Google utilisera ses données de localisation pour évaluer le confinement

 |   |  448  mots
Par exemple, ces informations pourraient aider les responsables à comprendre les changements de tendances dans les déplacements essentiels, ce qui pourrait les amener à faire de nouvelles recommandations concernant les horaires d'ouverture ou les offres de services de livraison, explique Google.
"Par exemple, ces informations pourraient aider les responsables à comprendre les changements de tendances dans les déplacements essentiels, ce qui pourrait les amener à faire de nouvelles recommandations concernant les horaires d'ouverture ou les offres de services de livraison", explique Google. (Crédits : ARND WIEGMANN)
Le géant américain publiera dès vendredi des rapports statistiques censés aider les pouvoirs publics de plus de 131 pays à faire évoluer leurs décisions en fonction des "tendances générales des mouvements de personnes". Ils exploiteront les données "agrégées et anonymisées" des utilisateurs Google ayant activé "l'historique des positions".

Google va publier à partir de vendredi des statistiques issues des données de localisation de ses utilisateurs dans le monde, afin d'aider les pouvoirs publics à évaluer l'efficacité des mesures de distanciation sociale contre le Covid-19. Téléchargeables sur un site dédié pour plus de 131 pays dont la France, ces rapports doivent révéler les "tendances générales des mouvements de personnes au fil du temps et par zone géographique, dans différentes catégories d'endroits tels que les lieux de loisirs, les commerces d'alimentation, les pharmacies, les parcs, les stations de transport en commun, les lieux de travail et de résidence", selon un article sur un blog du géant américain.

Les infos les plus récentes dateront "de 48 à 72 heures"

"Nous afficherons les tendances sur plusieurs semaines" sous forme d'"une augmentation ou diminution du pourcentage des visites", et non d'un nombre absolu, précise l'article signé par la directrice des produits géographiques de Google (dont Maps), Jen Fitzpatrick, et la médecin en chef de Google Health Karen DeSalvo. Les informations les plus récentes dateront "de 48 à 72 heures".

"Nous espérons que ces rapports aideront (les responsables de la santé publique) à prendre des décisions sur la façon de gérer la pandémie de Covid-19. Par exemple, ces informations pourraient aider les responsables à comprendre les changements de tendances dans les déplacements essentiels, ce qui pourrait les amener à faire de nouvelles recommandations concernant les horaires d'ouverture ou les offres de services de livraison", explique Google.

Du "bruit" dans les données brutes

Comme la détection d'embouteillages ou la mesure de la fréquentation des commerces sur Google Maps, ces rapports utilisent les données "agrégées et anonymisées" des utilisateurs Google ayant activé "l'historique des positions", qui peut être supprimé ou interrompu dans les paramètres du compte.

"Pour protéger la vie privée des personnes, aucune information personnellement identifiable, comme l'emplacement, les contacts ou les mouvements d'une personne, n'est mise à disposition", écrit Google.

Pour empêcher toute tentative d'identification d'une personne au sein de l'ensemble de données, l'entreprise a mis en œuvre une technique statistique appelée "confidentialité différentielle" qui ajoute du "bruit" dans les données brutes tout en conservant des statistiques proches de la réalité. Différents projets technologiques ont été lancés dans le monde pour lutter contre l'épidémie, notamment le recours aux données de localisation des opérateurs télécoms pour prévoir la propagation du virus et tracer le parcours des personnes malades, ou à des applications mobiles pour alerter les utilisateurs s'ils ont croisé la route de personnes contaminées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2020 à 16:43 :
L’heure la plus grave dans la dictature du numérique c’est quand les paramètres seront d’usine et que nous ne pourront pas personnaliser les paramètres et quand nous ne pourront pas empêcher de paramétrer le suivi de nos activités sur le web .

Cette pandémie c’est une aubaine pour l’Itech mondiale.
a écrit le 03/04/2020 à 14:57 :
Au fait, votre téléphone est il inséré sous la peau? Non, alors Google ne saura jamais combien de fois je sors mes puces de lit dans la rue à la laisse !!!
a écrit le 03/04/2020 à 11:30 :
Si c'est Google ça va (on est habitués, on sait), si c'est l’État français qui veut (tenter de) le faire, les gens vont hurler, ouh ouh ouuuuuh.
Je ne peux être repéré que via les antennes relais, mon GSM 2G éteint est dans ma poche ou sac à dos quand je sors de chez moi (casanier = rarement). Pas de puce GPS dedans (trop basique). Allumé 1% du temps, ça évite à la batterie de se décharger = écologique. :-)
Surtout si on n'est pas en centre ville avec les commerces en bas de l'escalier, on fait des courses moins souvent, pour moins s'exposer (1 fois par semaine suffit). La Savoie est peu touchée mais autant éviter les chaines de propagation en y participant, restons à la maison.
a écrit le 03/04/2020 à 11:06 :
Les états, dépouillés par les dragons célestes sont faibles laissant s'infiltrer l'eau de tous les côtés, on va rapidement oublier que notre modèle économique est défaillant depuis belle lurette.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :