Ces startups qui valent plus de 10 milliards de dollars

 |   |  631  mots
Le service d'envoi de messages et photos qui disparaissent en quelques secondes, très prisé des adolescents, prépare un tour de table qui selon plusieurs médias porterait sa valorisation à 19 milliards de dollars.
Le service d'envoi de messages et photos qui disparaissent en quelques secondes, très prisé des adolescents, prépare un tour de table qui selon plusieurs médias porterait sa valorisation à 19 milliards de dollars. (Crédits : © Lucy Nicholson / Reuters)
Seulement une poignée de startups américaines non cotées sont valorisées à plus de 10 milliards de dollars. Tour d'horizon de ces sociétés pour certaines très en vue pour une potentielle entrée prochaine à Wall Street.

Uber: 41 milliards

Le service de voitures avec chauffeur a multiplié les levées de fonds et vu sa valorisation flamber de 17 milliards de dollars en juin 2014 à 41 milliards en janvier 2015, selon une source proche du dossier.

L'application vedette d'Uber utilise la géolocalisation pour mettre l'utilisateur en contact avec un véhicule aux environs. La société encaisse une commission sur le prix de la course.

Uber, fondé en 2009 à San Francisco, est présent dans plus de 200 villes et 54 pays. Son expansion rapide crée des tensions avec les taxis traditionnels, et plusieurs villes l'ont interdit.

Snapchat: 15 à 19 milliards

Le service d'envoi de messages et photos qui disparaissent en quelques secondes, très prisé des adolescents, prépare un tour de table qui selon plusieurs médias porterait sa valorisation à 19 milliards de dollars.

En attendant, le géant chinois du commerce en ligne Alibaba avait mi-mars l'intention d'investir 200 millions de dollars dans le service, sur la base d'une valorisation de 15 milliards, d'après l'agence Bloomberg.

Snapchat, fondé en 2011 et basé à Los Angeles, a commencé à encaisser des revenus publicitaires en fin d'année dernière. Il ne divulgue pas son nombre d'utilisateurs, qui dépasserait 100 millions selon les médias.

Palantir Technologies: 15 milliards

La discrète société informatique, spécialisée dans l'analyse de données, a réalisé en décembre un nouveau tour de table la valorisant à 15 milliards de dollars, selon des données de la société de recherche CB Insight.

Basée à Palo Alto (Californie), Palantir avait été fondée en 2004 et financée en partie par un fonds lié à la CIA (In-Q-Tel). Ses services sont utilisés dans le contre-terrorisme mais aussi le secteur financier.

SpaceX: 12 milliards

La société de transport spatial du milliardaire Elon Musk, également fondateur des voitures électriques Tesla, a annoncé fin janvier que Google et le fonds Fidelity avaient investi un milliard de dollars et pris une participation d'un peu moins de 10% dans son capital.

Sur cette base, CB Insight évalue à 12 milliards de dollars cette société fondée en 2002 à Hawthorne en Californie. SpaceX fabrique notamment des fusées utilisées par la Nasa pour lancer des satellites ou ravitailler la station spatiale internationale ISS.

Pinterest: 11 milliards

Le réseau social américain, qui permet d'"épingler" des photos représentant ses centres d'intérêt sur un profil en ligne, a confirmé mi-mars une nouvelle levée de fonds qui a fait grimper sa valorisation à quelque 11 milliards de dollars.

C'est plus du double des 5 milliards auxquels Pinterest était évalué en mai 2014.

Fondé en 2010 à San Francisco, le réseau a commencé à générer des revenus publicitaires l'an dernier. Il ne divulgue pas son nombre d'utilisateurs, disant seulement que 30% sont à l'étranger. Aux Etats-Unis, la société de recherche eMarketer estime qu'ils devraient atteindre 47 millions cette année.

AirBnB: 10 milliards

Le site de location d'hébergements entre particuliers a été valorisé à 10 milliards de dollars lors d'une levée de fonds au printemps 2014, selon une source proche du dossier.

Fondée en 2008 à San Francisco, AirBnB se finance avec une commission sur les locations et est présent dans plus de 34.000 villes de 190 pays.

Accusée de concurrence déloyale par les hôteliers traditionnels, la startup a tenté de contrer certaines critiques en commençant à prélever des taxes locales dans certaines villes.

Dropbox: 10 milliards

La plateforme de stockage et de partage de fichiers en ligne était évaluée à quelque 10 milliards de dollars lors de sa dernière levée de fonds au printemps 2014, d'après CB Insight.

Le service de base de Dropbox est gratuit, mais la capacité de stockage peut être augmentée avec des abonnements payants.

Créée en 2007 et basée à San Francisco, la startup dit être utilisée par plus de 300 millions de personnes et d'entreprises dans le monde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2015 à 19:27 :
Uber: CA 2015 estimé à 10 milliards, à retraiter car c'est la CA produit. Ils prennent une marge de l'ordre de 20%.

Palantir: CA 2014 > 1 milliards

SpaceX: a explosé la strategie d'ariane et de l'esa, CA 2013 > 1 Milliards, bcp de pertes. Pas facile d'envoyer des humains sur Mars ;). S'ils réussissent à reutiliser des lanceurs, c'est le debut d'une ere spatiale

Etc,etc...

Je ne vois pas trop où sont les contribuables dans cette histoire, à part SpaceX qui tient bcp de son CA de la NASA.

Marco

a écrit le 08/04/2015 à 18:09 :
C'est valorisé bien cher pour du vent. Le vent, utile pour un voilier, une éolienne, futile pour faire s'envoler des bulles qui finissent toujours par exploser.
a écrit le 08/04/2015 à 14:33 :
Dans la mesure où ces sociétés sont américaines, qu'est ce que ça peut bien vous faire?
Vous êtes contribuable américain? (et d'ailleurs, si ces start-up devaient mourir, ce serait sans intervention de l'Etat)
Ah si seulement on pouvait avoir d'aussi belles start-up en France, mais avec des rabat-joie comme vous c'est pas près d'arriver...
Réponse de le 08/04/2015 à 17:08 :
Valoriser plusieurs dizaines de milliards d'€ des sociétés qui perdent des montagnes d'argent et qui ne sont pas prêts d'atteindre leur seuil de rentabilité, c'est quand même assez troublant.
a écrit le 08/04/2015 à 13:14 :
Mais non y'a pas de bulle(s). Mais noon...
a écrit le 08/04/2015 à 12:06 :
Une bulle de plus qui va nous exploser à la poire, et ce seront encore les contribuables qui paieront.
Est ce que ces valorisations reposent sur autre chose que du vent?! Quel est le CA de ces boites, leur trésorerie, perspective?!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :