Garantie des loyers selon Duflot : vers une usine à gaz ?

 |   |  591  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les professionnels de l’assurance et de l’immobilier redoutent que la garantie universelle des loyers de Cécile Duflot ne soit une nouvelle usine à gaz.

Mettre en place une Garantie universelle des loyers en France n'est pas une mince affaire. La ministre du Logement Cécile Duflot se donne ainsi plus de 2 ans pour monter ce dispositif, qu'elle a intégré dans son projet de loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) qui sera débattu au Parlement dès septembre.
La mise en place de cette "sécurité sociale du logement", censée couvrir l'intégralité des propriétaires et des locataires en cas d'impayés, sera effective le 1er janvier 2016. Elle nécessitera la création d'une agence publique chargée d'indemniser les propriétaires qui travaillera main dans la main avec le trésor public pour le recouvrement des impayés. Un service d'accompagnement social sera également créé, alors que des intermédiaires, peut-être assureurs, s'occuperont de gérer les sinistres.

Une usine à gaz ?

Pour que la mesure soit efficiente à son lancement, deux ans ne seront pas de trop pour mettre tout cela en place. Mais certains, comme l'assureur spécialiste en la matière Galian, perçoivent ce dispositif comme une future usine à gaz.
En plus de sa lourdeur administrative, il pourrait déresponsabiliser certains locataires et propriétaires, estime pour sa part Jean-François Buet, le président de la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim).
Résultat, le total des impayés à recouvrir risque d'être plus important que prévu par le ministère du Logement. Galian les chiffre à 2 milliards d'euros, alors que le ministère les estime à 700 millions, indique Alain Ledemay, directeur général de Galian.

Un mécanisme assurantiel en deux branches 

L'assureur propose de créer "un mécanisme assurantiel généralisé avec une garantie unique gérée par les assureurs, courtiers et professionnels de l'immobilier". Cette garantie serait scindée en deux branches, dont les résultats seraient mutualisés. L'une serait à destination des "publics sensibles qui ont besoin d'un soutien à la location d'un logement, et qui ont des ressources précaires avec un taux d'effort (part du loyer dans le revenu disponible ndlr) de 30% ou 33%, jusqu'à 40%", propose Galian. La cotisation, partagée entre propriétaires et locataires, serait fixée à entre 3% et 3,5% minimum du montant du loyer, selon les estimations de l'assureur. Cette branche généraliserait en fait la "Garantie des risques locatifs" (GRL) existante, qui n'assure pour l'instant que 300.000 logements.
L'autre branche, s'apparentant à la "Garantie des loyers impayés" (GLI) souscrites pour seulement 900.000 logements aujourd'hui, s'adresserait aux publics pouvant accéder sans difficulté au parc locatif privé, avec un taux d'effort allant jusqu'à 30 ou 33 %. La cotisation serait ici d'environ 2% du loyer.

Quid des taux d'effort supérieurs à 40% ?

Pour ne pas déresponsabiliser les locataires, Galian suggère également de créer un fichier recensant les locataires en situation d'impayés et sujets à un contentieux judiciaire avec leur propriétaire.
En revanche, la proposition de l'assureur ne prévoit pas d'intégrer les publics avec un taux d'effort supérieur à 40%, un profil assez fréquent dans les zones tendues où le salaire ne peut pas atteindre une telle part d'un loyer trop important. Théoriquement, le système de caution privée s'appliquerait alors, obligeant les locataires à solliciter famille ou amis ayant des revenus suffisants. S'il reconnait que le sujet est sensible, Alain Ledemay admet qu'"il y a un niveau au-delà duquel ce n'est plus possible" de couvrir les risques. C'est bien connu, un assureur assure lorsqu'il y a un aléa. Lorsqu'il estime qu'il n'y en a pas, il n'assure pas…

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2013 à 19:05 :
Encore une nouvelle caisse où il faudra cotiser et ensuite renflouer à coût de milliard car déficitaire dès la première année. En fait l'avenir que veut nous imposer Cécile Duflot est pas vert mais noir profond. Vous verrez en reparlera d'ici 2020 / 2025?
a écrit le 09/09/2013 à 21:19 :
Encore une usine à gaz qui va renchérir les loyers ?
Pour quelle raison les proriétaires ne vont pas reporter dans le loyer cette nouvelle taxe ?
Cela démontre une nouvelle fois, la capacité de nos gouvernants a créé de nouvelles taxes.
a écrit le 05/09/2013 à 14:18 :
Il faut absolument interdire la possibilité aux propriétaires bailleurs d'exiger un garant (ou caution solidaire) pour les salariés en CDI.
Sans cette mesure, les situations iniques, discriminantes vont se multiplier et la colère avec. C'est urgent on ne peut attendre 2016.
Réponse de le 19/09/2013 à 19:24 :
Monsieur le jour ou vous perdrez votre CDI et que vous ne pourrez plus payer le loyer c'est qui qui payera les traites inhérentes à l'emprunt du propriétaire bailleur ? Vous-vous rendez compte de l'ineptie que vous écrivez.
Si je ne paye plus mon emprunt sur 25 ans, la banque me reprend mon appartement et je suis à la rue monsieur.
Admettons que la garantie des loyers impayés soit en place celle-ci se substituera à vos paiements. Maintenant admettons que tous les mois les impayés augmentent c?est qui qui renflouera cette caisse et bien ceux qui payent toujours pour tous le monde. La classe moyenne?. Et en payant de plus en plus on ne peut plus consommer ou ne serais-ce que payer ces emprunts?.Je, nous ne voulons plus payer? ca suffit ! Basta !
a écrit le 02/09/2013 à 13:35 :
Juste un assureur qui preche pour son business. Ou pour un prelevement obligatoire pour le benefice des assureurs. On sait deja ce qu'il en ferait.
a écrit le 02/09/2013 à 10:07 :
Correction, "Total des impayés à recouvrir" : On dit "recouvrer", ça vient du mot "récupérer".
On peut dire par contre que la loi Duflot va recouvrir la France d'un brouillard opaque.
a écrit le 02/09/2013 à 7:46 :
De toute façon, en tant que grand prédicateur et gourou de la secte de la bulle, je vous annonce la fin de l'immobilier. La bulle va tous nous emporter dans les abîmes sans fond de l'enfer!!! La bulle (ça fait 20 ans que je dis la même chose, je connais mon texte par c?ur), extension protoplasmique de la cupidité des hommes engloutira tout sur son passage!!! Scellier! Duflot! Tout y passera dans un gigantesque maelström de désolation!! La bulle arrive! La bulle est là!! Prions pour la bulle!! GLOIRE A LA BULLE!!!!!!!
a écrit le 01/09/2013 à 19:38 :
tous en caravane et mobilhome
a écrit le 01/09/2013 à 12:25 :
Après le Scellier-Robien réchauffé à la sauce Duflot qui rappelons-le a pour effet de maintenir la bulle immobilière, les mêmes brident la rentabilité locative ... Tout ça manque de crédibilité.
Et en effet ce n'est pas cela qui va aider les plus fragiles à s'en sortir sur le plan du logement. Les exploiteurs-investisseurs eux sont toujours à l'abri et ont toujours un train d'avance. Non les perdants ce sont les petits qui s'imaginent qu'avec ces mesurettes ça va aller mieux pour eux.

On va créer encore des zones de concurrences absurdes par exemple entre les célibataires et les étudiants qui ont les garantis de 2 papy-boomers. C'est déjà le cas. Je peux même vous dire que dans certains coin, les propriétaires préfèrent louer à un bénéficiaire du RSA (certains laissent même des commentaires sur ce sujet) parce qu'ils perçoivent tranquilles les APL de l'Etat : c'est une rente garantie plus sure que de loger un salarié célibataire. QUE C'EST BEAU !!
Autre cas tout aussi cynique dans les villes fortement touristiques : les bails vides sont plus chers que les meublés sur bail de 9 mois. Et oui, ceux louant en villégiature pendant la saison se faisant des couilles en or, ils cassent les prix des loyers pour les 9 autres mois de l'année.
AH LES USINES A GAZ FRANCO-FRANCAISES.

On veut de l'égalité des chances et de la responsabilité individuelle dans ce pays vraiment ? Pourquoi ne pas s'attaquer à sa principale cause dans ce cas à savoir l'héritage. Pourquoi personne ne parle des vrais sujets : http://www.inegalites.fr/spip.php?article1357.


Certains besoins de base devraient être interdit à la spéculation : les denrées alimentaires, les ressources énergétiques et le LOGEMENT en font partie.
Je ne vois qu'une seule manière de faire : revenu de base inconditionnel et abolition pur et simple de l'héritage au profit d'une redistribution des patrimoines vers les jeunes générations.
Réponse de le 03/09/2013 à 21:31 :
Prenons votre exemple. Un jeune ménage sans enfant achetant un T2 à 150 000 EUR à Brest avec un revenu net de 2272 EUR par mois (revenu médian des ménages du Finistère) va flamber ses petites économies et prendre un crédit sur près de 25 ans. Au bout de 7 ans, il n'a amorti que 4400 EUR de capital, et il doit encore 162000 EUR à sa banque. Soyons très optimiste, la valeur du bien a augmenté de 2% par an (ça n'en prend pas le chemin). Ils le revendent donc 172000 EUR, ils dégagent un bénéfice brut de 10000 EUR (vente pap). Un T2 à Brest se loue 400 EUR par mois. Au bout de 7 ans, le couple locataire du T2 aura dépensé 29400 EUR de moins pour se loger, et ce sans compter les intérêts du différentiel placé, sans compter la taxe foncière et les charges le plus souvent plus importantes payées par le couple propriétaire du T2. Le couple locataire a au bas mot près de 20000 EUR de plus que le couple propriétaire au bout de 7 ans. Non, le parcours résidentiel ce n'est pas un concept gagnant à chaque fois, loin de là.
Réponse de le 03/09/2013 à 22:33 :
2200 euros de revenus pour les ménages du Finistère, soit moins que deux smic (?). Vous avez comptabilisé les retraités qui ne rentrent pas vraiment dans le profil des primo-accédant (ou vous vous êtes trompé avec Brest en Russie). Quant au t2 dans cette ville, les prix vont plutôt s'orienter sur 100 000 euros (cf le bon coin). Pas de démagogie cher ami...
Réponse de le 03/09/2013 à 23:11 :
Consultez salairemoyen ou les stats de l'Insee pour vous en convaincre, c'est bien le salaire médian des ménages du Finistère (2400 et quelques au niveau de la France). 50% au-dessus, 50% au-dessous ! Et les revenus des plus âgés que ce jeune couple, y compris des retraités dont le revenu moyen est très légèrement supérieur aux actifs soit dit en passant, sont en moyenne supérieurs. Ils sont loin d'être les plus mal lotis, c'est même plutôt un jeune ménage banal. Certes, on peut trouver un T2 à 100 000 EUR dans l'ancien, comme on peut aussi trouver un T2 neuf à 350 EUR ou moins en location à Brest, mais dans ce cas on refera une simulation en comptant les frais de notaire, les travaux pour rénovation et entretien, la taxe foncière, le différentiel de charges, la perte d'un éventuel apport pour les propriétaires, et pour contre-balancer l'évolution du loyer en 7 ans pour les locataires. On pourrait aussi prendre une hypothèse plus réaliste sur l'évolution du prix des biens dans 7 ans à Brest : +10%, + 5%, 0%, -5%, -10%, -20%, - 30% (après 100% de hausse et plus en 10 ans) ? Toujours pas certain que le jeune couple proprio ait une situation plus avantageuse que le jeune couple locataire. Il faut poser le calcul, rien de démago là-dedans. L'achat est toujours plus rentable à long terme, mais ce n'est pas ce que vous conseillez... Vous conseillez aux jeunes de se mettre le plus vite possible un boulet au pied, qui ne sera plus adapté lorsqu'un enfant arrivera (dans 7 ans, ou moins !). Aujourd'hui c'est rarement la bonne solution. N'hésitez pas à refaire le calcul en région parisienne, ou le prix d'un bien équivaut bien souvent à plus de 300 loyers (voire parfois 400 pour les petites surfaces). J'ai lu quelque part qu'il fallait attendre 21 ans pour rentabiliser un achat à Paris par rapport à la location du même bien. C'est démentiel. La situation en RP et en province n'est guère plus flatteuse.
Réponse de le 03/09/2013 à 23:11 :
Ah, et Brest, c'est au Bélarus, pas en Russie...
Réponse de le 04/09/2013 à 20:11 :
@pitchou: content que vous ayez fait des recherches sur la ville de Brest. Je suis sûr, à défaut de vous avoir convaincu, de vous avoir appris quelque-chose (et moi aussi par la même occasion car j'étais persuadé que Brest se trouvait en Russie) et bien que n'étant pas Brestois. La discussion pourrait s'éterniser tant les motifs, arguments, et profils sont différents. Je précise que je ne travaille absolument pas dans l'immobilier mais possède une expérience solide dans ce secteur via de nombreuses acquisitions/reventes, parfois après des milliers d'heures consacrées à la rénovation de biens en état décrépis. La différence de patrimoine est aujourd'hui criante entre ma situation et certains de mes amis restés locataires et qui à l'époque s'offraient des Porsche et autres Harley-Davidson. La situation décrite peut paraître caricaturale mais le marché immobilier obéit à des cycles (bien évidemment il y des périodes de baisse) mais reste toujours intéressant sur le long terme. Comme les actions il est par définition fluctuant car c'est un marché, et comme elles vous n'avez rien perdu tant que vous n'avez pas vendu. Le travail paie, la persévérance paie, ceux qui calculent ou réfléchissent trop ratent souvent les trains qui passent...
Réponse de le 04/09/2013 à 20:30 :
A Pitcho(u). Il est évident que si la reprise économique se confirme en France et dans les pays occidentaux, les français vont comme d'hab se ruer sur l'immobilier. Ceux qui n'auront pas profité des taux actuels incroyablement bas s'en mordront les c...
Réponse de le 04/09/2013 à 21:10 :
Même pas, la géographie, j'adore ça (oui c'est pas commun je sais :-) ), du coup j'ai pas pu m'empêcher de relever ;-) Brest c'est quand même une ville importante du Bélarus, qui a une histoire, que l'on voit souvent sur les cartes, qui interpelle par non nom, un peu comme Paris-Texas ou Montpelier-Vermont) et qui a une histoire. Revenons à nos pigeons et à nos moutons. Vous avez d'après vos dires une belle réussite dans l'immobilier, et vous pouvez certes blâmer vos amis pour leurs choix moins judicieux, mais il faut avoir l'honnêteté de reconnaître que vous avez bénéficié d'une période plus favorable qu'aujourd'hui : prix modérés, taux élevés mais renégociables et renégociés par la suite, inflation élevée, revenus suivant l'inflation jusque dans les années 80, et ensuite qq aides fiscales (déduction des intérêts d'emprunt !). Aujourd'hui, ça n'est plus possible du fait du ticket d'entrée exorbitant et de la viscosité du marché (frais et autres commissions à l'achat et à la vente). Notre ménage a de (très) bons revenus, un bon apport mais il n'y a pas de 3 pièces d'accessible pour nous (nous avons un enfant), à moins de nous éloigner du travail... Ou alors il faudrait qu'une propal à -15/20% passe. Et de toute façon, nous visons plutôt les 4 pièces, pour un 2ème enfant, ou un bureau, et alors là c'est plutôt du -30/40% qu'il faudrait.. Que nous conseillez-vous ? Acheter un 2 pièces, se tasser dedans pendant 7 ans au moins, et ensuite ? Et les très nombreux moins favorisés que nous, que peuvent-ils faire ?
Réponse de le 04/09/2013 à 21:19 :
Mais bien sûr, les prix baissent alors que les taux sont au plus bas. Le nombre de transactions a diminué drastiquement, le nombre de primo-accédants alimentant la pompe a diminué (faut bien vendre son studio à un primo pour acheter son 2 pièces, lequel 2 pièces servira à un secundo à acheter son 3 pièces d'après le fameux parcours résidentiel). Le marché se bloque et ne vit que par les ventes contraintes et les échanges entre proprios. Les aides fiscales c'est fini, les taxes augmentent, les revenus augmentent faiblement, il faut rembourser la dette et payer toujours plus de retraités. Imaginez ce qui va se passer lorsque les taux vont remonter. Quels sont selon vous les facteurs économiques sous-tendant une augmentation des prix ? Une augmentation radicale des revenus, vous y croyez ? Comme l'a dit à juste titre Pitcho, le prix de l'immobilier suit des cycles, après 7 ans de baisse entre 91 et 98, 10 ans de hausse entre 98 et 2008, baisse de 2008 à 2010 (merci le gouvernement), hausse de 2010 à 2012, baisse depuis 2012 ou début 2013.
Réponse de le 04/09/2013 à 22:05 :
@Ben et Melvin: je suis d'accord avec Melvin dans le sens ou la tendance baissière peut-être annihilée par un retournement des taux... Qui peut lui aussi être contre-balancé par un inéluctable retour de l'inflation favorisant les emprunteurs... Bref, situation complexe mais relativement saine. Nous sommes évidemment sur une tendance baissière. Néanmoins, nous ne sommes pas en présence d'une bulle (l'Espagne a souffert d'une spéculation sans demande et les US de crédits distribués à des couples insolvables). Si la reprise économique se confirme, le moral de français remontera et ils pourront à nouveau se projeter dans l'avenir et faire des projets (dont l'immobilier profitera en tant que destination privilégiée des investissements à long terme). On peut donc anticiper une baisse modérée qui oscillerait entre 10 et 20% (suffisant pour ramener un certain nombre d'acheteurs potentiels vers les agences). Si au contraire la reprise n'est qu'une embellie passagère et que d'un autre côté les taux remontent, la chute n'en sera que plus brutale. Mais encore une fois nous restons dans une situation saine, régulée par l'offre (qui existe), la demande (qui existe aussi) et la responsabilité des banques qui en ayant durci leurs critères d'octroi n'ont pas dénaturé le marché. Wait and see comme disent les anglais, et je le répète: en bourse comme dans l'immobilier, on a rien perdu tant qu'on a pas vendu...
a écrit le 01/09/2013 à 9:57 :
Encore une Agence pour caser les copains encore sur le carreau. Il ne doit pas en rester beaucoup.
a écrit le 01/09/2013 à 3:35 :
Notre bonne ministre va bientôt créer une commission dans laquelle participera son inutile compagnon (qui crache sur nos jeunes engagés dans diverses opérations extérieures au nom de la France), mais qui profite allègrement des largesses de l'état, pour s'assurer du bon déroulement de l'application de ses mesures (aussi inutiles qu'il efficaces). Le tout en se pavanant dans sa grosse berline ministérielle entre deux apéros agrémentés de sushis bio dans les salons des beaux arrondissements parisiens. Mais il s'agit après tout du choix des français...
a écrit le 01/09/2013 à 1:04 :
Je sens qu'on va pas tarder a créer une agence de gestion des garanties de loyer et de surveillance du prix du beurre au Balouchistan Oriental.
a écrit le 31/08/2013 à 21:07 :
c est pas grave. Quand ca partira en couille Duflot ne sera plus ministre, donc plus son probleme. L important pour elle est de se faire mousser et que d autre apparatchik des verts puissent devenir ministre comme Vincent Place
L ecologie na jamais interesse les verts
Réponse de le 31/08/2013 à 21:45 :
Placé, petit rentier de la politique, il est vert de loin.
Réponse de le 31/08/2013 à 21:48 :
@cdg: on ne se met pas en politique pour s'intéresser à autre chose que soi :-) bon, après, il faut bien avoir une étiquette pour tenter de se démarquer des autres :-)
a écrit le 31/08/2013 à 18:24 :
tous en HLM )
a écrit le 31/08/2013 à 14:59 :
ouf apparemment l'industrie n'est pas encore totalement morte en France, les usines à gaz continuent de pulluler. Allez bon courage ceux qui restent en France !
a écrit le 31/08/2013 à 14:58 :
Une caution couvre à la fois le risque d impayé et le risque de dégradations .L usine à gaz n inclue pas le risque de dégradations : faudra t il une 2 ième usine à gaz? Voir un doublement de cet impôt ?
a écrit le 31/08/2013 à 13:40 :
A voir la photo, elle ne fait aucun effort pour se rendre sympathique !
Réponse de le 31/08/2013 à 17:12 :
Mais pour certains personnages qu'elle le soit pas sympathique est normal: ça montre qu'elle fait les réformes nécessaires, on peut pas réformer en brossant tlm dans le sens du poil c'est quasi impossible, si on parle de garantie des loyer et de baisse aux locataires, là elle est sympathique.Il faut secouer le cocotier comme on dit.
Réponse de le 31/08/2013 à 18:53 :
@tron : moi ça me fait toujours rire les gens comme vous qui pensent qu en ajoutant des impôts les prix ( ou loyers) vont baisser
Réponse de le 31/08/2013 à 20:00 :
vous n'avez rien compris à ses réformes
a écrit le 31/08/2013 à 13:31 :
40 ans de non investissements dans l'immobilier , surtout de la part des collectivités, aboutissent à une situation très tendue.
a écrit le 31/08/2013 à 13:01 :
Oh ! Les pauvres petits propriétaires qui font payer des sommes extravagantes à leurs locataires chouinent ! Au moins, la gauche sait dresser ces exploiteurs du peuple ! Et tant mieux pour eux !
Réponse de le 31/08/2013 à 13:18 :
Mais non, cher "A gauche toute", quand on est un capitaliste responsable et organisé, on ne "chouine" pas comme un enfant ou un gentil humaniste de gauche, on vend (et le pouvoir très sympa nous y pousse avec ses dernières mesures fiscales) et on utilise la liberté apportée par les droits fondamentaux européens pour investir ailleurs, de préférence dans un pays moderne, épargné par le soviétisme mollasse des PS et autres verts (liste des pays disponibles sur demande).
Réponse de le 31/08/2013 à 13:38 :
le mot dresser me fait sourire les moyens de rentabiliser l'argent sont nombreux par contre votre misère me semble durable et personnelle.
L'exploiteur a vendu juste avant la loi Fillon avec une belle plus value et l'acheteur est étranger, ce qui fait que les étudiants en coloc (départ fin juin pour une reprise mi-septembre, nouveau bail sans changement du coût) qui n' avaient pas été augmenté depuis 3 ans avec un prix plus que raisonnable ont du chercher ailleurs avec beaucoup de regret de devoir changer d'exploiteur!!!!. Vous avez dans votre esprit gagné une bataille idéologique plus par jalousie souvent que par compétence en matière économique mais le proprio est toujours maître de ses finances et aujourd'hui les placements peuvent se faire hors de France. L'esprit étriqué et parfois un peu ramier de ceux qui attendent de l'Etat de leur fournir un job pas trop fatigant bien payé, un toit gratos et peut-être des vacances sont dans le rêve mais si cela permet de vivre pourquoi pas. Ceux qui sont en droit d'attendre de la solidarité sont les plus faibles pas ceux qui glandent dans les cafés du commerce pour cracher du venin par manque de courage. Relisez le texte dans 2 ans d'ici la!!!!!, vous connaissez, j'en suis sur la parole politique, celle qui vous fait rêver mais vous entube depuis des décennies.
a écrit le 31/08/2013 à 12:02 :
la déresponsabilisation du Français continue, des fonctionnaires en plus. revenons à un système communiste du bon vieux temps de l'ex URSS, ce sera plus simple, tous enployés de l'Etat, tous logés par l'Etat ... etc avec à la tête la nomenklatura socialoecolo qui profiteront des prebendes
a écrit le 31/08/2013 à 9:31 :
ce n'est pas l'affaire de l'Etat de gérer ça , on veut des économies de fonctionnement et pas de nouvelles taxes (3.5% sur un loyer à Paris ...) ou des pseudo services public complétement useless qui vont encore nous coûter
PS: l'assureur qui dénonce une usine à gaz pour récupérer le marché c'est fort =_='
a écrit le 31/08/2013 à 9:03 :
Qui a dit : le choc de simplification, c'est maintenant ?
a écrit le 31/08/2013 à 8:43 :
Une ..USINE A GAZ ..!!!! Enfin quelqu'un qui va produire de l' ENERGIE ...!!! Ils sont forts ces écolos .!!! A moins que ce soit pour brasser de l'air .
Réponse de le 31/08/2013 à 13:38 :
Usine à gaz à effet de serre !!!
Réponse de le 31/08/2013 à 22:00 :
bien vu ; effet de serre LA CEINTURE ...HE..HE..HE.
a écrit le 30/08/2013 à 23:43 :
J'ai quitté le marché français donc plus concerné par ce genre de délire. Ailleurs, c'est vraiment mieux.
Réponse de le 31/08/2013 à 3:17 :
Tant mieux comme ça n'achètent que ceux qui ont besoin de se loger. Les autres qu'ils aillent investir (le mot est inapproprié pour l'immobilier parce que pas de création de richesse) dans l'industrie.
Réponse de le 31/08/2013 à 9:54 :
Cher parigo, si plus personne n'achète pour louer, ne resteront que les HLM, les logements intermédiaires et l?hôtel. Va y avoir. de la pénurie locative, bonjour les dessous de table et les paiements au noir Quant à votre point de vue sur l'immobilier qui ne crée "pas de richesse" alors qu'il répond à un besoin fondamental, c'est à peu près du même niveau que de dire que l'agriculture n'en crée pas non plus. Si on vous écoutait vous seriez tout maigre et dehors.
Réponse de le 31/08/2013 à 10:37 :
L'immobilier c'est d'ailleurs comme l'agriculture : ça vit de subventions au profit de ceux qui sont les plus gros et les plus anciens et au détriment des contribuables et des jeunes ... Votre génération a inventé l'héritage à l'envers ...
Réponse de le 31/08/2013 à 11:10 :
S' il y a des subventions (parfois discutables) c'est justement parce que c est un besoin fondamental, quant à votre point générationnel, il sera très apprécié des jeunes agriculteurs qui s'installent (et il y en a pas mal) et des jeunes couples qui veulent se loger et apprécient l'APL.
Réponse de le 31/08/2013 à 14:38 :
Je crois que @ Pacoten parlen des avantages fiscaux qui font monter les prix de l'immobilier dans certaines zones en attirant des "investisseurs" alors que les primo-accédants n'arrivent plus à acheter car les promoteurs deviennent gourmands.
Réponse de le 31/08/2013 à 16:13 :
les promoteurs ont toujours été gourmands...
a écrit le 30/08/2013 à 23:10 :
Je soutiens cette ministre malgré que je pense que les verts sont comme les pastèques. Rouge de l'intérieur et vert de l'extérieur.Go go go... Ne te fait pas abattre par les assureurs et les marchands de la %( biensur honnêtes et pro...hehehe*** je blague)
a écrit le 30/08/2013 à 21:15 :
Les assureurs essayent surtout de récupérer le marché (et la marge sur le chiffre d'affaire du marché) . Si le recouvrement est fait par le trésor public , les locataires seront aussi responsabilisés que les contribuables qui ne payent pas leurs impôts. Les Assureurs n'avaient qu'à proposer ce service avant et a un prix raisonnable ...
a écrit le 30/08/2013 à 21:10 :
si la garantie prend la meme trajetoire que la csg qui est passee de 1 a 15.5% en 20 ans, elle pourra passer de 2 a 30% dans le meme temps ( c'est le temps que les locataires soient aussi deresponsabilises que les assures sociaux a la secu)
Réponse de le 31/08/2013 à 7:09 :
La garantie universelle des loyers est un nouvel impôt . Les 95% de bons locataires paieront pour les 5 % d impayés mesure typiquement de gauche. La GUL crée un intermédiaire supplémentaire entre le proprio et le locataire .Cet impôt est indispensable si comme on le souhaite on veut faire venir les zinzins.
a écrit le 30/08/2013 à 21:02 :
Au secours ! Fuyons ! Si vous voulez louer, investissez ailleurs en EU; en Allemagne par exemple, investissement moindre, fiscalité intéressante et les rendements sont meilleurs. De plus les propriétaires y sont respectés par le gouvernement et laissons Duflot à ses délires. Va pas faire bon chercher à se loger comme locataire dans le futur, pénurie d'offre locative garantie...Merci Duflot !
a écrit le 30/08/2013 à 20:31 :
Une usine a gaz ( de schiste) mise en place par une ecolo ne connaissant rien a l'economie. Fiasco et gabegie annonces
a écrit le 30/08/2013 à 19:56 :
Usine à Gaz..........? de schiste ......(humour). Qu'attendre d'une "duflot"....sauf de la franche rigolade quand on l'écoute et/ou en photo....!!!
Réponse de le 31/08/2013 à 1:13 :
Il y a Duflot dans l'usine a gaz.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :