L'immobilier neuf repart à la hausse en Europe

 |   |  595  mots
Les chiffres récents de la construction de logements en Europe restent malgré tout inférieurs à leur niveau d'avant crise.
Les chiffres récents de la construction de logements en Europe restent malgré tout inférieurs à leur niveau d'avant crise. (Crédits : © Francois Lenoir / Reuters)
Dans les quatre coins de l'Europe, le secteur de la construction de logements se redresse depuis 2014. Cependant, et notamment dans les pays du sud, on est encore loin de retrouver les niveaux d'avant crise.

Il n'y a pas qu'en France où le marché de la construction de logements neufs se porte mieux. Aux quatre coins de l'Europe, le nombre d'autorisations délivrées pour construire des logements est en forte augmentation. « Depuis deux ans, le nombre de permis de construire est reparti à la hausse dans l'Union européenne (+10 %) cumulés en 2014 et 2015 », confirme le Crédit foncier dans une étude.

En France notamment, les derniers chiffres montrent que « sur un an, les permis de logements délivrés s'établissent à 405.700 unités, confirmant le maintien dans la durée de la hausse de l'activité (+8,9 % par rapport à l'année précédente) », indique le ministère du Logement. Certains marchés d'Europe du nord et de l'ouest se montrent même particulièrement dynamiques à l'image des Pays-Bas (+104 % de permis de construire accordés en deux ans), du Danemark (+92 %) de l'Irlande (+81 %) ou encore de la Suède (+51 %).

Loin des niveaux d'avant crise

Mais comme pour bon nombre d'indicateurs économiques, les chiffres des permis de construire en Europe, s'ils se redressent, restent encore bien inférieurs à leur niveau d'avant crise. Il faut dire que la crise a durement affecté le secteur de la construction. Entre 2006 et 2013, point bas historique dans de nombreux pays, le nombre de permis de construire accordés pour des logements a été réduit d'un tiers en Europe ! Evidemment, certains marchés européens ont été bien touchés que d'autres : en Europe du sud notamment, le nombre de permis de construire a été sur cette même période divisé par dix, notamment du fait de la crise immobilière en Espagne (- 96 % de permis de construire entre 2006 et 2013), où la bulle a explosé à partir de 2007.

Décrochage plus tardif à l'ouest

Ainsi, si l'on prend en compte les pays d'Europe du sud ( Espagne, Portugal, Italie, Grèce, Malte et Chypre), on constate certes, un (léger) redressement depuis 2014 des autorisations de construire, mais leur niveau reste encore de 90 % inférieur à celui de 2006. Et même en Europe de l'est ( les onze pays issus de l'ancien bloc soviétique) ou en Europe du Nord ( Royaume-Uni, Irlande, Danemark, Suède et Finlande), le nombre de permis de construire reste inférieur de respectivement 38 % et 31 % en moyenne à leur niveau de 2006. Seuls les pays d'Europe du centre-ouest (France, Allemagne, Autriche, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas) ont pu redresser la barre (baisse de 10 % des permis de construire entre 2006 et 2013), grâce d'une part à un décrochage plus tardif de leurs marchés immobiliers, et d'autre part, à la moindre gravité de leurs crises immobilières respectives en comparaison à celles connues par leurs voisins européens.

Redressement des prix et vigilance

Cette reprise globale dans le neuf est aussi en grande partie responsable du redressement des prix de l'immobilier résidentiel (ancien + neuf) en Europe, qui ont pour leur part retrouvé globalement le niveau qui était le leur avant la crise. En effet, ces deux dernières années, l'évolution des prix fut positive dans 23 des 28 pays encore membres de l'Europe, avec évidemment des ampleurs différentes. De fortes hausses ont notamment été constatées dans des pays où les prix avaient fortement chuté comme l'Irlande, et des pays de l'est (la Hongrie, l'Estonie, la Lituanie et la Slovaquie). Mais c'est aussi le cas pour la Suède et le Royaume-Uni où les prix de l'immobilier ont augmenté alors qu'ils étaient déjà très élevés, ce qui attise une nouvelle fois les craintes d'une surchauffe de l'immobilier. Preuve que la prudence doit rester de mise, même en période de reprise.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :