Copé pour une fusion entre impôt sur le revenu et CSG-CRDS

 |   |  301  mots
Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, propose dans une interview aux Echos une fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG-CRDS pour réduire les déficits et la dette quand la crise sera finie.

Jean-François Copé, le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, propose dans une interview aux Echos une fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG-CRDS pour réduire les déficits et la dette quand la crise sera finie. Sur le bouclier fiscal qu'il avait lui-même mis en place (mais à 60% et non à 50% come l'a voulu Nicolas sarkozy), Jean-François Copé souligne qu'en cas de hausse éventuelle d'un impôt, "il serait alors normal que chaque Français participe à l'effort". "On ne peut pas continuer comme ça !" lance l'ex-ministre du Budget. Il se dit également favorable à un regroupement de l'administration fiscale et de l'Urssaf.

Il est aussi pour le principe, à moyen terme, d'un objectif contraignant de réduction des dépenses de l'Etat et lde a Sécurité sociale qui serait inclus dans la loi de programmation des finances publiques, après modification de la Constitution. "Les Français ont beaucoup mûri sur ces questions, notamment avec la crise grecque. La dette les inquiète. Je propose que l'on réfléchisse dès maintenant à l'élaboration d'une règle constitutionnelle contraignante". Il doit d'ailleurs organiser mardi une réunion de son club Génération France consacrée à la dette.
 

Enfin, il affiche plus que jamais ses ambitions présidentielles, sans doute à l'horizon 2017. Il dit être "engagé à fond" aux côtés de Nicolas Sarkozy avec lequel il s'est souvent opposé, justement en raison de ses ambitions élyséennes affichées mais avec lequel les liens se sont resserrées ces derniers temps. Mais pas question pour autant de rejoindre Matignon d'ici la présidentielle de 2012. "La question ne se pose absolument pas. Mes amis députés m'ont élu à leur tête pour cinq ans, je ne bougerai pas et chacun le sait".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2010 à 7:19 :
"""Il est aussi pour le principe, à moyen terme, d'un objectif contraignant de réduction des dépenses de l'Etat et lde a Sécurité sociale qui serait inclus dans la loi de programmation des finances publiques, après modification de la Constitution""""
Reste à savoir si le marché et les agences de notation attendront que Coppé veuille bien mettre en place sa réduction des dépenses de l'état , via constitution ;;;
a écrit le 02/04/2010 à 14:58 :
Encore une brillante trouvaille d'un maire-député-ministre dépensier qui est dans la ligne de son compère: l'honorable TRON
a écrit le 02/04/2010 à 10:05 :
Bonne réflexion, ça se discute. Mais l'une des méthodes pour éteindre les puits de pétrole en feu est de les dynamiter.
a écrit le 02/04/2010 à 9:06 :
J'aime beaucoup quand les pyromanes viennent vous expliquer comment éteindre un incendie.
a écrit le 02/04/2010 à 7:27 :
Au lieu de réfléchir à une augmentation des impôts, Monsieur Coppé, vous feriez mieux de réfléchir à ce qui plombe l'industrie et l'économie françaises. Quand vous en viendrez à la conclusion que la solution se trouve dans la création d'un euro bis entre pays à structure économique et niveaux de compétitivité équivalents (Grèce, Italie, Espagne, Portugal, Irlande) vous deviendrez mieux qu'un homme politique intéressant: un homme d'Etat. Pour cela vous devrez affronter un clash avec l'Allemagne et revisiter l'idée européenne. Y êtes vous prêt?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :