HLM : amende record pour l'office de Puteaux

 |   |  282  mots
L'Agence nationale de contrôle du logement social a relevé plusieurs manquements de l'office HLM.
L'Agence nationale de contrôle du logement social a relevé plusieurs manquements de l'office HLM. (Crédits : Reuters)
L'office public est lourdement pénalisé pour diverses irrégularités et manquements dans sa gestion immobilière.

L'Office public de l'habitat (OPH) de Puteaux, l'une des villes les plus riches de France, va devoir payer une amende de 1,08 million d'euros.  Un "montant exceptionnel" soulignent dans un communiqué commun les ministères du Logement, de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire, le montant moyen des amendes étant d'environ 60.000 euros.

Cette sanction a été décidé après un rapport publié le 12 juillet par l'Ancols (Agence nationale de contrôle du logement social). Celui-ci mettait le doigt sur plusieurs manquements de l'OPH. Le premier, "une faute grave de gestion" dans l'aménagement d'un parking d'une résidence HLM : l'OPH avait décidé d'en réserver une partie pour les riverains et visiteurs du quartier, ce qui "ne rentre pas dans l'objet social d'un OPH" soulève le rapport. Le projet a depuis été abandonné.

Des "irrégularités" dans la gestion des logements sociaux

Deuxièmement, le projet de cession de ce parking à la ville, également abandonné, avait soulevé les questionnements. L'OPH voulait le céder 6 millions d'euros, ce qui était inférieur à son coût de construction, à savoir 8,3 millions d'euros. L'Ancols relève en outre que l'équilibre d'exploitation du parking est "non démontré" notamment en raison d'une "mauvaise estimation du coût de construction". Résultat, le rapport estime que le probable déficit d'exploitation s'élèvera entre 3,5 et 6 millions d'euros.

Enfin, l'OPH est accusé d'avoir gardé pour lui onze logements relevant du contingent préfectoral pour y installer ses propres candidats sans avoir averti l'Etat, et de ne pas avoir appliqué le supplément de loyer de solidarité (SLS), dû par les locataires dont les ressources dépassent les plafonds légaux.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/08/2017 à 10:58 :
Si je comprends bien, les communes - c'est-à-dire nous - qui ne respectent pas la loi payent une amende.
a écrit le 03/08/2016 à 23:15 :
Quand pour un logement privé en Sarthe, pavillon en général, le prix moyen est de 500 € et un appart hlm tout compris mais plus petit évidement c'est 700€, on se doute bien qu'il y a plus de 200€ qui s'évaporent et tombent dans l'escarcelle de quelques uns.
Po grâve, ce sont les alloc qui payent.
a écrit le 03/08/2016 à 19:22 :
mille excuses je me suis trompé de commune au lieu de lire LEVALLOIS lire la commune de PUTEAUX
a écrit le 03/08/2016 à 19:19 :
@BONSOIR : Devinez qui est le maire de LEVALLOIS mais si un grand ami de M. BISMUTH tous deux membre du PARTI LES RIPOUBLICAINS ? LE SIEUR BALKANY curieux non !
a écrit le 03/08/2016 à 15:02 :
C'est toujours pareil avec LR (Les Rentiers). Cela promet après 2017, car ils sont sevrés depuis 5 ans...
a écrit le 03/08/2016 à 12:50 :
Je suis surtout surprise que Puteaux n'ait pas été condamnée bien avant. C'est valable également pour d'autres municipalités qui mélangent argent/intérêts personnels/politiques et publics.

Cette lenteur de la justice entraîne des abus. Ils se croient au-dessus des lois. Dommage !
a écrit le 03/08/2016 à 10:44 :
Puteaux : 2011 :Sur 35 élus de la majorité UMP , 17 habitaient dans le social, soit un taux de 48,6 %.Deux ans plus tard...le taux est passé à ...53% !
On peut rappeler que le taux de logements sociaux ne cesse de baisser à Puteaux en passant de près de 40% dans les années 80 à seulement 28% aujourd'hui.

Vous pouvez trouver ces infos avec plus de détail sur : monputeaux.com
a écrit le 03/08/2016 à 9:43 :
Et il n'y aurait pas une histoire de Préfet logé en HLM, non plus ?...
a écrit le 03/08/2016 à 9:10 :
Les élus ont décidément pris de biens sales habitudes et nous n'avons pas assez de juges pour l'en empêcher. Il serait temps qu'ils se rappellent qu'ils sont là pour servir l'intérêt des citoyens et non ceux de leurs amis, famille ou les leur quand même hein.

Austérité pour qui en fait ?

Merci pour cet article.
a écrit le 03/08/2016 à 9:03 :
Il est temps de renforcer les contrôles partout en France. Les HLM sont une escroquerie. Leurs dirigeants détournent les fonds alloués par l'Etat pour construire pas cher et louer à qui ils veulent ! notamment des privilégiés, copains, fonctionnaires etc... Certains dossiers de locataires en détresse n'arrive jamais en commission... ils sont bloqués en amont car locataires indésirables et peu rentable. Toutes les excuses sont bonnes ! exemples demande des quittances à un locataire en difficultés et limite en expulsion (donc qui n'a pas de quittance) donc le dossier est bloqué et ne passe pas en commission. Facile.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :