L'arrestation de la "princesse" de Huawei a mis le feu aux poudres

Début décembre, Meng Wanzhou, fille du fondateur de Huawei et numéro deux du groupe, a été arrêtée au Canada sur demande des États-Unis. En pleine guerre commerciale sino-américaine, la nouvelle a suscité la colère de la Chine, et a donné une résonance mondiale à l’affaire Huawei.
Pierre Manière

5 mn

Une femme, un symbole. Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei et fille de son fondateur a été arrêtée à Vancouver le 1er décembre dernier, accusée de complicité de fraude pour contourner les sanctions américaines contre l’Iran.
Une femme, un symbole. Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei et fille de son fondateur a été arrêtée à Vancouver le 1er décembre dernier, accusée de complicité de fraude pour contourner les sanctions américaines contre l’Iran. (Crédits : Reuters)

Ce 1er décembre 2018, elle ne se doute pas qu'elle passera la nuit derrière les barreaux. Meng Wanzhou, la directrice financière de Huawei et numéro deux du géant chinois des télécoms, est arrêtée au Canada, à Vancouver, sur demande des États-Unis. La justice américaine la soupçonne de complicité de fraude pour contourner des sanctions américaines contre l'Iran.

En Chine, la nouvelle provoque un séisme. C'est que Meng Wanzhou n'est pas n'importe qui. Outre ses hautes responsabilités chez l'équipementier, elle est surtout la fille de Ren Zhengfei, le très influent et richissime fondateur du groupe, dont la fortune est estimée à près de 3,5 milliards de dollars. À 46 ans, Meng Wanzhou, souvent qualifiée de « princesse » de Huawei, est en outre pressentie pour succéder un jour à son père, âgé de 74 ans, à la tête du groupe.

La 5G en question

Dix jours après son arrestation, la dirigeante est libérée sous caution. Mais les États-Unis réclament toujours son extradition. Fin janvier, le ministère américain de la Justice en a encore rajouté, en inculpant Meng Wanzhou, Huawei et ses filiales de vol de technologies et de violation de sanctions envers l'Iran. Pour le géant chinois des télécoms, l'affaire fait l'effet d'une bombe. Elle donne une résonance mondiale aux craintes d'espionnage brandies de longue date par les États-Unis à son égard au pire moment, celui de l'avènement des réseaux 5G. Un domaine où Huawei a énormément investi et a, aux yeux de la plupart des experts télécoms, un temps d'avance sur la concurrence. En clair, l'état-major de l'équipementier redoute que ses déboires américains ne poussent l'Europe et ses opérateurs à bouder ses équipements 5G. Ce qui constituerait un immense revers pour le dragon qui a connu, jusque-là, une croissance fulgurante.

Chez Huawei, l'affaire est suffisamment grave pour que Ren Zhengfei sorte de son silence. Il a accordé, en janvier, une interview à quelques journalistes étrangers pour démentir tout espionnage pour le compte de Pékin.

« J'aime mon pays, je soutiens le Parti communiste, mais je ne ferai jamais rien pour nuire à un quelconque pays dans le monde », a-t-il affirmé, indiquant que sa fille lui manquait « beaucoup ».

En parallèle, le dirigeant a prévenu ses troupes, sur un ton pessimiste et menaçant, de s'attendre à des « moments difficiles ». « Nous allons devoir nous séparer des employés médiocres et réduire les dépenses de main-d'œuvre », écrit-il dans un courrier adressé à ses cadres, selon le Financial Times.

La riposte du gouvernement chinois

Le gouvernement chinois, de son côté, est monté au créneau pour défendre son champion des télécoms, avec une énergie qui a surpris plus d'un observateur. Le mois dernier, un porte-parole des Affaires étrangères a dénoncé « la répression injustifiable » du pays de l'Oncle Sam visant Huawei et les groupes de l'Empire du Milieu. « Les États-Unis utilisent le pouvoir de l'État pour discréditer et attaquer certaines entreprises chinoises, dans une tentative d'étrangler leurs opérations, qui sont légitimes et légales », a-t-il ajouté.

Depuis l'arrestation de Meng Wanzhou, trois ressortissants canadiens ont été arrêtés en Chine. Et mi-janvier, un autre Canadien a été condamné à mort pour trafic de drogue, alors qu'il n'avait, en première instance écopé « que » d'une peine de 15 ans de prison. Officiellement, la Chine s'est refusée à faire un lien entre ces événements et l'arrestation de la numéro deux de Huawei. Mais beaucoup y voient une mesure de rétorsion de Pékin, une réponse du berger à la bergère.

Télécoms : la menace d'un "cyber-Pearl Harbor"

Avec l'énergie et les transports, les télécoms font partie des cibles privilégiées par d'éventuelles attaques informatiques (La Tribune du 1er février). Ces trois secteurs dits d'« importance vitale » sont d'ailleurs déjà, selon l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi), en proie à des menaces. Son patron, Guillaume Poupard, a récemment indiqué au Parisien avoir « détecté des attaques d'acteurs étatiques, privés ou terroristes, qui ne visent pas encore à détruire, mais à s'installer et surtout à étudier les systèmes informatiques ». Concrètement, le chef de file du gendarme français de la sécurité informatique redoute un « cyber-Pearl Harbor ». C'est-à-dire une « succession d'attaques massives surprise » visant à voler des renseignements ou à mettre hors service des infrastructures sensibles. Sa crainte est d'autant plus grande que « le contexte géopolitique se dégrade », insiste-t-il, en faisant référence aux relations très tendues entre Pékin et Washington.

▶︎ En complément de cet article de La Tribune Hebdo n°281, LISEZ LA SUITE DE NOTRE DOSSIER (articles abonnés) :

Pierre Manière

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 22/02/2019 à 20:18
Signaler
Elle ne doit pas se plaindre, elle aurai pu être arrêtée au Japon...

à écrit le 22/02/2019 à 17:04
Signaler
C'est quand même plus facile de la kidnapper aux usa qu'en Chine mais l'exemple est venu du japon ... Ceci dit il ya eu copiage d'après Apple mais aussi ce dernier a des problèmes avec des puces recopiées

à écrit le 22/02/2019 à 11:40
Signaler
"fille du fondateur de Huawei et numéro deux du groupe" La Chine qui fait une erreur fatale digne de nos dirigeants européens à savoir confier à une fille de une mission de la plus haute importance, de raison d'état. Notre néolibéralisme inco...

le 25/02/2019 à 13:58
Signaler
Pourquoi plus hypocrite? Le PC chinois a de meilleurs résultats économiques grâce au fait que la Chine est en rattrappage. Pour le reste ils nous épargnent la moraline dont nous abreuvons le reste du monde avant de nous applatir

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.