En pleine grève, la « Bollorisation » d’Europe 1 s’accélère

Alors que les salariés de la station du groupe Lagardère sont en grève pour protester contre la mise à pied d’un journaliste sur fond de tensions liées au rapprochement avec CNews, Louis de Raguenel, ex-Valeurs Actuelles, a été nommé à la tête du service politique. Laurence Ferrari, de son côté, animera une émission commune avec la chaîne d’opinion de Canal+.
Pierre Manière

4 mn

Vincent Bolloré, le chef de file de Vivendi, maison-mère de Canal+ et de CNews, mais aussi premier actionnaire de Lagardère, qui détient Europe 1.
Vincent Bolloré, le chef de file de Vivendi, maison-mère de Canal+ et de CNews, mais aussi premier actionnaire de Lagardère, qui détient Europe 1. (Crédits : Reuters)

Nicolas Canteloup n'y est pas allé de main morte. Ce lundi, l'humoriste, qui officie sur Europe 1, a évoqué la grève des salariés de la station, inquiets de devenir le miroir radiophonique de la très droitière CNews. Il a d'abord imité le matinalier Matthieu Belliard : « Faut pas dramatiser la situation ! On peut rire de tout sur Europe 1. Tiens, par exemple, on peut parfaitement se moquer d'Eric Zemmour sur cette antenne ! N'est-ce pas cher Eric Zemmour ? » L'humoriste se met ensuite dans la peau du polémiste star de CNews : « Enfin mais bien sûr qu'on peut se moquer de moi ! J'adore l'humour, j'aime faire rire. Enfin même si je préfère foutre la trouille à tout le monde avec les vagues d'immigration et le grand remplacement ! »

La sortie ne manque pas de piquant. Ce même lundi, les salariés d'Europe 1 ont décidé de reconduire leur grève, initiée vendredi après la mise à pied d'un journaliste, pour 24 heures. Leur crainte, c'est de voir la station multiplier les ponts avec CNews et se muer en « média d'opinion » fortement marqué à droite, voire à l'extrême droite. Les derniers mouvements ne les rassureront pas. Les synergies avec la chaîne du groupe Canal+, propriété de Vivendi et dont le chef de file n'est autre que Vincent Bolloré, vont bon train. D'après Le Figaro, Laurence Ferrari va animer, à la rentrée, une émission commune avec CNews.

La promo de Louis de Raguenel

Parmi les nouveautés, il y a surtout la promotion de Louis de Raguenel, qui a officiellement été nommé à la tête du service politique. Ancien de Valeurs Actuelles, celui-ci était arrivé en septembre dernier comme adjoint du service politique d'Europe 1. A l'époque, la nouvelle a suscité un fort émoi au sein de la radio. Dans un communiqué, la Société des rédacteurs d'Europe 1 (SDR) s'était « farouchement [opposée] » à cette arrivée. « Jamais un journaliste ouvertement marqué politiquement n'a été chef du service politique », avaient fustigé les élus de la SDR, « rappelant leur attachement au caractère généraliste de l'antenne et à un traitement non idéologisé de l'information ».

Jeudi dernier, cette même SDR et l'intersyndicale d'Europe 1 se sont fendues d'une tribune dans le journal Le Monde pour protester contre la « Bollorisation » de la station, propriété du groupe Lagardère :

« Jour après jour, la station semble s'arrimer un peu plus à l'antenne de CNews, conformément au rêve de Vincent Bolloré depuis des années, écrivent-ils. Devenu premier actionnaire du Groupe Lagardère [à hauteur de 28% via Vivendi, NDLR], il a désormais les coudées franches pour concrétiser son projet... sans même avoir besoin de racheter la radio. »

Un « danger grave et imminent »

De fait, Vincent Bolloré est aujourd'hui l'homme fort de Lagardère. En avril dernier, Arnaud Lagardère a décidé de mettre fin au dispositif de commandite qui lui assurait les pleins pouvoirs sur son groupe, ouvrant un boulevard à l'homme d'affaires breton. Le souhait de Vincent Bolloré de mettre la main sur Europe 1 pour rapprocher la station de CNews ne date pas d'hier. En février dernier, La Tribune évoquait, d'ailleurs, sa volonté d'accrocher la radio à son tableau de chasse.

Les représentants de la SDR et de l'intersyndicale ne cachent plus, aujourd'hui, leur désarroi, et affichent leur opposition à ce qui s'apparente à un mariage avec CNews :

« En liant son sort à une chaîne qui s'illustre à longueur de journée par un activisme politique fortement ancré à droite, voire parfois à l'extrême droite, Europe 1 va perdre ce qui lui reste de plus précieux : son capital de crédibilité auprès des auditeurs. »

Toujours dans le quotidien du soir, 64 anciens de la radio, dont Jean-Michel Apathie, Claude Askolovitch ou Anne Sinclair ont déploré dans une tribune le « danger grave et imminent » auquel fait face la station. A savoir « l'instauration, sous la pression de Vincent Bolloré, actionnaire de Lagardère, d'une ligne éditoriale partisane en rupture totale avec la longue histoire de cette station, pionnière de la radio moderne ». Jusqu'à présent, « jamais [l']actionnaire principal [d'Europe 1] n'avait tenté d'en faire un jouet politique partisan et un haut-parleur des haines qui agitent notre débat politique », alertent-ils, en soutien aux salariés actuels. Il est toutefois peu probable que Vincent Bolloré, qui a employé la méthode forte pour mettre Canal+ et CNews au pas, change son fusil d'épaule.

Pierre Manière

4 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 22/06/2021 à 15:48
Signaler
Manifestement il est interdit de rappeler qu'il est plus facile et beaucoup moins couteux de faire de la TV et de la radio poubelle en réunissant 4 clampins radicalisés et de les faire "débattre" sur des thèmes bien trash et rebattus correspondants a...

à écrit le 22/06/2021 à 10:59
Signaler
Bravo au travail de Bolloré, il façonne le monde a sa façon, bien que parfois certaines positions sont extrêmes, mais en même temps mai 68 n'est-ce pas extrême ce que cela fait à la France ? Que l'on se mette en ordre de bataille pour défendre la Fra...

à écrit le 22/06/2021 à 9:19
Signaler
On est tellement habitue a avoir des medias de gauche....pour nos bien pensant il reste la radio d'etat et le monde de la culture

à écrit le 22/06/2021 à 3:15
Signaler
Ça sent la curée chez europe 1!! la faschosphére et entre soi progressiste islamo gausciste en émoi!! Le patron remet tout au carré. En ordre de marche pour 22. On adore.

à écrit le 21/06/2021 à 20:44
Signaler
Peut être que certains riches cherchent a façonner la façon de penser des gens pour pouvoir influencer la façon de voter..Dans la démocratie actionariales le pouvoir est déjà trucque(( une action = un droit de vote donc le plus riche emporte de vote)...

le 22/06/2021 à 8:17
Signaler
la TV et la radio n ont plus tant d influence que ca depuis internet Regardez les gilets jaunes, c est parti d internet. Je sais pas quel etait la position d europe 1 la dessus ( j ecoute pas) maisau debut TV et france inter etait a fond contre. Log...

à écrit le 21/06/2021 à 18:29
Signaler
Mais rien nl personne ne force le consommateur à regarder Cnews et écouter EUROPE 1 . SLC , Daniel F et Franck T c'est hélas fini depuis longtemps . Les meilleures infos sur la France sont dans la presse étrangère , notamment la francophone .

à écrit le 21/06/2021 à 16:51
Signaler
Désolé de me faire encore l'avocat du diable, du moins de votre diable, mais la dérive extrême droitière a touché toutes les chaines d'informations en continue s'éparpillant sur toutes les autres chaines qui en proposent, la sémantique FN étant deven...

le 22/06/2021 à 3:09
Signaler
Notre islamo gausciste dans la dhimmitude monte à la barre avec ses petits discours creux 🤣🤣c est pas mignon tout ça....

à écrit le 21/06/2021 à 16:43
Signaler
"Bollorisation", ça veut dire licenciement, en novlangue ?

le 21/06/2021 à 16:52
Signaler
non, c'est la bolorisation des médias!!! histoire d'avoir une idéologie d'extrême droite a la cnews...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.