Un ex-dirigeant de la Banque d’Italie nommé président de Telecom Italia

 |   |  332  mots
Agé de 70 ans, Salvatore Rossi a été de mai 2013 à mai dernier directeur général de la Banque centrale d'Italie et président de l'autorité de tutelle du secteur de l'assurance dans la péninsule.
Agé de 70 ans, Salvatore Rossi a été de mai 2013 à mai dernier directeur général de la Banque centrale d'Italie et président de l'autorité de tutelle du secteur de l'assurance dans la péninsule. (Crédits : Stefano Rellandini)
Salvatore Rossi, un ancien dirigeant de la Banque d'Italie, a été nommé lundi président de Telecom Italia (Tim), un nouveau signe de l'amélioration des relations entre les actionnaires Vivendi et Elliott, a annoncé l'opérateur.

Sa nomination était attendue. Salvatore Rossi, un ancien dirigeant de la Banque d'Italie, a été nommé lundi président de Telecom Italia (Tim), un nouveau signe de l'amélioration des relations entre les actionnaires Vivendi et Elliott, a annoncé l'opérateur. Le conseil d'administration s'est prononcé à l'unanimité en faveur de sa nomination, a précisé Tim dans un communiqué.

Agé de 70 ans, Salvatore Rossi a été de mai 2013 à mai dernier directeur général de la Banque centrale d'Italie et président de l'autorité de tutelle du secteur de l'assurance dans la péninsule. Il a été nommé en remplacement de Fulvio Conti, qui a démissionné le 26 septembre pour contribuer à l'amélioration durable des rapports entre le géant français et le fonds américain. M. Conti, considéré comme un proche d'Elliott, avait été plusieurs fois l'objet d'attaques de Vivendi, principal actionnaire de Telecom Italia avec 23,9% du capital.

Relations difficiles entre Elliott et Vivendi

Les relations entre Elliott, qui détient lui près de 10% de Tim, et Vivendi ont été extrêmement belliqueuses pendant un an, entre 2018 et mars 2019, avant de s'apaiser quelque peu, après que le groupe français eut retiré une demande de révocation de cinq administrateurs proches d'Elliott. Les tensions ont affecté la gouvernance et les résultats de l'opérateur, mais aussi son titre en Bourse.

Le départ de M. Conti et son remplacement par M. Rossi visent à améliorer encore davantage les relations entre les deux actionnaires. Le fonds américain a ravi en mai 2018 le contrôle du conseil d'administration à Vivendi, pourtant le premier actionnaire de Tim, lors d'une assemblée générale. Puis les dix administrateurs issus de sa liste ont limogé en novembre 2018 Amos Genish, considéré comme un proche de Vincent Bolloré, pour le remplacer par Luigi Gubitosi. Un autre actionnaire important de Tim est la Caisse des dépôts italienne, qui pourrait éventuellement se voir attribuer un siège au sein du conseil.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2019 à 15:35 :
Ne sommes nous pas dans la période ou les banquiers sont au pouvoir dans les pays?!!

Ce qui est marrant, est qu'ils ont été de ceux qui ont crée la crise, et si l'on regarde bien, je commence a me poser la question si la crise de 2008 n'avait pas pour objet de transférer le pouvoir a tout ceux qui ont travaillé dans la banque????

En tout c'est le cas, et lorsque l'on voit comme se fait la gestion des dits pays, finalement ils n'ont plus que la police avec eux.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :