Comment Facebook veut lutter contre les faux comptes

 |   |  657  mots
Facebook, plus grand réseau social au monde, est utilisé par plus de 2 milliards d'utilisateurs.
Facebook, plus grand réseau social au monde, est utilisé par plus de 2 milliards d'utilisateurs. (Crédits : Regis Duvignau)
Facebook va mettre en place un processus de vérification pour les administrateurs de pages populaires. Le but : lutter contre les faux comptes - une action identifiée comme prioritaire par le réseau social d'ici les élections sénatoriales américaines en novembre. Accusé d'avoir facilité une ingérence russe lors de l'élection présidentielle américaine en 2016, Facebook multiplie les annonces pour éviter cet écueil lors du prochain scrutin.

Facebook a annoncé le 10 août vouloir rendre les pages - ces comptes tenus par des entreprises, des associations ou encore des personnalités auxquelles on peut s'abonner - "plus authentiques et transparentes". Le plus grand réseau social au monde, utilisé par plus de 2 milliards d'utilisateurs, va donc instituer un processus de vérification pour les administrateurs de pages "ayant un grand nombre" d'abonnés, a-t-il indiqué dans une note de blog, sans chiffrer le seuil d'audience minimum requis. Ce système va être déployé dans un premier temps aux États-Unis courant du mois d'août. Il va aussi être dupliqué "dans les semaines à venir" sur Instagram, l'application de partage de photos appartenant à Facebook.

"Notre but est d'empêcher les organisations et les individus de créer des comptes pouvant tromper les internautes sur qui ils sont ou ce qu'ils font", justifie le fleuron de la Silicon Valley.

L'objectif : "rendre plus difficile pour les internautes d'administrer une page avec un compte faux ou compromis".

62 millions de faux comptes fin 2017

La lutte contre les faux comptes est l'un des nombreux défi auquel Facebook doit faire face, notamment pour éviter la propagation de fake news - ces fausses nouvelles apparues pendant le Brexit en 2016 et amplifiées lors de l'élection présidentielle américaine. Fin 2017, l'ensemble des faux comptes sur le réseau social représentait environ 3% des utilisateurs mensuels actifs (2,07 milliards à l'époque) - soit plus de 62 millions de faux comptes...

Avec ces nouvelles règles, les administrateurs de pages devront donc confirmer leur identité en indiquant une géolocalisation. Ils devront également sécuriser leur compte avec deux identifiants - un mot de passe et un code de connexion envoyé par SMS ou par mail. S'ils ne se plient pas au processus d'identification, alors ces derniers ne pourront plus publier de contenus sur leurs pages. Pour les internautes, de plus amples informations seront transmises afin de savoir qui gère les pages consultées : date de création, lieu, changements de noms, fusion avec d'autres pages... L'idée étant d'améliorer la transparence pour rassurer les utilisateurs quant aux informations qu'ils consultent.

Partage de responsabilité avec les annonceurs

Ces nouvelles règles viennent compléter les annonces de Facebook réalisées en juin concernant la publicité diffusée sur les pages de sa plateforme. Le réseau social va désormais indiquer aux utilisateurs toutes les publicités actives diffusées par un même annonceur. Sur chaque page d'entreprise, un onglet "informations et publicités" va faire son apparition. Il permettra de "de visualiser la publicité (texte et contenu créatif) et de la signaler si un élément suspect est identifié", précisait l'entreprise de Mark Zuckerberg dans une note de blog publiée jeudi 28 juin. L'internaute pourra ainsi consulter des publicités pour lesquelles il n'a pas été directement ciblé. Facebook tente donc de partager la responsabilité des contenus publiés avec les annonceurs.

"Les annonceurs et partenaires auront donc une responsabilité accrue au regard des publicités qu'ils peuvent concevoir afin d'aider à prévenir de potentiels abus", assume la plateforme.

Lors de ces annonces faites en juin, Sheryl Sandberg, numéro 2 de Facebook, avait confirmé que la lutte contre les faux comptes était la priorité de l'entreprise d'ici les élections sénatoriales américaines en novembre. Accusé d'avoir facilité une ingérence russe lors de l'élection présidentielle américaine en 2016, Facebook veut donc éviter cet écueil lors du prochain scrutin américain.

Depuis mars, le géant américain est en opération séduction pour faire oublier ses nombreuses casseroles. Facebook enchaîne les polémiques depuis plus de deux ans : désinformation, ingérence politique, fuite des données avec le scandale Cambridge Analytica... Autant d'éléments explosifs qui donnent au prochain scrutin de mi-mandat américain des allures de baptême du feu pour le plus grand réseau social au monde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2018 à 17:21 :
perso depuis que j'ai mis un adblock sur facebook, je ne vois plus toutes les pubs/"info" honteuses, la dernière que j'ai vu il y'a 2 ans, c'était une speudo info, sur la mutation de vanessa paradis, acro au crack, avec une photo d'elle amaigrie, édentée... C'est ouf jusqu'où peut aller la désinformation sur les réseaux sociaux...
a écrit le 15/08/2018 à 4:46 :
Moralité...les esclaves des temps "modernes " doivent être obéissants…..!
a écrit le 14/08/2018 à 11:53 :
Bonjour,
Expliquez moi, est ce que Facebook a le droit de demander pour sois disant sécuriser un compte, notre piéce d'identité ou passeport ??? Un de mes comptes a été fermer, car j'ai refusé de leur fournir ma piéce d'identité ???
Réponse de le 15/08/2018 à 9:18 :
Non ce n est pas legal, pour cette pratique Facebook a ete condanné en France et dans d autres pays de l EU. Mais il continu cette pratique, car la proportion de gens qui respondent a leur demande et plus important que ceux qui vont en justice. Imaginer le fichier supra national qu il se constitue, il pompe les données de chacun avec facebook et instagram et il les confirme avec des documents administratifs. La Quatrature du net vous dira que cela ne les regarde pas (sic), les politiques ne comprennent pas ou est le probleme, le cabinet du secretaire au num. n y voit rien a redire et l Olympe est occupé a invité Zuker. a l Elyssée pour faire risette sur la photo souvenir. S_i vous avez le temps et les moyens, Il ne reste plus que les juges pour defendre nos droits, les autres sont aux abonnés absent !
a écrit le 14/08/2018 à 8:21 :
Moi depuis 5 ans j'ai ouvert plus de 20 comptes Facebook
Ils sont toujours en ligne et je men sera jamais
Et je ne suis pas seul
Donc 2 milliards de comptes actifs ? Mouais si réalité c'est la moitié c'est déjà bien
Réponse de le 15/08/2018 à 10:05 :
Est ce normal que lorsque l on bloque une personne qu elle se crée un autre compte pour nous surveiller c est notre cas
a écrit le 13/08/2018 à 21:05 :
Complétement "sonné" ce Zuckerberg !
a écrit le 13/08/2018 à 20:28 :
Je trouve des difficulté avec mon mot de passe.
a écrit le 13/08/2018 à 19:32 :
Des fake news pendant le Brexit mais trop lol quoi. Vous suggérez que le peuple britannique a été dupé et que son vote a été influencé et qu'il le regrette ?
Ca va tranquille ?
C'est sans doute pour ça que les parlementaires élus après le Brexit veulent un Brexit encore plus dur j'imagine...
Quand à la campagne américaine, ouais trump vous plait on l'a bien compris. Mais il est élu c'est balo
Et je vous ai pas entendu parler de la censure systématique des videos de Clinton avec des crises de spasmes en tout genre. Ou du meutre du comptable de la fondation clinton, principal témoin à charge du procès sur les financements occultes de la dite fondation..
Allez bisous messieurs les "journalistes".
a écrit le 13/08/2018 à 17:10 :
Cela fait plus de dix ans que l'on attendait que Twitter nettoie son réseau de ses faux comptes et enfin, alors qu'on n'y croyait plus du tout, ils le font et oh surprise plutôt très bien ! Bravo ! Impossible de ne pas constater que cela tombe quand le président de la république américaine l'a adopté pour sa stratégie c'est sûr et certain mais quand même, comme on le voit avec certains de nos ministres ultra populaires avant la chasse aux bots et ne se retrouvant plus qu'avec quelques followers du coup, ça détonne.

FB a donc franchement intérêt à ne pas lésiner sur les moyens et à suivre ce chemin étant donné que je ne pariais pas un copec sur l'ancien Twitter qui ne rimait à rien mais mieux nettoyé ça devrait carburer. C'est très important, la clientèle internet est bien plus éveillée que la clientèle télévisuelle, on ne peut pas les prendre comme des andouilles comme le font les médias de masse classiques.

FB est devenu un média de masse s'il veut continuer de surpasser les anciens modèles médiatiques il faut montrer pattes blanches. C'est l'avènement du nouveau monde, celui qui fait que les citoyens sont plus éclairés et que les possédants-dirgeants.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :