Informatique : sous son "nuage" très américain, l'Europe s'inquiète

Sur le Vieux Continent, plusieurs experts et gouvernements s'inquiètent de la multiplication des partenariats que signent de grandes entreprises européennes avec des géants américains pour accélérer dans le cloud computing.

4 mn

(Crédits : Kacper Pempel)

Assise sur une gigantesque mine de données, cet "or du XXIe siècle", l'Europe risque-t-elle d'en perdre totalement la maîtrise à force de se reposer sur les services des géants de l'informatique américains? C'est ce que redoutent experts et gouvernements.

Les signatures de grands contrats de "cloud" entre grands groupes ou institutions européennes et géants américains de l'informatique se sont succédé récemment: Google Cloud avec Renault et Orange, Deutsche Bank ou Lufthansa, Amazon Web Services avec Volkswagen, Microsoft avec le ministère de la Santé français pour les données de recherche françaises...

Lire aussi : Les banques s'allient avec les Gafa pour accélérer dans le cloud

"Cloud" ou "nuage": ce terme désigne divers services qui permettent d'obtenir en ligne de la ressource informatique -stockage et calcul - sans être obligé d'avoir soi-même son propre parc informatique, coûteux à entretenir et à renouveler.

Les données européennes stockées hors de l'Europe

La tendance inquiète en particulier l'Allemagne, à la tête d'un riche patrimoine de données grâce à sa puissante industrie.

"La plupart des données européennes sont stockées hors de l'Europe, ou, si elles sont stockées en Europe, sur des serveurs appartenant à des sociétés non européennes", s'alarmaient à la mi-juillet des experts et responsables de médias, dans un rapport d'une trentaine de pages écrit sous la direction notamment de l'ancien dirigeant du grand éditeur de logiciels allemand SAP, Henning Kagermann.

L'UE est en train de "perdre son influence sur la sphère numérique, à un moment où elle a pris un rôle central dans l'économie du continent", déploraient-ils.

"Une facilité, voire une trahison"

 Au début du mois, un haut fonctionnaire français livrait un diagnostic encore plus abrupt, lors d'une réunion de professionnels de l'informatique à laquelle l'AFP assistait sous condition de respecter l'anonymat des interlocuteurs.

"On a un énorme sujet de sécurité et de souveraineté autour des clouds", expliquait-il.

"Dans beaucoup de cas, c'est une facilité, voire une trahison" pour des entreprises ou institutions européennes que d'aller "se débarrasser de tout cela" auprès d'acteurs non-européens "parce c'est plus simple", a-t-il dit, sans donner toutefois d'exemple spécifique. "Pourtant nous avons de très bons acteurs dans le cloud et le traitement de données."

L'une des sources d'inquiétude des Européens vient du "Cloud Act", la législation américaine qui permet aux puissantes agences de sécurité des Etats-Unis d'avoir accès dans certains cas aux données hébergées par les fournisseurs américains, où qu'elles se trouvent sur la planète.

"Ma société est américaine, et je sais très bien quelles sont les implications d'une telle législation", avertissait récemment un patron franco-américain, sous couvert de l'anonymat. "Et vu ce qui est en train de se passer dans la rhétorique américaine, ces choses là ne vont pas changer en mieux."

Au-delà même de l'intégrité des données, c'est la capacité à les exploiter et à en tirer parti qui inquiète beaucoup d'experts et de décideurs européens.

Comme des pays miniers

Si en Europe "on est juste capable de produire des données, en ayant besoin d'autres pour parvenir à les exploiter, alors on va être dans la même situation que les pays qui ont des ressources minières mais qui ont donné la capacité à d'autres de s'enrichir avec, avec des retombées extrêmement faibles" pour eux-mêmes, expliquait le haut fonctionnaire français cité plus haut.

Les gouvernements allemands et français ont annoncé en juin dernier le projet "Gaia X", pour faire émerger une offre européenne.

Plutôt que de chercher à encourager une ou des entreprises géantes type Gafa, capables de proposer une multitude de services - stockage, puissance de calcul, outils de traitement de données et d'intelligence artificielle, outils de chiffrement et de sécurité -, Paris et Berlin veulent faire émerger un réseau d'entreprises européennes fonctionnant selon les mêmes normes et standards.

Une sorte de "place de marché" ou chaque client potentiel trouverait tout ce dont il a besoin, sans quitter la juridiction européenne. Et qui fonctionnerait suivant une logique décentralisée, peut-être plus compatible avec les enjeux futurs du traitement des données industrielles et notamment de celles issues des objets connectés.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 04/08/2020 à 19:24
Signaler
Il faut arrêter maintenant ! Si on envoie toutes nos données aux USA c'est qu'on l'a bien voulu !Il va falloir arrêter de se donner des excuses plus bidons les unes que les autres. Qui a empêché l'Europe de se doter d'un cloud souverain, de racheter ...

le 19/08/2020 à 13:51
Signaler
C'est clair, mais l'Europe si elle a été une bonne idée à l'origine n'a malheureusement jamais été créé pour les citoyens des pays membre mais en faveur des grands groupe mondialiste, en gros on nous pompe notre fric et on le donne aux financiers et ...

à écrit le 04/08/2020 à 16:41
Signaler
Avant nous riions sans faire des stages du rire ! Bref ne perdez pas votre temps : Les GAFA et licornes Américaines et Chinoises sont la BASE de cette nouvelle société mondiale NUMÉRIQUE, les nations disparaîtront d’ici 15 ans . Le Covid 19 ...

à écrit le 04/08/2020 à 14:52
Signaler
Faut couper les ponts avec les usa Comment je l’ignore mais ils sont graves dangereux

à écrit le 04/08/2020 à 11:49
Signaler
Il serait temps de faire le point sur la corruption dans l'administration. La crise du Covid nous a coûté tellement cher pour seulement quelques millions d'euros de masques mal gérés. On pourrait déjà commencer par une obligation d'alerte sur des dys...

à écrit le 03/08/2020 à 20:17
Signaler
Intéressant

à écrit le 03/08/2020 à 20:16
Signaler
C’est la même rengaine depuis 50 ans, des gouvernements de fonctionnaires, qui essaient de créer des "poids lourds". Européens pour faire face aux américains. Et ils se plantent. A chaque fois. Car ce sont des fonctionnaires, qui ne comprennent rien ...

le 04/08/2020 à 10:22
Signaler
Oui, les entreprises stratégiques américaines ne sont pas subventionnées, les entreprises chinoises n'en plus ... Je ne sais pas si vous êtes fonctionnaire, mais clairement, vous ne connaissez rien au monde des affaires. Les startups américaines...

le 04/08/2020 à 10:22
Signaler
Oui, les entreprises stratégiques américaines ne sont pas subventionnées, les entreprises chinoises n'en plus ... Je ne sais pas si vous êtes fonctionnaire, mais clairement, vous ne connaissez rien au monde des affaires. Les startups américaines...

à écrit le 03/08/2020 à 13:46
Signaler
Bah forcément quand ce sont les US qui ont formalisé, déniché, élaboré tous les concepts, la matière informatique sous jacente à toutes les technologies (les sciences de l'ingénieur sont in fine calculables), l'électronique analogique d'abord en mêm...

à écrit le 03/08/2020 à 13:42
Signaler
Le " cloud", ce sont plutôt les nuages qui s'accumulent sur la planète dans tous les domaines. Politiques, sanitaires, sécuritaires, économiques, financiers, écologiques. Le Monde est entré dans une nébuleuse "cloudesque" instable, hostile qui pourr...

à écrit le 03/08/2020 à 13:31
Signaler
Le " cloud", ce sont plutôt les nuages qui s'accumulent sur la planète dans tous les domaines. Politiques, sanitaires, sécuritaires, économiques, financiers, écologiques. Le Monde est entré dans une nébuleuse "cloudesque" instable, hostile qui pourr...

à écrit le 03/08/2020 à 10:04
Signaler
On peut être pessimiste et dire qu'on met nos données aux mains des multinationales américaines. Moi je vais simplement faire un constat, c'était déjà le cas et cela ne posait aucun problème aux européens. Trump est passé par là entre temps, il a uti...

à écrit le 03/08/2020 à 9:27
Signaler
avant, voler des donnees, c'etait tres complique la stasi pas liberale pour deux sous venait poser des micros dans vos toilettes et sous votre telephone aujourd'hui, les gens demandent a se faire espionner, avec le cloud, avec alexa et consors, etc...

à écrit le 03/08/2020 à 9:24
Signaler
Le verrou français est dans la diabolisation des données personnelles. La personnalisation de l'offre numérique est une rupture macro-économique majeure. Tant que la France s'acharne à vouloir transformer l'internet en TV, les GAFA continueront à pro...

à écrit le 03/08/2020 à 8:51
Signaler
Quand on a des specialiste comme A juillet, ce guignol qui se ventent d'avoir des outils sophistiqués dans le domaine de la surveillance, le reniflage numérique et donc d'etre en avance sur les autres pays d'europe alors que ces outils sont israelo a...

à écrit le 02/08/2020 à 15:52
Signaler
C'est d'abord et avant tout une gigantesque source de revenus que nos milliardaires européens sont incapables une nouvelle fois de capter sans la tutelle américaine qui elle se gave beaucoup plus de ce fait mais c'est logique puisque créée d'abord et...

à écrit le 02/08/2020 à 15:29
Signaler
On devrait demander aux chinois s'ils ont une offre alternative à celles des américains, vu que la facilité (critiquer est aisé :-) ) consiste à prendre ce qui existe déjà que faire les frais de création du nuage européen. Mais si ça arrive un jour o...

à écrit le 02/08/2020 à 15:21
Signaler
C'est trop tard pour s'inquiéter, c'est DEJA la réalité. La vraie question c'est pourquoi il n'y a pas d'alternatives sérieuses en Europe et en particulier en France. Pourquoi en France, il est impossible de crééer un Google, un Apple , un Facebook, ...

le 02/08/2020 à 20:34
Signaler
C'est l'analyse usuelle mais elle est sans doute fausse ou très limitée. Ce qui fait la différence, c'est la taille du marché intérieur, assez grand aux USA (ou en Chine) qui permet de créer des entreprises assez grosses pour ensuite devenir des géan...

à écrit le 02/08/2020 à 15:19
Signaler
Que c'est "jouissif" de jouer... avec les mots, vous parlez de l'Europe comme si cela était une nation souveraine alors que ce n'est qu'un continent, comment voulez vous qu'elle règle un problème??

le 03/08/2020 à 20:19
Signaler
Absolument !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.