Orange se réjouit de voir Google attaqué par Bruxelles : c'est "une victoire morale et intellectuelle"

 |   |  275  mots
Les différends entre Google et un opérateur doivent être du ressort des autorités européennes, a estimé Stéphane Richard..
Les différends entre Google et un opérateur doivent être du ressort des autorités européennes, a estimé Stéphane Richard.. (Crédits : Reuters)
Le PDG d'Orange s'est félicité de la décision de la Commission européenne d'agir pour mettre fin aux pratiques anticoncurrentielles du géant de Mountain View.

L'offensive de la Commission européenne, qui a accusé mercredi le géant américain Google d'abus de position dominante dans la recherche sur internet, "est une grande victoire morale et intellectuelle", a estimé Stéphane Richard, le patron de l'opérateur Orange. Il s'agit d'un "signal très important pour tout l'écosystème numérique", a souligné le PDG de l'opérateur français sur BFM Business.

"Des géants qui écrasent tout"

Cela fait "des années que l'on avait l'impression de prêcher un peu dans le désert à Bruxelles en disant : vous ne vous intéressez qu'aux problèmes de concurrence entre les opérateurs", "vous persécutez continuellement" les opérateurs qui veulent réaliser des rapprochements, a-t-il expliqué.

"Et pendant ce temps on a des géants qui écrasent tout en utilisant des positions qui sont ultradominantes et contre lesquels vous ne faites rien", résumé Stéphane Richard, se réjouissant que la Commission européenne soit finalement passée à l'action. Le patron d'Orange a estimé que son groupe ne faisait pas le poids face à Google qui a "une position ultradominante dans un service essentiel sur internet", la recherche, et de par son système d'exploitation mobile Android.

À Bruxelles de régler les différends

"Comment voulez-vous qu'un opérateur établisse un rapport de force avec Google, c'est impossible". Les différends doivent donc être du ressort des autorités européennes, a-t-il estimé.

La Commission européenne a aussi ouvert une enquête distincte pour déterminer si Google n'enfreignait pas les règles européennes de concurrence avec son système d'exploitation Android.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2016 à 8:50 :
C'est moi ou Orange roule toujours pour Microsoft? Car au niveau OS pour téléphone, il y a un marché concurrentiel: iOS, Android et Windows phone. Et en ce moment, Microsoft poursuit à tous va devant les tribunaux pour essayer de "forcer" à l'adoption de Windows phone qui ne parvient pas à percer. Par contre, curieusement, la vente liée pc+Windows qui dure depuis des décennies n'est toujours pas attaquée par l'Europe. Ni les machines "verrouillées" qui ne peuvent démarrer qu'avec Windows. Ni les contrats d'Apple avec les opérateurs, alors qu'il s'agit plus ou moins de racket. Et pour ce qui est des moteurs de recherche, j'utilise un service alternatif depuis des mois et cela consiste juste à taper une autre adresse dans son navigateur...
a écrit le 17/04/2015 à 16:56 :
l'aurope a fait le choix de multiplier le nombre d'opérateurs y compris en créant de nouveaux subventionnés, une pléiade de nains, et aux US c'est la concurrence normale et fusions, d'où ces mastodontes qui font la pluie et le beau temps...

il faut que les politiques arrétent de jouer au monopoly avec les entreprises, il serait temps de prendre le virage de la mondialisation et de laisser les fusions d'opérateurs se faire pour profiter des économies d'échelle et pouvoir se battre, sinon les géants vont nous absorber...
a écrit le 16/04/2015 à 15:46 :
C'est à mourir de rire, FRANCE TELECOM/ORANGE était et est toujours de part ses circuits en position de monopole en FRANCE, heureusement pour les Français il est arrivé 2 choses formidables pour s'en passer: INTERNET et le MOBILE. Quant à l'U.E, plutôt que de faire la guerre à GOOGLE elle devrait se poser la question: pourquoi il n'y a pas de "Google Européen" pour concurrencer l'Américain ? Pas plus que le vieux rêve de GPS Galileo et toujours pas opérationnel: : retards, défaillances de certains satellites, manque de financement. Donc en tant que navigateur, quelque fois transatlantique, je suis heureux depuis 1994 d'avoir sur mon voilier des GPS Américains.
Réponse de le 17/04/2015 à 15:09 :
monopole ? totalement faux, il n'y a plus de monopole depuis 1996 et orange est obligé de louer à prix coûtant non seulement les réseaux historiques (boucle locale, génie civil) mais aussi tous ses nouveaux investissements et avec des offres de gros à prix coûtant, avec un espace suffisant entre cette offre et son tarif commercial, afin que ses concurrents puissent lui prendre facilement de sparts de marchés sans investir - distorsion unique en europe..

les tarifs de dégroupage sont les plus bas d'europe, le régulateur donne des avantages particuliers à tel ou tel opérateur (surfacturation des terminaisons d'ppel, licence moins chére, maintient du monopole illégal du FTTLA de numéricable, 8 millions de prises à 100M), et distrubue le sparts de marchés de façon mécanique par ces régles de distorsion concurrentielle...

voilé pour la réalité, ensuite il est exact que quand l'europe favorise la balkanisation du marché en créant de toute spièce set de façon artificielle des opérateurs (159 eu europe), il n'y en a plus que 5 aux US, et ces géants veulent imposer leur lois et captant la valeur ajoutée surle dos des opérateurs....le manque d'un google européne est du à cette concurrence débridée et artificielle au lieu de laisser ce marché fusionner...
a écrit le 16/04/2015 à 13:52 :
Quand on sait que Bruxelles est en train de donner les pleins pouvoirs aux grandes entreprises américaines, via le Traité transatlantique, ce ne serait pas un peu du flan pour sauver les apparences d'une institution de plus en plus contestée (U.E), cette histoire avec Google ?
a écrit le 16/04/2015 à 11:24 :
L'algorithme de recherche ultra performant de Google doit être partagé comme un standard de l'industrie incontournable. En ce qui concerne Android, le code est ouvert et il y a des concurrents plus performants comme Cyanogen. Mais les opérateurs n'acceptent pas que les utilisateurs change l'OS de leur smartphone. Ils sont "complices" de Google.
a écrit le 16/04/2015 à 11:06 :
C'est sur Mr richard, avec Orange il ne faut pas compter sur l'innovation. D'ailleurs ces dix dernieres années , Orange a essayé de copier un nombre incalculable de concept venant des concurrents.. Avec à chaque fois, un échec sur la copie. Bref Orange est bon pour une seule chose, le monopole et les comptes d'épicier.. Cad, prendre ses clients pour des vaches à lait, sans que ceux-ci est le choix
Réponse de le 16/04/2015 à 14:37 :
Il me semble qu'il y a 4 opérateurs en France donc personne n'est obligé de rester chez Orange s'il n'a pas envie. C'est marrant de voir le nombre de gens qui répètent inlassablement ce que disent les autres "opérateurs qui nous prennent pour des vaches à lait" alors que les prix ont nettement baissé et les mêmes n'hesitent pas à investir 600 euros pour acheter le dernier telephone à la mode sans trouver à y redire, pas à une contradiction près les consommateurs...
Réponse de le 16/04/2015 à 23:54 :
@lolo : tout à fait d'accord avec votre commentaire et comme les français sont les rois du tirage de balle dans le pied, ils préféreraient voir Orange/France Télécom crever (et donc ses 100.000 emplois directs et 200.000 indirects) pourvu que ce soit une entreprise américaine - qui ne paye aucun (ou presque) - impôts en France qui écrase nos opérateurs français... les américains eux, ont beaucoup moins de scrupules en sachant que chez eux le prix d'un forfait mobile moyen est à 60 Euros...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :