Le streaming audio cherche sa deuxième vague de croissance

 |   |  1156  mots
Crédit Agricole : gain d'un milliard d'euros lié à la vente de la banque grecque Emporiki.
Crédit Agricole : gain d'un milliard d'euros lié à la vente de la banque grecque Emporiki. (Crédits : iStock)
Les plateformes veulent convertir plus d’utilisateurs au payant et séduire dans les pays émergents, le stade de la maturité ayant déjà été atteint sur certains marchés.

Après avoir redonné des couleurs à l'industrie de la musique, le streaming audio cherche de nouveaux relais de croissance pour continuer de prospérer. En 2018, les revenus générés par le streaming ont augmenté de 34 % à près de 9 milliards de dollars, tirés par la hausse des abonnements payants (+ 33 %), selon le dernier rapport de la Fédération internationale de l'industrie phonographique (Ifpi).

Au total, 255 millions de personnes étaient abonnées à un service comme ceux proposés par Spotify, Deezer ou Apple Music. Pour autant, la conversion des utilisateurs au payant reste difficile : les mélomanes utilisant ces plateformes via des offres gratuites, financées par de la publicité, sont encore nombreux. Par exemple, le géant suédois Spotify, lancé dès 2006, est leader du marché avec 113 millions d'abonnés payants (+ 31 % sur un an) pour 135 millions d'utilisateurs via son offre gratuite.

À titre de comparaison, Netflix, leader du streaming vidéo depuis 2011, revendique 158 millions d'abonnés pour 7,64 millions d'utilisateurs en période d'essai gratuite. La différence : le streaming vidéo, qui repose principalement sur des offres payantes après une période d'essai gratuite,...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2019 à 10:30 :
Quand je vois l'arnaque que c'est pour les créateurs , je préfère faire du gratuit mais avec un système de communication qui permet de maîtriser tout.

Donc pour le moment, c'est plus intéressant pour moi de garder ma création dans le pc.....

Malgré les changements récent sur la diffusion, disons qu'obliger les plateformes a faire des cotas pour les chansons françaises qui est l'item actuel, permet de comprendre en quoi peut être l'intérêt du créatif !

Le changement il y a quelques années des coûts pour incrémenter et conserver les album, bref le modèle si il se cherche ce n'est pas pour la création, mais pour la value de la structure qui diffuse, mais te diffuse pas !!

La reproduction a la mode sacem, du coup pour moi il faut finalement attendre, car ce qu'un artiste doit rechercher c"est un publique, mais pas un marché !!

Et les derniers nrj music award dit aussi ce que sont les choix.......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :