6 chiffres surprenants sur les startups françaises

 |   |  421  mots
92% des employés des startups françaises sont en CDI.
92% des employés des startups françaises sont en CDI. (Crédits : Décideurs en région)
Les startups françaises sont en forte croissance, embauchent, utilisent massivement le CICE et leurs employés sont à 92% en CDI. Le nouveau baromètre des startups d'EY recèle de petites surprises.

Comment se portent les startups françaises ? A l'occasion du France Digitale Day, la grand-messe annuelle de l'innovation qui s'est tenue ce mardi à Paris, le pôle de compétitivité s'est associé avec le cabinet EY (ex-Ernst & Young) pour effectuer une radioscopie des pépites bleu-blanc-rouge.

Verdict ? Les startups se portent plutôt bien... et leurs performances feraient même pâlir bien des secteurs ! Les chercheurs ont collecté des données portant sur l'année 2014 auprès de capitaux-risqueurs et des jeunes pousses elles-mêmes. 171 startups ont répondu à l'appel, soit davantage que l'an dernier.

  • 92%

Non, l'entrepreneuriat n'est pas forcément synonyme de précarité. Ce chiffre correspond à la part de contrats à durée indéterminée (CDI) parmi les employés des startups interrogées. Ce personnel présente aussi la caractéristique d'être hautement qualifié : 69% des employés ont un niveau master. En moyenne, le salarié-type a 30 ans. Et bonne nouvelle pour l'avenir : 88% des startups interrogées comptent embaucher l'an prochain.

  •  37%

Les startups interrogées sont en bonne santé. Leur chiffre d'affaires a augmenté en moyenne de 37% par rapport à l'année précédente. En valeur absolue, il est passé de 2,1 à 2,9 milliards d'euros. "Les piliers de la croissance de ces sociétés sont l'innovation et l'internationalisation", explique Franck Sebag, associé chez EY en charge du baromètre. Le chiffre d'affaire des activités internationales a augmenté de 57%, soit deux fois de plus que celui des activités en France.

  • 81%

Les startups françaises du panel bénéficient quasi-toutes du Crédit impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), institué en 2014. Cette mesure reste le soutien à l'innovation le plus utilisé, devant le Crédit impôt recherche (CIR) (71%), le label Jeune entreprise (50%) et le Crédit Impôt innovation (CII) (30%).

  • 25%

Un quart des entreprises du panel ont été soutenues par des VC (venture capitalists, ou capitaux risqueurs) français. Elles ont levé 3,3 millions d'euros en moyenne. Le financement par VC reste l'une des conditions essentielles pour que les startups françaises soient performantes à l'étranger.

  • 93%

Les dirigeants des startups françaises aiment bien impliquer leurs salariés en leur proposant d'investir dans l'entreprise. 72% proposent des bons de souscription, 17% des stock-options et 11% d'autres types d'actions.

  • 9%

Oui, la French Tech est toujours aussi sexiste. 91% des dirigeants et fondateurs de startups dans le numérique sont des hommes. Âgés en moyenne de 40 ans, 94% des dirigeants possèdent un master et la moitié sont des serial-entrepreneurs. 92% des gérants ont créé l'entreprise qu'ils dirigent actuellement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2016 à 4:57 :
Cher(e) journaliste,

Pretrendre que "la French Tech est toujours aussi sexiste" parce que "91% des dirigeants et fondateurs de startups dans le numérique sont des hommes" alors que vos propres chiffres expliquent que "92% des gérants ont créé l'entreprise qu'ils dirigent actuellement" est malhonnete.

Si sur 100 gerants, 80 a 90% sont des createurs masculins, la faute a la sous-representation des femmes doit etre attribuee aux femmes! Statistiquement parlant, il faudrait 8 a 9 fois plus de creatrices. Donc au lieu de blamer le sexisme ambiant, lancez un appel aux femmes pour creer leur entreprise plutot que de demander aux hommes de s'abstenir de creer la leur.
a écrit le 18/09/2015 à 10:25 :
Et oui, ces startups ne fonctionnent pas a l'ancienne, ils ont pas plus de RH, managers, que d'employés productifs, c'est pour ca qu'ils se portent bien, on dirait dans certainnes boite que le bon sens n'existe pas. Concernant le CDI, on est mieux concernant les crédits et appartement, mais c'est pas spécialement moins précaire qu'un CDD niveau sécurité de l'emploi, il y a tellement de facon de licencier un employé, on trouve toujours une raison
a écrit le 15/09/2015 à 21:19 :
je resume ' tout va bien les gars'
bon, sinon, ca risque de ne pas etre evident de trouver des idiots qui vont sacrifier leur vie pour se faire confisquer en plus 75% a la sortie ( 'si ca marche', car ' si ca marche pas' c'est pour votre gueule), mais ca on ne peut pas le dire officiellement, ca deplait a elu ps et autres!
molotov, je te vois!
remarquez, tant que la boite est deficitaire, la france est le pays ideal, c'est vrai! c'est apres que ca se gate!!
bon, greve de plaisanterie, les jeunes ont au moins compris qu'il fallait aller creuser son trou ailleurs, mais ca c'est pas tres bon de l'annoncer dans les medias! pas vrai?
Réponse de le 16/09/2015 à 15:03 :
... reaction très francaise meme quand qque chose va bien, il y aura toujours qqun pour se plaindre. ou pleurer.
Ne croyez pas qu'il existe un pays oy tout est parfait c'est une utopie
a écrit le 15/09/2015 à 20:31 :
Encore une bonne nouvelle!
Je me demande si on peut faire confiance à E&Y! Hihihiiiiii!
Congrès extraordinaire chez les trolls cette nuit pour trouver de nouveaux angles d'attaque!
Maux de crânes et filles d'attente aux services IRM à prévoir dans les prochaines semaines!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :