Médias : Fox relance la bataille pour le rachat de Sky

 |   |  616  mots
Sky, le champion européen de la pay TV, est convoité à la fois par Fox et par Comcast.
Sky, le champion européen de la pay TV, est convoité à la fois par Fox et par Comcast. (Crédits : Toby Melville)
Le géant américain des médias a amélioré son offre pour racheter le groupe de télévision britannique Sky. De quoi relancer son bras de fer avec le géant du câble Comcast outre-Atlantique, qui pourrait bientôt, en réaction, surenchérir.

C'est reparti pour un tour ! Le groupe américain 21st Century Fox a annoncé, ce mercredi 11 juillet, le relèvement de son offre pour mettre la main sur le groupe de télévision britannique Sky, également convoité par son rival Comcast, le champion du câble outre-Atlantique. Déjà premier actionnaire de Sky à hauteur de 39%, Fox a amélioré sa position pour avaler le numéro un européen de la télévision payante, et récupérer les 61% du capital restant. Celle-ci passe de 10,75 livres par action Sky à 14 livres. Ce qui valorise sa cible à 24,5 milliards de livres (soit 27,7 milliards d'euros). Sachant que jusqu'à présent, Comcast, également très présent dans les médias (NBC, Universal Pictures...), était prêt à débourser 22 milliards de livres (35 milliards d'euros) pour le groupe britannique.

L'offre de Fox demeure en-deça du cours de Sky, qui reste aux alentours de 15 livres à la Bourse de Londres. Voilà pourquoi plusieurs observateurs estiment que Comcast pourraient prochainement surenchérir. « C'est positif pour les actionnaires et Comcast donnera probablement suite avec une nouvelle offre », estime auprès de l'agence Reuters la consultante Claire Enders. Idem pour George Salmon, analyste chez Hargreaves Lansdown, qui juge à l'AFP l'offre de Fox « un peu inférieure à ce que certains anticipaient ».

« Il y a toutes les chances que Comcast contre-attaque de nouveau, ce qui explique pourquoi l'action continue d'évoluer à un niveau supérieur à l'offre de Fox », affirme-t-il.

Comcast lorgne en parallèle les actifs de Fox

Là où l'affaire se complique, c'est que Comcast est aussi engagé dans un autre dossier brûlant : le groupe se bagarre avec Walt Disney pour racheter la plupart des actifs de Fox, y compris sa participation dans Sky ! Fin juin, Disney a décroché le feu vert des autorités de la concurrence pour racheter l'essentiel de Fox pour plus de 71 milliards de dollars. Mais selon la presse américaine, Comcast n'aurait pas dit son dernier mot, et pourrait également surenchérir.

Pourquoi ces appétits et cette consolidation en cours dans le secteur des télécoms et des médias ? Parce qu'aux yeux de ces acteurs, gagner en taille constitue un moyen de ne pas perdre pied face à la concurrence, de plus en plus menaçante, des géants technologiques comme Google, Netflix ou Amazon, à la fois plateformes de diffusion et producteurs de contenus. La Silicon Valley dispose d'un gros avantage : grâce aux données personnelles des utilisateurs stockées sur ses plateformes, elle est en contact direct avec le public et en sait long sur ses goûts et ses habitudes, ce qui lui permet par exemple d'adapter les contenus qu'elles proposent.

Le deal AT&T-Time Warner a mis le feu aux poudres

Google et Facebook ont également la particularité de capter une part substantielle des recettes publicitaires, au détriment des acteurs traditionnels des médias. D'où l'idée pour les acteurs des télécoms et des médias de se marier pour, soit combiner canaux de distribution et contenus, soit pour étoffer leurs programmes. Le feu vert accordé le 12 juin par un juge de Washington à la fusion entre le géant des télécoms AT&T et le groupe de médias Time Warner, contre l'avis des autorités de la concurrence, avait levé les incertitudes sur nombre de grosses fusions en cours ou à venir. C'est précisément cet aval qui avait décidé, à ce moment-là, Comcast à surenchérir sur Fox. Les grandes manœuvres ne sont, vraisemblablement, pas prêtes de s'arrêter.

Lire aussi : AT&T-Time Warner : le monde des télécoms et des médias sur le qui-vive

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :