Canal+ : les recettes publicitaires du "clair" s'effondrent sous l'ère Bolloré

Face à une audience en chute libre, les émissions diffusées en clair sur Canal+ ont rapporté près de deux fois moins de revenus publicitaires en 2016 qu'en 2014. Ces chiffres posent la question de l'avenir de ces programmes gratuits dans la stratégie de la chaîne.

4 mn

En 2016, les recettes publicitaires des émissions en clair s'élèvent à 73 millions d'euros soit 38% de moins que l'année précédente.
En 2016, les recettes publicitaires des émissions en clair s'élèvent à 73 millions d'euros soit 38% de moins que l'année précédente. (Crédits : Reuters)

Depuis l'arrivée de Vincent Bolloré à la tête des opérations en 2015, la chaîne cryptée a vu ses recettes publicitaires des émissions en "clair" divisées par deux, selon BFM Business qui a pu consulter les comptes de la Société d'édition de Canal+. Les retombées publicitaires de ces programmes accessibles aux non-abonnés (à midi et en access prime time) sont en effet passées de 143 millions d'euros en 2014 à 73 millions en 2016, avec une chute record de 38% entre 2015 et 2016.

De 5% à 0,7% de part d'audience en access prime time

Ces mauvais résultats reflètent le manque d'attractivité de ces programmes. Depuis la saison 2015-2016 les émissions d'access prime time, notamment Le Grand Journal et Le Petit Journal, sont passées sous la barre du million de téléspectateurs pour la première fois. L'audience s'est effondrée la saison dernière, avec 140.000 téléspectateurs seulement.

Alors qu'il captait entre 5% et 6% de part d'audience le soir et autour de 3,5%-4% le midi depuis 2010, le "clair" a commencé à chuter vertigineusement depuis deux saisons et ne représente désormais plus que respectivement 0,7% et 0,3% de part d'audience (à noter qu'une partie du clair du midi est passée en crypté pour la saison 2016-2017, ce qui explique en partie cette chute).

Pour mémoire, peu avant que Vincent Bolloré ne prenne officiellement les rênes du groupe en septembre 2015, l'homme d'affaires avait fait savoir dès l'été qu'il allait s'attaquer aux marionnettes des Guignols de l'info, créant une levée de boucliers chez les fans. L'émission, qui participait amplement à l'audience d'un Grand Journal essoufflé, a été privée d'antenne jusqu'en décembre de la même année pour réapparaître en crypté avec une nouvelle équipe. Enfin, Yann Barthès et sa boîte de production Bangumi ont quitté Le Petit Journal pour lancer l'émission Quotidien sur NT1 en septembre 2016. Les changements brutaux dans ces programmes à succès expliquent en partie cette perte d'audience.

Canal+ va-t-il conserver le clair ?

Certes Vincent Bolloré a fait baisser les coûts de production de ces émissions, mais la chute des revenus publicitaires ne les rend pas financièrement viables. A son arrivée dans le groupe, le Breton estimait que le clair était une "vitrine utile" pour faire découvrir les programmes de la chaîne et attirer de nouveaux abonnés. Mais, comme le note BFM Business, face à ces chutes d'audience, le milliardaire remet de plus en plus en cause cette stratégie, expliquant au Sénat en 2016 qu'"il n'y a pas une chaîne cryptée dans le monde qui fasse du clair".

L'arrivée d'Yves Calvi à la tête de L'Info du vrai, qui vient remplacer le Grand Journal, montre que la chaîne compte visiblement encore sur le clair. Le démarrage de l'émission est plutôt timide. "En moyenne et en audiences veille, la première partie a fédéré 180.000 curieux entre 18h45 et 19h55, soit 1,1% du public, tandis que la seconde, entre 20h et 20h35, a pu compter sur 140.000 personnes (0,7% de PDA). À titre de comparaison, l'année dernière, lors de sa semaine de rentrée, la partie en clair du Grand Journal de Victor Robert - entre 19h45 et 20h30 - rassemblait 259.000 téléspectateurs (1,3%)", note le site Puremédias.

Outre les difficultés du clair, Canal+ subit la rude concurrence des plateformes de streaming, notamment Netflix, pour le cinéma et des autre chaînes, SFR et BeIN en tête, pour le sport. Malgré cet environnement, la chaîne a dégagé un ebita de 114 millions d'euros au second trimestre 2017, en baisse par rapport à l'an dernier mais en amélioration par rapport aux trois premiers mois de l'année.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 11/09/2017 à 18:12
Signaler
Canal c'est beaucoup trop cher pour ce que c'est. .J'ai résilié mon abonnement quand le duo Macron - Hollande nous a massacré d'impôts. C'est pas aujourd'hui que je vais reprendre un abonnement. Pour Bolloré il n'y a qu'une stratégie à appliquer: di...

le 11/09/2017 à 20:59
Signaler
Si vous n'aviez pas voté SARKOZY qui i a lissé en juillet 2012 un déficit estimé pour fin 2012 à 5.2 %ù du PIB par la cour des comptes, alors que l'ALLEMANGNE faisait elle un excédent de 0.9 % du PIB en 2012, il n'y aurait pas eu de hausses d'impôts....

à écrit le 11/09/2017 à 17:42
Signaler
Je ne regarde plus le clair (suis pas abonné), ça a trop été "secoué" (pour éjecter tous les "anciens"), sais même pas comment ça se passe en cette rentrée. Les guignols et l'émission avant c'était distrayant. C'est le passé.

à écrit le 11/09/2017 à 16:38
Signaler
Bolloré comme tous les milliardaires en néolibéralisme est un idéologue il voulait acheter canal plus pour mettre un terme à la propagande socialiste, il ne pensait certainement par contre que ça lui couterait aussi cher mais pas de panique les actio...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.