Pour doper ses marges, Netflix veut zapper Apple

 |   |  518  mots
La plateforme de streaming vidéo Netflix revendique 130 millions d'utilisateurs dans le monde.
La plateforme de streaming vidéo Netflix revendique 130 millions d'utilisateurs dans le monde. (Crédits : Netflix)
La plateforme de streaming vidéo veut se passer de l'App Store pour le paiement de ses abonnements. En cause : les commissions d'Apple pouvant grimper jusqu'à 30% des revenus générés la première année d'abonnement. Pour capter cette manne financière, Netflix teste depuis juin un système de paiement direct depuis son site pour les nouveaux utilisateurs dans 33 pays, dont la France. La société californienne a déjà suspendu le paiement via le magasin d'applications Google Play depuis mai.

Netflix se rebelle. Pour augmenter ses marges, la plateforme de streaming vidéo veut supprimer le paiement d'abonnements par l'intermédiaire d'Apple, révèle le site spécialisé TechCrunch. Actuellement, lorsqu'un utilisateur d'iPhone ou d'iPad souhaite s'abonner à la plateforme vidéo, il doit télécharger l'application sur l'App Store. Il peut ensuite payer directement via le système de paiement d'Apple, sans avoir à se rendre sur le site de Netflix. Le hic : la firme à la pomme prélève une commission de 30% sur les revenus générés la première année d'abonnement, puis 15% les années suivantes.

Ces applications avec abonnement intégré tirent la croissance de l'App Store depuis deux ans. La société de streaming figure d'ailleurs à la première place dans le top 5 des applis les plus lucratives pour Apple en 2017 - hors jeux, selon une étude publiée début juin par le cabinet App Annie. Google, via son magasin d'applications Google Play, applique le même système de commission. Cette taxe est impossible à contourner pour les développeurs, s'ils veulent voir leur application proposée par les deux géants américains.

Pour capter cette manne financière qui lui échappe, la société californienne tenterait de contourner le paiement via l'App Store dans 33 marchés - dont la France, la Belgique, le Royaume-Uni, l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne. Les Etats-Unis ne sont pas concernés par ce changement. L'expérimentation a été lancée en juin et se poursuivra jusqu'en septembre. Dans ce laps de temps, les nouveaux clients en Europe, en Amérique latine et en Asie, qui regardent des vidéos depuis des appareils Apple, ne pourront plus s'abonner via l'App Store. Ils seront automatiquement redirigés vers le site de Netflix pour y entrer leurs informations bancaires.

| Lire aussi : Pourquoi les dépenses sur l'App Store vont exploser d'ici 2022

Netflix dans les pas de Spotify

En mai dernier, le groupe a déjà franchi le pas en interdisant les nouveaux abonnés de payer via Google Play. Ces décisions arrivent au moment où il investit à tour de bras dans la production de ses contenus originaux. Netflix reste le plus gros investisseur en la matière, avec 8 milliards de dollars déboursés courant 2018 - quand Amazon table sur 4,5 milliards. En parallèle, le géant du streaming a affiché une perte de vitesse pour le recrutement de ses nouveaux abonnés au dernier trimestre, en revendiquant 130 millions d'utilisateurs contre 131 millions attendus.

| Lire aussi : En quête d'abonnés, Netflix mise sur les pays émergents

Le cas Netflix n'est pas isolé. Spotify, leader mondial du streaming musical, a ouvert la voie début août en contournant le paiement via Apple. Le point commun entre Netflix et Spotify ? Les deux entreprises voient leur marché attaqué par la firme à la pomme. Le fabricant d'iPhone a investit un milliard de dollars en 2018 pour la production de contenus vidéos. Côté streaming musical, Apple Music est devenu le numéro 2 mondial derrière Spotify en seulement 3 ans - et il commence à réduire l'écart aux Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2018 à 11:14 :
Comme cela ne se traduit pas par une économie au niveau consommateurs, je préfère utiliser Apple, un tiers de confiance.
a écrit le 23/08/2018 à 13:28 :
Les 30% imposés par Apple et Google sont beaucoup trop élevés.
Au lancement des stores, cela avait un sens mais désormais les marges doivent être monstrueuses. Ces deux-la profitent de leur position dominante et s'entendent sur la commission qu'ils prélèvent.
a écrit le 22/08/2018 à 23:08 :
En attendant l'usage universel de la blockchain et du bitcoin qui permettra le paiement direct du client au fournisseur ainsi que sa livraison sécurisée. Beaucoup d'intermédiaires pompent les marges des acteurs économiques ou prennent des commissions sur des flux financiers en facturant des services inefficients. Grossistes, banquiers, douanes en tout genre, services publics...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :