Télécoms : la French Tech pousse ses pions en Afrique

 |   |  441  mots
Business France permet, depuis 2014, à des entreprises françaises de présenter leur savoir-faire à Africacom.
Business France permet, depuis 2014, à des entreprises françaises de présenter leur savoir-faire à Africacom. (Crédits : Pierre Manière)
Sous l'égide de l'agence Business France, dix entreprises françaises ont fait le déplacement à Africacom, le plus grand événement dédié aux télécoms africaines, qui se déroule au Cap (Afrique du Sud) cette semaine.

Cette semaine au Cap (Afrique du Sud), Business France donne l'opportunité à dix entreprises françaises de montrer leur savoir faire à Africacom, le plus grand événement dédié aux télécoms du continent. Pendant quelques jours, leurs dirigeants enchaînent les rendez-vous avec des opérateurs, des équipementiers et autres professionnels du secteur pour se faire connaître et, surtout, signer des contrats. L'objectif est clair : permettre à des sociétés prometteuses de se lancer ou de booster leur chiffre d'affaires en Afrique.

Parmi elles, Globaltel compte bien saisir la balle au bond. Cet opérateur à Saint-Pierre-et-Miquelon propose une solution pour déployer des réseaux mobiles dans des zones rurales ou reculées. Concrètement, celui-ci fabrique et fournit des équipements, peu énergivores et "à prix abordable", affirme un responsable, qui permettent aux antennes télécoms de fonctionner correctement. Globaltel juge que sa solution, qui fonctionne à l'énergie solaire, est particulièrement adaptée en Afrique.

Dans de nombreux pays, les opérateurs peinent à couvrir les campagnes, en raison, notamment, du manque d'infrastructures routières ou électriques. Globaltel espère notamment se développer en Côte d'Ivoire. Dans ce pays, le gouvernement réfléchit à l'adoption d'un "service universel", pour permettre à toute la population d'accéder à la téléphonie mobile.

"Le marché de la fibre s'ouvre"

La société Tetradis, elle, est spécialisée dans le déploiement des réseaux Internet fixe. L'entreprise fabrique des équipements sur mesure pour apporter la fibre et le très haut débit. Fort de ses 15 ans d'expérience dans l'Hexagone, Tetradis veut exporter son savoir-faire à l'international. La société estime notamment avoir une carte à jouer au Maghreb, où les réseaux Internet fixe se développent. "Le marché de la fibre s'ouvre", explique Olivier Ansiaux, son directeur général, entre deux rendez-vous avec des distributeurs potentiels.

Digital Virgo est sur un tout autre créneau. Cette société, qui compte pas moins de 700 collaborateurs et affiche un chiffre d'affaires annuel de 240 millions d'euros, est spécialisée dans la monétisation de contenus digitaux (jeux, musique, cinéma, annonces) et d'audiences. Digital Virgo est déjà très présente en Afrique (au Maroc, en Egypte, au Sénégal, au Mali ou encore au Cameroun). En Afrique du Sud, le groupe vient de racheter Starfish Mobile, un spécialiste de la monétisation de services et contenus via paiement télécom, pour se renforcer dans les territoires anglophones. Pour l'état-major du groupe, Africacom constitue l'opportunité de rencontrer les plus gros opérateurs mobiles du continent, et donc d'étoffer encore son portefeuille de clients.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :