Coronavirus  : Free ne recourra pas au chômage partiel

 |   |  441  mots
Thomas Reynaud, le DG d'Iliad, la maison-mère de Free.
Thomas Reynaud, le DG d'Iliad, la maison-mère de Free. (Crédits : Reuters)
Iliad, la maison-mère de Free, a indiqué ce vendredi qu’il ne déclenchera pas de dispositifs de chômage partiel ce mois-ci et au mois d’avril. Pour maintenir la rémunération des 600 salariés « non opérationnels » pendant la période de confinement, il leur demande de prendre leurs congés payés ou de suivre des formations à distance.

Pas de chômage partiel chez Iliad. Au moins pour les mois de mars et avril. C'est ce que Thomas Reynaud, le directeur général du groupe, a indiqué dans un mail interne envoyé ce vendredi aux salariés, et que La Tribune s'est procuré. Dans cette missive, le dirigeant du groupe de Xavier Niel, maison-mère de l'opérateur Free, précise que, dans le contexte de confinement et de lutte contre le coronavirus, « 600 collaborateurs, et peut-être quelques milliers dans les semaines à venir » sont aujourd'hui « non opérationnels », sur les 11.000 que compte le groupe. Pour autant, Iliad a décidé « de ne pas déclencher le chômage partiel en mars et en avril, et de ne pas faire appel à la solidarité nationale ».

Pour justifier cette décision, Thomas Reynaud estime que l'entreprise est « solide », qu'elle appartient « à un secteur relativement épargné [par la crise du coronavirus, Ndlr], les télécoms ». Pour autant, pour « maintenir la rémunération des personnels en non-activité », le groupe veut utiliser « deux dispositifs temporaires ». Il demande à ces collaborateurs de prendre leurs congés payés ou de suivre des formations à distance. « Très vite, nous devrons prévoir d'éventuelles réaffectations ponctuelles sur d'autres missions liées à la situation particulière que nous traversons », indique Thomas Reynaud.

La moitié des salariés de SFR au chômage partiel

Le groupe planche aussi sur des « bonifications de primes »« L'impératif d'équité nous amène, pour ceux qui sont sur le terrain, notamment nos salariés au contact de nos abonnés pour les dépanner et nos techniciens réseaux, à (y) réfléchir », affirme le dirigeant.

Ces mesures diffèrent de celles prises par SFR. L'opérateur au carré rouge a indiqué, ce mardi, qu'il allait mettre environ la moitié de ses troupes (entre 5.000 et 6.000 collaborateurs) au chômage partiel. Ce qui a suscité une levée de boucliers des syndicats. Xavier Courtillat, délégué syndical d'Altice France, a dézingué la manœuvre. « L'intégralité des salariés pourrait tout à fait être au travail (à distance), sans que nos dirigeants cherchent à faire payer une grosse partie de la masse salariale par la collectivité nationale, en cette période où la solidarité devrait être à l'oeuvre de manière exemplaire », a-t-il fustigé par mail. Les deux autres grands opérateurs nationaux, Orange et Bouygues Telecom, songent également à recourir au chômage partiel. Free est toutefois dans une situation différente de ses concurrents, dans la mesure où il dispose de beaucoup moins de boutiques, aujourd'hui fermées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2020 à 20:34 :
Ce serait un comble !!! Si eux ils virtualisent de fait, ou sinon je ne vois pas comment les autres pourraient y parvenir ....
a écrit le 28/03/2020 à 1:18 :
"C'est ce que Thomas Reynaud, le directeur général du groupe, a indiqué dans un mail interne envoyé ce vendredi aux salariés, et que La Tribune s'est procuré."

Comment "se procurer" des mails INTERNES ?
Par piratage informatique ? En pleine période de vulnérabilité pour les entreprises à cause du confinement ?
Réponse de le 28/03/2020 à 7:10 :
Vous ne connaissez pas le journalisme ? vous ne savez pas ce qu'est une "source" ? Faut élargir vos connaissances... Il suffit d'imprimer le mail et de le remettre à quelqu'un qui le remettra à quelqu'un qui le lira et le publiera au besoin si preuve est nécessaire... et pas bêtement le transférer au risque de se griller.
a écrit le 27/03/2020 à 21:05 :
oui ils n'ont pas bcp de frais fixes, essaient de les laisser autres et d'en profiter derrierrre, alors forcement......... pas de boutique , des techniciens a minima, le reseau orange responsable de tous les maux, oui on peut etre genereux
un peu de tenue svp, l'heure n'est pas a ca!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :