Les crédits immobiliers en chute libre en 2012

 |   |  262  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Malgré des conditions de crédits très attractives et un point bas atteint en décembre à 3,22%, le montant des crédits immobiliers accordés a chuté de 26,4% en 2012 par rapport à 2011, selon l'Observatoire Crédit Logement/CSA.

Après une année exceptionnelle en 2011, le montant des prêts immobiliers accordés a reculé de 26,4% en 2012, selon l?Observatoire Crédit Logement/CSA. Le total des prêts à l'habitat accordés en 2012 se situe entre 117,5 et 120,5 milliards d'euros, a indiqué à l'AFP Michel Mouillart, professeur d'économie à l'Université Paris-Ouest et auteur de l'étude. Le montant exact n'est pas encore arrêté, certaines opérations pouvant être considérées comme finalisées en 2013 et non en 2012, a-t-il expliqué. Si l?année n?avait pas bien commencé ( -33,1% au premier semestre), la production de crédits immobiliers ne s?est pas pour autant ressaisie durant l?été. In fine, seuls les mois d?octobre et novembre ont été, comme chaque année, plus prolifiques.

Le plus bas niveau de l'histoire en décembre 2012

Les conditions de crédits étaient pourtant très attractives. Le taux moyen a ainsi atteint le plus bas niveau de l'histoire en décembre, à 3,22%. Selon les données publiées par l'Observatoire, il aurait même continué à baisser durant les premières semaines de 2013, pour s'afficher à 3,19%. "Cette baisse des taux bénéficie autant au marché du neuf (3,22% contre 3,93% en février) qu?à celui de l?ancien (3,23% contre 3,97% en février) ou à celui des travaux (3,24% en novembre contre 3,93% en février)", indiquait  Crédit Logement il y a une dizaine de jours. Ainsi, sur l'ensemble de 2012, 79,2% des prêts ont été accordés à un taux inférieur ou égal à 4%, contre seulement 60,7% en 2011.

>> Pour aller plus loin, découvrez notre espace crédit immobilier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2013 à 16:44 :
Une baisse molassonne pourquoi pas, mais - 30 % en 3 à 5 ans cela m etonnerait. Si on construit peut etre (mais sans que les riches financent avec leurs économies d impots c est impossible : la rentabilité est de 2 % net !), ou requisitionne les logements vacants (mais qui osera ?).
Et comme notre président et son Sapin croient au père Noel, le chômage va baisser pour la fin 2013, donc il n y aura plus de raison d il y avoir de baisse de l immobilier !! M enfin !
Réponse de le 26/01/2013 à 8:37 :
Que les investisseurs partent d'un marché devenant moins rentable pour eux est une très bonne chose contrairement à une idée reçue: ils vont faire baisser la demande à l'achat supposée être tendue.
Réponse de le 29/01/2013 à 10:31 :
Oui, mais si on ne construit pas et que les locataires n'achetent pas, vu que le nombre de foyers est en augmentation, les loyers vont monter... il y a toujours des vases communicant entre achat et location, non ?
Réponse de le 29/01/2013 à 11:03 :
La location reste un marché : si trop cher, le produit reste en catalogue et donc vide...Là aussi, ce qui compte, c'est ce que les gens peuvent payer. La flambée récente des loyers est plus due à une volonté des investisseurs de retrouver une rentabilité qu'à une réelle situation de pénurie...Et elle est restée somme toute mesurée, car les salaires n'ont pas franchement bougé !
Réponse de le 29/01/2013 à 14:44 :
@Patatras : en effet, cela peut pousser les locataires à le rester. Ou pas : faute de baisse importante, un emprunt sur 20 ans permettra d etre propriétaire et de se faire un patrimoine, meme en l ayant acheté 100 aujourd hui et qu il vaille 100 dans 20 ans (en fait 60 si on déduit l inflation donc baisse de 40 % de la valeur réelle) cela reste "intéressant". En résidence principale les gens n achetent pas pour spéculer mais pour avoir un toit à la retraite qui sera minable on le sait tous.
L autre solution pour le patrimoine étant : la bourse (il faut s y connaitre), les SICAV et placement surs (mais peus rentables sauf a prendre le risque), ou ... l investissement dans la pierre qui a une tres faible rentabilité par an, et ne va pas générer de plus value de sortie avant le procain cycle haussier (si il arrive).
(ma) Conclusion ; on se fait un patrimoine en achetant sa résidence principale. et 50 % des francais n en ont pas. J ai vu un autre POST avec "offre et demande" : en effet, c est un règle qu on a tendance à sous estimer, avec celle du désir d etre propriétaire (mais pas à tout prix j en convient).
Voilo
a écrit le 25/01/2013 à 10:26 :
La bulle immo en phase ascendante, c?est des points de croissance en plus même sans bulle de construction à l'Espagnole. Cf multiplicateur keynésien? Au prix d?un accroissement de l?endettement. La consommation et les investissements, le pib du moment est boosté au détriment de la consommation et des investissements futurs. (le stock d'endettement privé est passé de 32 à 65% des revenus annuels des ménages entre 2002 et 2012).

A présent, il faudra vivre sans ce boost de croissance du à l?accroissement de l?endettement car cet accroissement de l?endettement ne peut plus continuer. Il faudra même diminuer cet endettement. Au contraire, un endetté va utiliser ses revenus du moment à rembourser ses prêts antérieurs... plutôt que de consommer ou investir et de faire travailler d'autres français au présent.
Après le boost, c'est la dépression. game over pour les ex-virtual-winners....

En résumé, l'endettement permet de voler la croissance du futur au profit de la croissance du présent.
a écrit le 24/01/2013 à 19:04 :
parce que cela n'est pas gonflé. De 2003 à 2013 Masse monétaire x 5, prix de l'or x 6, prix de l'immobilier x 2. L'immobilier est à son cours normal.
Réponse de le 24/01/2013 à 21:48 :
Ah parce que la masse monétaire X5 s'est retrouvée dans nos poches ? Oh que je suis content : je suis riche en fait !!!
Réponse de le 24/01/2013 à 23:49 :
800 000 logements manquant en France, combien se construisent par an ? 310 000 alors qu il en faudrait 500 000 pour étaler le manque (entre nouvelle demande et manque existant, pour les neuneus). Ce n est pas l Espagne avec 1 000 000 de stock en 2008 !!!
L offre et la demande est une règle de base. Je suis en PACA où le solde migratoire est tellement positif que nous avons dépassé le nombre d habitants prévus en ... 2020 !! Et il y a trop peu de terrains constructibles !
Je pense que selon la région, le manque ou non de logement, et la croissance ou décroissance de la population, les prix vont évoluer dans un sens ou un autre.
On a vendu 180 000 ? en Bourgogne une superbe maison de village 200 m2 + jardin de 500 m2 super état. Ici la même vaut entre 3 et 4 fois cela ! et on n en trouve pas (de toute maniere je n ai pas les moyens)
Réponse de le 25/01/2013 à 5:59 :
Avec les logements vacants non pas 800 000.
Réponse de le 25/01/2013 à 7:14 :
@ Règles de Base

Il manque pas 800 000 logements mais 8 millions.
L'offre et la demande est une règle de base. Oui on le voit tous sut Le BON soin et Se léger .
Paca solde migratoire, je plussoie un solde migratoire sans doute constitué de riches russes et italiens non ? J'ai bon??
La même vaut 3 à 4 fois cela. Ben C'est pour cela que plus rien ne se vend dans le sud.
Réponse de le 25/01/2013 à 12:58 :
Si l'on prend votre logique: Masse monétaire x 5, prix de l'or x 6 => Inflation à venir + salaire qui n'augemente pas voir baisse => Pouvoir d'achat qui baisse => impossibilité d'achat immobilier car non solvable => Donc grosse baisse de l'immobilier amplifier par l'inflation.
Je rappelle qu'une stagnation des prix de l'immobilier avec une inflation par exemple de 4% cela revient à une baisse des prix de l'immobilier de 4%.
Réponse de le 26/01/2013 à 8:40 :
Ils vont enfin se rendre compte qu'avoir fait monter la mayonnaise n'était pas une solution.
Réponse de le 29/01/2013 à 13:14 :
@Anti Papy Boomers : quelle frustration et haine de son prochain ! je ne suis pas AI mais n ait pas la même logique que vous c est tout. J'ai un bac + 5 en économie et essaie d analyser avec mes connaissances, mon observation et ma logique et je vous ... dis tant pis pour vous, il fallait investir à temps. vous serez frustrés toute votre vie, mais ca je n y peux rien.
a écrit le 24/01/2013 à 18:22 :
Pour deux raisons très simples, la bubulle va lentement se dégonfler : d'abord parce qu'il n'y a pas assez d'acheteurs solvables en face d'un nombre de vendeurs de plus en plus agés qui ne l'ont toujours pas compris. Nous n'assisterons donc pas à un éclatement de la bulle mais à un lent recul de prix sur une longue période (environ 5 à 10% par an). Ensuite il y a une raison encore plus simple : une bonne partie de la hausse des prix était portée par la hausse des prix du neuf, elle même soutenue par les investissements défiscalisés ou par des subventions publiques (c'est la méthode franchouillarde : quand un secteur ne va pas assez bien, on le soutient voir la "prime à la casse auto" qui se finit en eau de boudin pour les constructeurs français...). Comme les caisses de l'état sont vides, fini le robinet à finances. Et comme les rendements locatifs réels sont proches de zéro (si pas négatif avec la hausse de la fiscalité et les charges croissantes) et bien les investisseurs ont disparu, même et surtout les grandes compagnies d'assurance qui avaient énormément investi dans l'immobilier. J'en suis désolé pour tous ceux qui se sont fait berner en achetant au plus haut (primo accédants) ou qui ont investi en croyant les belles paroles du conseiller patrimonial à propose du placement sans risques (petits investisseurs) mais vous allez subir la "negative equity". Il n'y aura pas de miracle.
Réponse de le 24/01/2013 à 23:57 :
Les vendeurs de plus en plus ages ils font quoi ? ils achetent de l immobilier et retirent de la bourse ou autre : résidence principale et secondaire. et ils paient cash le plus souvent.
Par contre la fin du pret TZ bloque en effet la construction et du coup ... bah on ne construit pas donc il manque des logements ! donc cela empeche la baisse des prix. Même la misss Duflot elle est d accord avec cette règle toute simple
Réponse de le 29/01/2013 à 14:34 :
Eh non, les + de 60 ans démembrent, font don de la nue propriété et gardent l usufruit. il gardent toujours leur toit sur la tete, question ABSOLU de principe ! Quand ils avaient des placements en immobilier effectivement ils aident les enfants et petits enfants en rendant liquide ce patrimoine pour que ceux-ci aient un apport pour acheter... de l immobilier !!!!. 2 / Pour la fin du PTZ "on construit" ??? il faut lire toutes les pages de votre magazine "La Tribune" : plongeon de la construction !!!
Ayez des arguments plus solides que "n importe quoi" et nous pourrons débattre.
a écrit le 24/01/2013 à 18:00 :
La chute des crédits immobiliers est une bonne nouvelle pour les propriétaires : pas de risque de krack immobilier par bulle de crédit. Le marché est sain et les prix resteront solides.
Réponse de le 24/01/2013 à 18:34 :
Les prix restent solides : ah ben c'est pour ça que j'ai dû baisser de 25% le prix de ma résidence secondaire pour pouvoir la vendre après 9 mois sans proposition ! C'est comme la croissance négative en fait ! Ben ! Si vos perspectives d'emploi dans le secteur immo ont la même solidité que l'évolution des prix , à vot' place j'enverrais quelques CV...
Réponse de le 24/01/2013 à 18:55 :
@Marchais saint - Oui, enfin en même temps, si on fait n'importe quoi, y a quand même un risque - même en immobilier ... mais toujours moins qu'en titre.
Réponse de le 24/01/2013 à 20:18 :
Euh... s'il n'y a plus de crédit, il n'y a plus d'acheteur, donc on a un krach.
Réponse de le 24/01/2013 à 23:17 :
Surtout que logiquement les investisseurs, soit se barrent, soit ont déjà investis, soit ne veulent plus le faire avec des prix au plus haut : le train est passé.
Réponse de le 25/01/2013 à 13:00 :
Le marché est sain mais alors pourquoi il y a un krach des demandes de credits. Bizarre!
a écrit le 24/01/2013 à 17:43 :
Ne vous inquiétez pas 90% des acheteurs payent cash, ils mettent à l'abri leur argent avant la tempête qui se prépare sur les marchés financiers : tapez Delamarche sur youtube ou BFM :) et écoutez la vidéo "notre épargne en danger" pour comprendre le désespoir des investisseurs ,il n'y a plus que l'or ou l'immobilier pour espérer ne pas tout perdre: les assurances vie sont adossées aux dettes souveraines qui partiront bientôt en fumée (-80% en Grèce, c'est bien un défaut ,ça) Il y aura l'Espagne puis le Japon et ...nous. Le high frequency trading va se crasher en beauté et les Etats ne pourront pas payer cette fois ,ce sera le credit crunch, le bank run OU... la planche à billet. Résultat : l'immobilier continuera de grimper...
Réponse de le 24/01/2013 à 18:23 :
Avez-vous vu les prix de l'immobilier grimper en Grèce ? Non, au contraire, donc vous avez complètement tort.
Réponse de le 24/01/2013 à 18:26 :
Vous devriez mieux écouter Delamarche ! En cas de dépression, il explique qu'il n'y a absolument AUCUN placement de sauvegarde de ses petites économies. Comme tout le monde, vous allez prendre le bouillon. Les gens ont fini par oublier que l'immobilier, c'était fait pour se loger ou loger ses enfants, pas pour spéculer quand on est un perdreau de l'année en finances comme 99% d'entre nous !
Réponse de le 24/01/2013 à 18:52 :
@pas abri : les prix de l'immobilier grec se sont maintenus, les titres issus de la dette ont perdu 80% de leur valeur... Donc "L'abris de l'immobilier" a complètement raison et vous complètement tort...
Réponse de le 24/01/2013 à 19:02 :
Ben oui, en cas de dépression l'immobilier résiste mieux que tout le reste. Et le papier des monnaies ou des titres en faillite que l'on brûle en plein hiver réchauffe bien mieux dans une cheminée que dans la rue.
Réponse de le 24/01/2013 à 21:52 :
@Ecoute attentive, la valeur d'un patrimoine est virtuelle. Votre tas de pierre ne vous protège pas de la pauvreté en cas de krach immobilier. ou si vous avez besoin de liquidité. vous perdez votre capital. Il n'y a pas de placements garantis. exemple l'Espagne, les USA, l'Irlande....Le mimétisme entretenu par le mythe que l'immobilier est un placement sans risque conduit à des situations catastrophiques pour ceux qui se retrouvent en négative équity et cela provoque des périodes de grandes récessions Pour mémoire les dates de bulles 1808 1873 1990 2004 2013. Nous entrons dans une zone de grande turbulence.
Réponse de le 24/01/2013 à 23:40 :
la seule bulle dans l immobilier en 2004 c etaient les bulles de champagnes de tous ceux qui achetaient !
Réponse de le 26/01/2013 à 2:12 :
En 2004 petit, en 2004.
a écrit le 24/01/2013 à 17:25 :
Vous devriez changer la photo, il y a une nouvelle tour à la part dieu...
a écrit le 24/01/2013 à 16:49 :
une chute libre pas si impressionnante que cela puisque survenue apres une année record. En fait il existe une attente des vendeurs et des acheteurs: que ceux qui parle de bulle immobiliere à tout bout de champ ne s'inquietent pas: les prix de vente ne vont pas s'effondrer
Réponse de le 28/02/2015 à 20:14 :
affreuses voitures françaises
a écrit le 24/01/2013 à 15:15 :
avec des espagnols et des portugais qui bossent pour 500 euros par mois, comment voulez vous que les revenus des actifs frnçais puissent demain soutenir des prix aussi délirants ?!? la messe est dite, la déflation salariale qui arrive fera son petit chemin dans toutes les entreprises etceux qui ont prix des crédits sur des prix bullesques sont condamnés !
Réponse de le 24/01/2013 à 17:48 :
La preuve : plus y a des espagnols et portugais qui bossent pour 500 euro par mois, et plus y a de Rolls Royce à 200.000 euro de vendus. Et forcément l' immeuble avec le garages qui va avec.
Réponse de le 24/01/2013 à 18:29 :
Plus y a de travailleurs pauvres en Espagne et plus y a de rolls vendues , donc l'immobilier va monter. La démonstration est imparable : faut s'incliner les gars ! Dans le même esprit "logique" : quand les prix commencent à baisser, c'est signe que ça va remonter : en effet les ventes de yacht au Portugal explosent !
a écrit le 24/01/2013 à 14:47 :
Bonjour,
OK pour une baisse : - 3 % par an, avec + 2 % d'inflation = 5 % de baisse en réel par rapport aux revenus qui généralement suivent l'inflation. 3 ou 4 ans comme cela et on retrouvera des niveaux corrects. A vous de négocier, et n achetez que si vous pensez rester un minimum dans les lieux (genre 8-10 ans).
Mais ceux qui hurlaient déjà en 2008 que c etait le crack en sont pour leur frais et ont perdu 5 ans ! Peut-être ont-il l'éternité pour enfin etre chez eux ?
Réponse de le 24/01/2013 à 15:14 :
si l'état français n'avait pas subventionné à coup de milliards (grâce aux impôts de ceux qui ne pouvaient pas défiscaliser...) cette bulle, elle se serait crevée en 2008 mais ... les certains intérêts semblent trop "forts" en France pays des rentiers heureux. La bulle a été maintenue artificiellement mais aujourd'hui l'état français est en faillite donc...
Si le "marché" de l'immobilier est un vrai marché (au sens libéral du terme avec l'intervention de la main "magique"), alors aucune subvention. Si l'état s'en mêle en soutenant à bout de bras (de milliards) alors il doit aussi réguler. La position choisie par l'état français va à l'encontre du bon sens.
Réponse de le 24/01/2013 à 15:16 :
où avez vous vu que les revenus suivaient l'inflation ?!? sur la planète mytho peut etre...
Réponse de le 24/01/2013 à 17:31 :
Mytho-logique. ;)
Réponse de le 24/01/2013 à 23:36 :
Encore faut il s y connaitre en droit du travail les Mytho. Mais plus facile de glandouiller que de se cultiver
a écrit le 24/01/2013 à 14:43 :
On y est...y a plus qu'à profiter du spectacle. je sors le popcorn....
Réponse de le 24/01/2013 à 17:50 :
Y a pas de Ponzi possible en immobilier. Rentrez le popcorn et travaillez votre économie, ignorant...
Réponse de le 24/01/2013 à 19:08 :
Ben si ! Y a un gars qui vient de se faire serrer par la maison Poulaga dans le sud : il avait organisé une belle chaine de Ponzi immo et il a récolté 400.000 boules !
a écrit le 24/01/2013 à 14:43 :
Je lis les extrémistes de la bulle immobilières : - 50 % ! bah voyons : ce sont les mêmes qui depuis 8 ans disent que c est trop cher et n ont rien acheté. Continuez les petits, la frustration entretient votre rengaine.
Chacun fait ce qu il veut : moi je ne vends pas et je n achete pas, alors que cela fasse +50 ou - 50 je m en fous.
Réponse de le 24/01/2013 à 15:22 :
quelle frustation ?? ce n'est pas parceque vous avez eu la chance de prendre le train de l'immobilier au bon moment que les autres sont forcément des frustrés, ils refusent simplement de se faire pigeonner au plus haut d'un cycle immobilier artificiellement entretenu avec 40 millards d'aides publiques par an ! Ca me rappelle en 1999 les gars qui avaient des actions france telecom et qui faisaient les winners...
Réponse de le 24/01/2013 à 17:32 :
Vous avez raison continuer de payer un loyer en attendant que ca s'écroule...
Et merci.
Réponse de le 24/01/2013 à 19:11 :
Le Pigeon qui s'est fait enfumer en achetant une fortune sur 30 ans un taudis loin de tout et qui s'aperçoit qu'il va lui rester une mahousse moins values au bout du compte, c'est sûr qu'y doit être véner ! Y doit rêver de refourguer sa baraque encore plus cher à un autre Geonpi
a écrit le 24/01/2013 à 14:30 :
si tu te jètes dans la piscine... a écrit le 24/01/2013 à 11:17 :

l'éclatement de la bulle immo n'est un probleme que pour ceux qui en vivent et ceux qu'ils ont pigéonné à l'insu de leur plein gré les fiers a bras qui nous ont regardé de haut parce que eux ont "acheté" une "maison" et sont devenus "proprios" de leur pret m'est avis qu'on va les voir beaucoup moins faire les fiers justement, et que si les prix font -50% par exemple, pour les primos et la majorité des gens ça fluidifie les choses et ça demandera moins d'accaparement de revenus. par contre pour pépé mémé qui comptent en "patrimoine" forcément la bicoque a valeur révée virtuelle a 200 000 euro qui se vendra plus que 100 000 euro alors qu'elle leur a couté meme pas 100 000 Francs faut arreter le delire...c'est surtout l'orgueil de ceux là qui va en prendre un coup, et ceux qui sont avec leurs prets de ces dernieres années s'ils doivent vendre la aussi ça va faire mal....mais en meme temps on peut pas dire qu'on a pas prevenus ni ralé depuis belle lurette, si tu te jetes dans la piscine faut pas s'etonner de finir mouillé....

Réponse de le 24/01/2013 à 14:59 :
Aussi ceux qui ont acheté à crédit au plus haut et qui devront continuer à rembourser un bien qui va se déprécier.
Réponse de le 24/01/2013 à 17:52 :
En tout cas, chaque jour qui passe ou les prix de l'immobilier se maintiennent leur donne raison... Et cela depuis 10 ans...
a écrit le 24/01/2013 à 14:17 :
Dans ma ville à 12km de Paris par le RER C et D c'est la bérézina rien ne se vend. Des maisons et appartements baissent leurs prix de façon importante au bout d'un mois voir d'une semaine. Une maison mise en vente la semaine dernière est passée de 439500 à 373000 euros en une semaine. Alors les Mouillards et consorts la grande descente à vraiment commencée et rien ne l'arrêtera, même pas vos mensonges.
Réponse de le 24/01/2013 à 17:36 :
Ce n'est pas parce qu'une agence veut se faire du blé sur le dos d'un huluberlu que votre exemple donne une vérité.
Ne vendront que les prolos et la "basse" classe moyenne qui va aller se reloger dans la location. Les vrais multi-propriétaires s'en frottent déjà les mains et vont récupérer des biens à prix cassés pour les relouer à ses memes personnes.
Réponse de le 24/01/2013 à 17:54 :
Message d'un propagandiste de la secte bullesque... fondée en l'an 2000...
Réponse de le 24/01/2013 à 19:14 :
N'importe quoi : il faudrait une baisse de prix moyenne de 35% pour que l'immobilier locatif redevienne rentable. Comme les proprios n'ont toujours pas compris la situation, ils vont baisser petit à petit les prix. On est partis pour 5 à 10% en moins par an. Donc pas de hausse, pas de krach, une jolie petite pente baissière sur plusieurs années. Bien entendu, la fiscalité sur l'immobilier ne va faire que monter car c'est là que se trouve planqué le bon brouzouf. Les proprios vont donc continuer à se faire gentiment plumer en croyant être à la tête d'une fortune !
a écrit le 24/01/2013 à 14:11 :
il faut savoir ce que représentent réellement ces chiffres. Seulement du crédit pour de l'achat ou avec du rachat de crédit afin de profiter des taux bas... Je serais curieux de voir les chiffres consacrés uniquement à l'achat... je pense que la baisse est encore plus importante.
Mais bon, comme en France c'est "toujours le moment d'acheter" dixit les "professionnels" de l'immobilier et que les journalistes sont trop pressés (ou ... au choix) pour analyser ces discours bien rodés, nous n'allons pas tarder à avoir encore droit aux discours habituels de l'immobilier placement bla bla.
Vivement la fin de la bulle.
Réponse de le 24/01/2013 à 14:56 :
Je cherche a faire racheter mon crédit immo et ça traine, ça traine. Le conseiller me dit qu'il y a beaucoup de demande donc vous devez avoir raison.
a écrit le 24/01/2013 à 13:30 :
avec ce qui s'annonce, les 300 000 nouveaux logements, ca va etre chaud hein ? ;-))) avec un bon petit krach, la france pourrait aller au tas...
Réponse de le 24/01/2013 à 15:50 :
au contraire ... ce serait peut être salutaire pour la France qui a un cout du foncier beaucoup trop important. La première économie de l'Europe tant appréciée ici se caractérise par un cout de l'immobilier privé et commercial très bas. paradoxe ? Point du tout. Au contraire une force pour toute l'économie allemande. Les allemands qui ne consomment déjà pas grand chose (au regard de la force de l'économie) et les entreprises bénéficient donc d'un revenu net disponible plus important pour investir, consommer, etc... plus important relativement que les Français, les italiens et même les espagnols encore aujourd'hui malgré l'éclatement de la bulle.
Bref vive l'éclatement de la bulle immobilière en France !
Réponse de le 24/01/2013 à 17:33 :
Ca n'arrivera jamais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :