Et si Nokia conservait finalement Alcatel Submarine Networks

 |   |  353  mots
L'Etat suit de très près le dossier ASN. Il souhaite que cet actif, stratégique, demeure sous pavillon français.
L'Etat suit de très près le dossier ASN. Il souhaite que cet actif, stratégique, demeure sous pavillon français. (Crédits : Sergio Perez)
En discussion depuis des mois avec le français Ekinops pour lui revendre sa filiale spécialisée dans les câbles sous-marins, le géant finlandais des équipements télécoms songerait finalement, selon nos information, à garder cet actif dans son giron.

Nouveau rebondissement sur le devenir d'Alcatel Sumarine Networks (ASN), le champion français des câbles sous-marins. Depuis des mois, Nokia, sa maison-mère, discute avec l'équipementier français Ekinops pour lui revendre cet actif stratégique. Ekinops n'arrive pas seul : dans cette opération, il est accompagné par BPIFrance et le fonds Aleph Capital. Comme l'expliquait La Tribune fin novembre, cette solution est largement poussée par l'Etat, qui y voit un moyen de conserver ASN, dont l'activité est jugée stratégique, sous pavillon français.

Problème: les négociations peinent à aboutir. Et selon nos informations, Nokia songerait, finalement, à conserver ASN. Fin décembre, le géant finlandais a discrètement rencontré à Paris les pouvoirs publics en charge du dossier. Mais pas pour parler de vente... Ce qui ne l'empêche pas pour le moment de poursuivre les discussions avec Ekinops. Un double jeu qui serait peut-être motivé par le fait que l'activité d'ASN se porte bien. Et bingo, Nokia vend des équipements pour les câbles d'ASN. Selon une source proche du dossier, celui-ci est désormais géré au plus haut niveau chez Nokia, et non plus par la direction française du groupe.

Droit de regard de l'Etat

Interrogé par La Tribune, Nokia ne fait pas de commentaire. Chez Ekinops, on précise que les négociations se poursuivent, et que le groupe communiquera au terme des négociations, qu'elles aboutissent favorablement ou pas. Bercy, qui suit de très près ce dossier et est très attentif à ce qu'ASN reste en France, se refuse également à tout commentaire.

Pour rappel, la France dispose d'un droit de regard sur la vente d'ASN depuis que le spécialiste des câbles sous-marins est passé sous la coupe de Nokia en 2015, lors de son rachat d'Alcatel. Les câbles sous-marins, qui assurent 99% des communications intercontinentales et où transitent des monceaux d'informations sensibles, sont jugés éminemment stratégiques par l'Etat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2019 à 11:46 :
Toujours le même problème, avec un pouvoir politique désastreux nos dirigeants ne peuvent pas fournir un service après vente de qualité ou pire il peut être complètement absent.

Tout simplement: Prenez deux produits identiques, un est vendu par John, un mètre 90 et 110 kg de muscles l'autre est vendu par Hanz, 1-65 et 110 kilos de graisse.

Vous achetez le produit à qui ?
Réponse de le 29/01/2019 à 14:21 :
Incroyable le nombre de commentaires déposé par Citoyen blasé. Soit cet homme est payé par la Tribune pour commenter, soit il est complètement accro à ce site et ca en devient maladif
Réponse de le 29/01/2019 à 19:50 :
@ multipseudos:

Il va bien mon petit chien ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :