Propagation du Covid-19 : après Google, Facebook ouvre ses données

 |   |  841  mots
Facebook, utilisé par plus de 2 milliards d'internautes dans le monde, a annoncé lundi le partage de données agrégées et anonymisées pour étudier la propagation du coronavirus.
Facebook, utilisé par plus de 2 milliards d'internautes dans le monde, a annoncé lundi le partage de données "agrégées et anonymisées" pour étudier la propagation du coronavirus. (Crédits : DADO RUVIC)
Le plus grand réseau social au monde a annoncé lundi la publication de données "agrégées et anonymisées" provenant de sa base d'utilisateurs. Le but : permettre aux chercheurs d'analyser la propagation du coronavirus en mesurant l'efficacité du confinement par exemple. Une annonce similaire a été faite par le géant Google vendredi dernier.

Alors que 4 milliards de personnes dans le monde sont appelés à se confiner pour lutter contre la propagation du coronavirus, les géants de la tech répliquent. Facebook, utilisé par plus de 2 milliards d'internautes dans le monde, a annoncé lundi le partage de précieuses données "agrégées et anonymisées". Le plus grand réseau social au monde dit ainsi vouloir aider les chercheurs à mieux analyser la propagation de l'épidémie.

"Alors que nous travaillons avec les autorités pour combattre le Covid-19, une des façons uniques dont Facebook peut aider est de fournir des données agrégées de notre communauté pour savoir où et comment se propage l'épidémie", a affirmé lundi Mark Zuckerberg, Pdg et cofondateur de Facebook, dans une note publiée sur le réseau social.

Dans le détail, le géant de la Silicon Valley va proposer aux chercheurs "trois nouveaux types de cartes de prévention des maladies" mises à jour quotidiennement, selon un communiqué de presse. Les données partagées, notamment celles de géolocalisation, proviendront des utilisateurs ayant laissé l'option "Historique des positions" activée dans leurs paramètres, a précisé Facebook selon l'AFP.

Mesurer l'efficacité du confinement

Le premier type de cartographie, dit de "regroupement", "révèle la probabilité que des personnes d'une région entrent en contact avec des personnes d'une autre région, ce qui permet de mettre en lumière les endroits où des cas de COVID-19 peuvent apparaître ensuite", selon une note sur le site dédié.

Une autre mesure, dite de "connectivité sociale", permet de quantifier et de visualiser les liens sociaux que les habitants d'une région entretiennent avec d'autres régions. L'objectif : "aider les épidémiologistes à prévoir la propagation de la maladie, et à identifier les régions qui auront le plus besoin d'aide", affirme Facebook.

Enfin, un troisième outil permettra de visualiser le respect du confinement à l'échelle régionale. "Les tendances en matière d'amplitude de mouvement montrent, au niveau régional, si les gens restent près de chez eux ou s'ils visitent de nombreux quartiers de la ville, ce qui peut permettre de savoir si les mesures préventives vont dans la bonne direction", justifie le groupe.

Ces cartes s'inscrivent dans le cadre du programme "Data for good", lancé par le réseau social en 2017. Ce dernier vise à fournir une multitude d'informations aux organisations humanitaires, mais aussi aux institutions publiques de santé, en période de crise sanitaire par exemple. En France, le programme est par exemple réalisé avec l'université PSL qui regroupe 11 établissements d'enseignement supérieur (comme l'Institut Curie, le Collège de France ou encore l'École nationale supérieure de Chimie de Paris). Le CNRS, l'Inria et l'Inserm sont également intégrés au programme pour travaille sur des "modèles de stratégies de déconfinement pour aider à la prise de décisions publiques sur cette question", souligne le communiqué de presse.

Lire aussi : Confinement et suivi de la contagion: faut-il craindre la surveillance des smartphones ?

Anticiper les besoins en ventilateurs respiratoires

En parallèle, le groupe invite ses utilisateurs américains à remplir volontairement un sondage destiné à l'université californienne, Carnegie Mellon University. L'idée est de cartographier les personnes ressentant des symptômes liés au Covid-19 pour identifier les régions les plus touchées.

"Ressentir des symptômes est souvent un signe précurseur avant de tomber gravement malade, ou pouvant mener à l'hôpital. Si [le sondage] fonctionne, cela permettra de produire une carte hebdomadaire pour aider à prévoir plus précisément le nombre de cas à venir pour les hôpitaux, ainsi qu'un indicateur de la progression de l'épidémie ou de l'aplatissement réussi de la courbe", justifie Mark Zuckerberg.

Et de poursuivre : les données "peuvent aider à déterminer où allouer les ressources médicales nécessaires, comme les ventilateurs respiratoires (...)" Le sondage pourrait être "rapidement étendu" à l'échelle de la planète dans les jours à venir si les résultats américains sont concluants, précise le patron de Facebook.

Le groupe américain a assuré qu'il ne recevrait pas les données de santé partagées via ce sondage, et dit avoir pris toutes les précautions pour éviter que les utilisateurs puissent être identifiés. Car le retentissant scandale Cambridge Analytica, qui a écorné l'image de Facebook en 2018, a levé le voile sur les pratiques laxistes du groupe en matière de protection des données personnelles.

Le groupe de Menlo Park n'est pas le seul à partager ses données. Vendredi dernier, le géant Google a annoncé partager ses données de localisation pour évaluer le confinement. En France, l'opérateur télécom Orange a par exemple annoncé travailler avec l'Inserm là aussi sur l'exploitation de données de géolocalisation anonymisées afin de mieux suivre les mouvements de la population dans l'Hexagone pendant la pandémie.

Lire aussi : Google utilisera ses données de localisation pour évaluer le confinement

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/04/2020 à 16:28 :
Je m’excuse de vous déranger dans vos délires de chercheurs sur cobayes mais ça serait bien que le monde entier commence à réellement tester «  en masse » et que nous commençons un traitement contre «  cette m.... » surgit de nulle part ....
La «  priorité «  c’est ça .... ce n’est pas vos pactes idiots de statistiques de données qui vont servir au Marketings pour enrichir les «  investissements du futur société mondialisé numérique «  sur le malheur des gens .( morts en masse , deuils , sans emplois .....)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :