électricité reste une denrée rare. Je le reconnais (les reportages TV ne relatent pas cette réalité ). Voir sur un bout de carton sur un arbre écrit "GARAGE " vous fais rigoler, mais ils savent ! À la frontière Libyennes, j'étais étonné de voir comment ils remplissaient des bouteilles de gaz ... etc ... la liste des trucs insolites serait longue.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :