Télécoms  : un recours au chômage partiel qui fait jaser

 |   |  581  mots
De gauche à droite: Alain Weill (PDG d'Altice France/SFR), Xavier Niel (propriétaire d'Iliad/Free), Stéphane Richard (PDG d'Orange) et Olivier Roussat (DG délégué de Bouygues et président du conseil d'administration de Bouygues Telecom).
De gauche à droite: Alain Weill (PDG d'Altice France/SFR), Xavier Niel (propriétaire d'Iliad/Free), Stéphane Richard (PDG d'Orange) et Olivier Roussat (DG délégué de Bouygues et président du conseil d'administration de Bouygues Telecom). (Crédits : Reuters)
Dans la roue de SFR, qui a pris ses dispositions pour mettre la moitié de ses troupes au chômage partiel, Bouygues Telecom compte faire de même vis-à-vis d'au moins 900 collaborateurs. Orange réfléchit à des mesures similaires.

En pleine crise du coronavirus, les grands opérateurs télécoms n'hésitent pas à pousser le levier du chômage partiel. Cela concerne environ la moitié des troupes de SFR. A La Tribune, les syndicats avancent le chiffre de 6.000 collaborateurs, quand l'opérateur, lui, en évoque 5.000.

Pour Xavier Courtillat, délégué syndical CFDT d'Altice France, cette mesure n'est pas justifiée. « Nous dénonçons vigoureusement le comportement actuel de la direction de notre entreprise, et plus particulièrement l'opportunisme et le cynisme à l'œuvre dans la demande de recours auprès de l'administration d'une mesure de chômage partiel massive », fustige-t-il par mail. D'après lui, « l'intégralité des salariés pourrait tout à fait être au travail (à distance), sans que nos dirigeants cherchent à faire payer une grosse partie de la masse salariale par la collectivité nationale, en cette période où la solidarité devrait être à l'oeuvre de manière exemplaire ».

« Les clients ne résilient pas leurs abonnements »

A côté de SFR, Bouygues Telecom souhaite aussi recourir au chômage partiel. A La Tribune, la CFDT précise que près de 900 postes sont déjà concernés. Il y en a d'abord 822 à la direction de la relation client. Il s'agit essentiellement de téléconseillers. La direction de la vente à distance est également concernée, à hauteur de 75 postes. Aux yeux d'Azzam Ahdab, délégué central CFDT de Bouygues Telecom, cette décision apparaît incompréhensible. « Cela va amputer les salaires des gens », déplore-t-il. Sachant que les collaborateurs concernés par le chômage partiel ne toucheront que 84% de leur salaire. « Cela va aussi avoir des conséquences, plus tard, sur leurs points de retraite, sur l'acquisition de jours de RTT, sur le calcul de leurs primes... », égrène-t-il.

La mesure est d'autant plus déplorable que, selon le syndicaliste, la crise du coronavirus n'aura pas d'impact sur le chiffre d'affaires lié aux clients particuliers. « Les clients ne résilient pas soudainement leurs abonnements, affirme-t-il. Au contraire, la période montre que les connexions explosent, et les forfaits avec. » Ainsi, pour d'Azzam Ahdab et la CFDT, la situation économique de Bouygues Telecom ne justifie pas que le groupe bénéficie de la solidarité nationale.

Une réunion prévue vendredi chez Orange

D'après lui, Bouygues Telecom devrait privilégier une autre voie : « la direction devrait faire confiance aux salariés de la relation client et leur donner la possibilité de télétravailler, dit-il. Cela permettrait d'éviter de les exposer au coronavirus, tout en maintenant l'activité professionnelle. » Un souhait qui, jusqu'à présent, est resté lettre morte. Dans ce contexte, à la CFDT, la lettre de soutien et de félicitations envoyée mardi par le gouvernement au secteur des télécoms a suscité un profond agacement. Interrogé par La Tribune, Bouygues Telecom se refuse à tout commentaire.

Chez Orange, le numéro un français des télécoms, des mesures de chômage partiel sont aussi à l'étude. D'après nos informations, le sujet sera discuté vendredi lors d'une réunion entre la direction et les syndicats. Chez Iliad, la maison-mère de Free, il ne serait guère surprenant que l'état-major songe aussi au chômage partiel. Sollicité par La Tribune, le groupe de Xavier Niel se refuse à tout commentaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2020 à 8:54 :
Le cynisme et la cupidité de ces dirigeants n'ont pas de limites. Mais qu'est-ce qui empêche l'administration de refuser ?
Qu'est-ce qui empêche les décideurs du gouvernement, issus du même sérail il est vrai, de dire non ?
Un nouveau scandale en perspective...
a écrit le 27/03/2020 à 9:48 :
Scandaleux.. que l état - donc nos impôts futurs réserve les aides aux pme pmi et artisans... les grosses boites - nottemment celles qui rachètent leurs actions pour faire monter leurs cours boursiers de manière artificielle out!- je boycotterai toutes celles qui auront ce type de comportement anti-civique et contre le pays .. Sfr a la poubelle!
et vous qu en pensez vous ?
Réponse de le 27/03/2020 à 15:50 :
Vous allez boycotter les opérateurs téléphoniques et internet?
a écrit le 26/03/2020 à 20:17 :
Les Opérateurs ...,n'auront jamais fait autant de chiffres d'affaires en aussi peu de temps ..., tous les forfait des Confinés explosent ... et les factures avec ... !! Stéphane Richard l'un dès plus malin réussit le tour de force à faire retarder la sortie de Disney + prévue initialement le 24 mars pour le 7 avril, pour des raisons de "saturation des réseaux", alors que dans le même temps ils offrait ses services de #OCS SVOD gratuitement pendant la période de confinement ... comme à peu près tous les autres opérateurs ou Distributeurs de contenus, d'ailleurs ... la bonne blague .. !!

Sans parler de SFR, AlticeEurope, après avoir communiqué cette semaine sur ses résultats 2019 plus que positifs - "La France, la plus importante pour l’opérateur télécoms a gagné 44.000 clients HD et 196.000 mobiles au 4° trimestre et ce pour le 3° trimestre consécutif, une tendance qui s’est accélérée au cours de 2020”, a déclaré le fondateur #PatrickDrahi. Le principal résultat opérationnel d’Altice Europe a progressé ~14% pour atteindre 1,45Mrd€ sur 2019. Le CA du groupe a augmenté pour sa part de 11% à 4Mrd€, bien supérieur aux analyses compilé par la société. Le groupe, qui reste endetté, a déclaré qu’il visait une nouvelle progression de ses résultats et de son CA 2020. Mais est maintenant prête à mettre jusqu'à 60% de ses effectifs en chômage partiel ... mais de qui se moque t-on !?
a écrit le 26/03/2020 à 19:06 :
d'habitude je suis plutôt pro-entreprises, mais là ils poussent le bouchon ( tous ) un peu trop loin………….Mrs vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assis, ne vous étonnez pas d'avoir des réactions négatives, quant à moi je ne suis pas OK pour vous payer des indemnités qui vont aller dans la poche de vos actionnaires ou….. la votre. En fait vous justifiez la méfiance que les gens vous portent et la mienne, ça ne vous émeut pas….aujourd'hui.
a écrit le 26/03/2020 à 18:03 :
Si ils n'ont pas besoin de leurs employés alors que leurs activités est en plein boum, cela confirme que les forfaits sont beaucoup trop élevés par rapport à leur cout réel et qu'il y a depuis longtemps un accord entre les raketteurs de la téléphonie en France. D'ailleurs leurs réactions simultanées sur le chomage partiel montrent que les copains voyous se sont passés un petit coup de fil. Quand les mettra t on devant la justice?
a écrit le 26/03/2020 à 17:10 :
ben evidemment, les boutiques sont fermees
lemaire veut faire avec le chomage partiel comme hollande avec le cice
un systeme genereux dont on va decourager tout le monde pour pas que ca coute trop cher..........
oui, mais meme hollande a compris qu'il risquait vraiment d'aller au tas avec les faillites en cascade
ah, c'est sur, confiner 30 millions de salaries, soit on leur donne conge sans solde et ils ont des pbs, soit la boite les paye et c'est la boite qui en a avec les consequences derriere.........
comment ca se fait qu'ils n'aient pas propose des prises de vacances sur les conges a venir ( au dela de ce qui a ete promis aux syndicats, a savoir les conges 31/05)?
ils cherchent des imbeciles pour raser gratuit?
ils gerent l'urgence economique comme les traitements a la chloriquine, ils ont besoin de 2 ou 3 ans de tests, pour voir et confirmer ' scientifiquement' ( avec des modeles econometriques trafiques ou on aura rentres les donnees pour obtenir les resultats souhaites)
a écrit le 26/03/2020 à 15:50 :
Vu que tous les opérateurs téléphoniques sont en prélèvement automatique mensuels, ils n'ont aucune perte de revenus.
Alors pourquoi ont-ils droit de recourir au chômage partiel?
Pis, vu qu'ils sont au coeur du numérique commen de peuvent-ils pas faire télétravailler leurs salariés?

Par contre, nous savons comment Mr Drahi a pu acheter SFR: par l'action directe d'E.Macron et de son intermédiaire B. Mourad qui ensuite se retrouve dans le dossier ADP via Bank of America Paris.
Quant à X.Niel.... cela reste un ami
a écrit le 26/03/2020 à 14:24 :
Il est scandaleux que les opérateurs de téléphonie soient incapables d'organiser le télétravail,

ce sont eux qui ont la maitrise du télétravail ;

Que fait Castaner, comment n'a t-il pas envoyé ses milices politiques pour mettre au pas les dirigeants voyous,

et mme Belloubet, elle ne leur a pas encore envoyé les huissiers pour leur signifier des assignations par devant les tribunaux pénaux pour tentative d'extorsion de fonds publics ?
a écrit le 26/03/2020 à 13:42 :
On peut même souligner que les infrastructures techniques de certains fournisseurs sont nettement sous-dimensionnées : appels qui n'aboutissent pas, limitation de débit réseau 4G, sms qui parviennent parfois avec plusieurs heures de retard. L'Etat ne fait pas son travail de controle... et devrait sanctionner ces acteurs qui profitent du système.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :