Winetech : un "Facebook du vin" lève 700.000 euros

 |   |  461  mots
Associés Les Grappes (de gauche à droite) : Baptiste Tignol, Quentin Mathis, Loic Tanguy, Nicolas Gravellier
Associés Les Grappes (de gauche à droite) : Baptiste Tignol, Quentin Mathis, Loic Tanguy, Nicolas Gravellier (Crédits : Les Grappes)
La plateforme Les Grappes, qui met en relation clients et vignerons, a levé 700.000 euros auprès d'une vingtaine d'investisseurs lesquels ont misé entre 10.000 et 100.000 euros chacun. Rue du Commerce et Vide Dressing font partie du tour de table.

Voilà de quoi donner un sérieux coup d'accélérateur à la startup. Le site Les Grappes, lancé il y a un an, vient de boucler un tour de table de 700.000 euros auprès d'une vingtaine d'investisseurs. Parmi eux, on retient notamment des références dans l'univers du Web, à l'instar d'Albert Malaquin, Pdg du site Rue du Commerce et Renaud Guillerm, président de Vide Dressing.

"L'enjeu est clef pour nous ! Il s'agit d'ailleurs de l'une des plus importantes levées de fonds en amorçage de ces dix dernières années dans le vin. Cela va nous permettre de déployer notre concept à grande échelle et de prendre une position stratégique sur ce marché prometteur", se réjouit le fondateur de l'entreprise, Loïc Tanguy, interrogé par "La Tribune".

Tisser des liens selon ses affinités œnologiques

Selon lui, "l'offre a encore du mal à rencontrer la demande sur le marché du vin, qui n'a guère évolué depuis quinze ans". Il constate en effet que "le système est dominé par la grande distribution et que les sites d'e-commerce fonctionnent "à l'ancienne", avec les codes de la distribution classique".

C'est pour cela qu'il a voulu apporter une "solution innovante" avec Les Grappes, qui a terme, a vocation à devenir une sorte de "Facebook du vin", en permettant aux membres de tisser des liens en fonction de leurs affinités œnologiques, mais également d'effectuer des achats groupés.

 "Devenir la référence pour l'achat direct aux vignerons"

Car Loic Tanguy en est convaincu, "comme tous les autres secteurs, le monde du vin va connaître sa révolution digitale". S'il note que les nouvelles tendances du digital (social, expérience utilisateur, transparence etc.) ne sont pas ou peu intégrées, il perçoit cependant une certaine évolution, de par l'émergence de la "winetech française" notamment "avec des startups qui lèvent des fonds et qui affichent leurs ambitions".

A l'instar des Grappes, dont le but est de "devenir la référence pour l'achat direct aux vignerons et l'alternative numéro un à la grande distribution et aux sites d'e-commerce « 1.0 » apparus dans les années 2000".

Alors, pas question pour son fondateur de suivre passivement le reste du peloton:

"Nous voulons faire partie des pionniers. Nous n'avons pas de temps à perdre, d'où notre volonté d'accélérer fortement. La levée de fonds nous y aidera!"

200.000 membres et 2.000 vignerons

Loic Tanguy se projette dans quatre ans :

"L'objectif est désormais de référencer 2.000 vignerons, soit un peu moins de 10% de l'ensemble des vignerons français pour une communauté de 200.000 membres (en maintenant ainsi notre croissance de 10% par mois)".

Ce développement se fera dans un premier temps en France, puis en Angleterre, en Allemagne et en Belgique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :