La livre au plus bas, minée par le choix pro-Brexit du maire de Londres

 |   |  294  mots
Les Britanniques devront décider le jeudi 23 juin par référendum s'ils désirent ou non continuer à faire partie de l'Union européenne.
Les Britanniques devront décider le jeudi 23 juin par référendum s'ils désirent ou non continuer à faire partie de l'Union européenne. (Crédits : LUKE MACGREGOR)
Le lendemain de la prise de position de Boris Johnson, la monnaie britannique connaissait sa plus forte chute en séance depuis mars 2009 face au dollar. Les investisseurs s'inquiètent du ralliement d'importants hommes politiques britanniques à la campagne en faveur d'une sortie de l'Union européenne.

Publié le 22/02/2016 à 12:12. Mis à jour le 22/02/2016 à 17:24.

La livre britannique, qui déjà chutait régulièrement depuis juillet 2014, vient de recevoir un vrai coup de bambou, ce lundi 22 février. A Londres, elle perdait 1,94% à 1,4127 dollar (au plus bas depuis mars 2015) à 17h15  à Londres, connaissant sa plus forte chute en séance depuis mars 2009 face au dollar, selon l'agence Bloomberg.

Cours livre britannique

Cet effondrement est la conséquence des paroles du maire de Londres. Boris Johnson, un des hommes politiques les plus populaires en Angleterre et membre du parti conservateur, a annoncé qu'il allait faire campagne pour que le Royaume-Uni sorte de l'Union européenne.  Et ce, en dépit des appels de David Cameron qui, depuis l'accord trouvé avec ses partenaires européens vendredi 19 février, s'est clairement engagé dans une campagne contre le Brexit. "Je pense que personne ne peut prétendre que (cet accord) est une réforme fondamentale de l'UE ou de la relation de la Grande-Bretagne avec l'UE", avait répondu le maire de Londres au premier ministre, dimanche 21 février.

La crainte du Brexit s'accroît et inquiète les investisseurs

Les craintes des investisseurs se sont renforcées suite à l'annonce du maire de Londres:

"La livre britannique dégringole après l'accord auquel est parvenu David Cameron au sommet européen. Celui-ci n'a pas réduit les peurs sur le Brexit. [...] D'importants membres du parti conservateur ont annoncé qu'ils feraient campagne pour une sortie de l'Union européenne. Cela a mis en exergue le fait que les investisseurs jugent un risque de Brexit plus élevé", analyse Valentin Marinov,  stratégiste monétaire au Credit Agricole, interogé par Bloomberg.

Les Britanniques devront décider le jeudi 23 juin par référendum s'ils désirent ou non continuer à faire partie de l'Union européenne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2016 à 13:51 :
les français ne doivent pas perdre de vue que des milliers de leur cadre on fui la France pour s'installer en à Londres et travailler en touchant plus là bas quid de leur ressort if Brexit !!!
a écrit le 23/02/2016 à 21:26 :
Il ne se passera rien, les anglais ont déjà préparé le terrain.. 20 ans de sabotage systématique . Ce sera un Brexit à l'aise et décontracté. L'union européenne n'est plus qu'une outre vide, un théâtre vide ou les acteurs font semblant de jouer devant un public de journaliste en corvée, qui applaudissent à la demande..

a écrit le 23/02/2016 à 14:27 :
Je sors d'un débat de (vrais) experts. Conclusion : l'économie brit. repose sur du vent et constitue un risque systémique mondial. Productivite faible, taux d'investissement lamentable, deficit des comptes courants abyssal.... Et j'en passe... Si donc UK devait sortir de l'UE, et par le même chemin, perdre l'Ecosse, il faut se préparer a une énorme secousse sur les marchés... Car UK, seul, c'est Cendrillon chez les crocos !!!!
a écrit le 23/02/2016 à 13:26 :
En fait je me demande , pourquoi on n'organise un référendum au niveau européen sans les anglais si on devra garder La Grande Bretagne ou pas . c'est çà la vraie démocratie . il faut demander aussi l'avis de tous les européens sur cette caprice anglaise
a écrit le 23/02/2016 à 11:09 :
faisons un referundum en France: souhaitez-vous que le RU reste dans l'UE. La reponse serait 'non'. Nous deroulerons alors le tapis rouge a toutes les entreprises voulant avoir acces au marche unique.
a écrit le 22/02/2016 à 19:39 :
Les Anglais ne sont pas des idéologues de la révolution, surtout si leur portefeuille est concerné. Ils vont avaler leur chapeau (avec l'accent de Laurel et Hardy) !!!
a écrit le 22/02/2016 à 19:11 :
Il faut aider les anglais a sortir de l'Europe, courage, votre place est auprès des américains pas des européens !
a écrit le 22/02/2016 à 18:07 :
Il ne faut pas exagérer....£1 = € 1.28 contre € 1.35 voilà un an mais € 1.10 voilà deux ou trois ans.... que dire de l'euro alors qui ne vaut plus rien depuis que Draghi a introduit des taux négatifs alors qu'au lieu de relancer la machine, l'euro continue sa glissage contre le ¥ japonais à moins de ¥ 125 / € 1 contre presque 140 voilà moins de 2 ans....
Réponse de le 23/02/2016 à 18:55 :
Je dirai plutôt que c'est l'euro qui baisse.....je pars au Japon en Juillet et j'avais prévu d'attendre un peu pour acheter les ¥ mais au cours du jour, l'euro a encore baissé et il ne vaut plus que ¥ 123 pour un euro....mazette!! Cela fait déjà plus de ¥ 15 / € depuis janvier......Alors qu'il ne fallait que € 735 pour acheter ¥ 100,000, il en faut à présent €813.00....et il parait que c'est la livre qui baisse? Ah bon?
a écrit le 22/02/2016 à 16:57 :
Tous ces commentaires pro UE sont émouvants ( et non pro Europe, il y a une sacrée différence entre l'Europe démocratique rêvée et l'UE que l'on nous vend comme l'Europe).--- Il faut dire que l'UE et l'euro sont un tel succès que tous les pays développés nous envient. Prenons l'euro : les performances des pays de l'euro sont phénoménales : les pays sont agonisants. Sauf l'Allemagne me direz vous. Normal : grâce à l'agonie de ses partenaires à laquelle l'Allemagne a contribué ( entrée dans l'euro avec une monnaie dévaluée car en 2000 l'Allemagne était en grosse difficultés, rappelez vous bande de poissons rouges : ça aide pour détruire la concurrence interne à la zone) et grâce à une monnaie bien moins forte que ne serait le deutch mark du fait de l’agonie de ses partenaires, l’Allemagne n'apparaît comme la gagnante de la zone QUE du fait même de son échec total.--- L'UE maintenant : comme pour l'euro, on allait voir ce que l'on allait voir. Le libre échange à tout va allait faire exploser le commerce au sein de la zone. Ce fut un tel succès qu'à chaque élargissement les mêmes titres de journaux ré apparaissaient : l'UE devenait la première zone commerciale au monde ! Car entre deux élargissements, elle reperdait ce statut étant toujours moins dynamique que ses concurrents ! Le libre échange intégral mais avec des règles fiscales et sociales différentes ont aboutit à un bel échec général ( ce libre échange votée par les élites de tous les pays était un fait exprès évidemment : comment détruire le modèle d'état social européen sans en faire une politique déclarée et donc sans perdre les élections internes à chaque pays ? L'UE évidemment) Donc tout ceci a aboutit à un bel échec général que l'euro s'est contenté d'accélérer. --- Ah oui, mais hors UE c'est la guerre il paraît. C'est vrai qu'il faudrait commencer à faire des pourparlers de paix avec la Suisse, cette guerre continuelle est fatigante... ==== Alors oui, pauvres britanniques, eux qui font toujours mieux que le continent depuis qu'ils n'ont pas adoptés l'euro. Ils n'ont pas finit de se féliciter de leur départ en voyant le continent s'enfoncer de plus en plus dans les mois qui viennent... Vive les britanniques ! Et vive la Reine évidemment.
Réponse de le 22/02/2016 à 21:31 :
La City voudrait-elle devenir un paradis fiscal?
a écrit le 22/02/2016 à 16:01 :
Je trouve que c est une excellente operation pour l Europe que l angleterre ns quitte
Il nont jamais jouer le jeu et hormis le fait qu il serve de cheval de Troie pour les USA ( hors NSA ) il vont sans doute permettre a l UE de refonder l axe franco allemand pour avancer vers une Europe federale avec renforcement de la zone Euro
A 2 conditions
1 que le nouveau president francais soit plus germanocompatible
2
Que l on se debarasse de la Pologne , de la hongrie...
Et surtout que l on abandonne toute idee d elargissement ( bien entendu la Turquie mais pas que)
PS
Pourquoi ne pas proposer un referendum des pays de la zone Euro pour savoir si on souhaite garder les anglais???
A plus
a écrit le 22/02/2016 à 15:56 :
La claque "économique" que va prendre la Grande-Bretagne en sortant de l 'UE va paradoxalement être bénéfique pour les pays de l' UE qui vont serrer les rangs et pour leurs populations qui modèreront leurs critiques vis-à-vis de l' UE.
Réponse de le 22/02/2016 à 21:32 :
A moins qu'ils y gagnent au change. Si les anglais conservent le marché commun, ils ont les avantages sans avoir à cracher au bassinet. Pour rappel, la France transfère 20 milliards à l'UE. Pour 40 milliards, la France embauche et équipe 300 000 personnes dans le secteur militaire, a des bases, des avions, des bateaux, une présence extérieure, des services de renseignements, une gendarmerie... On a quoi pour nos 20 milliards?
a écrit le 22/02/2016 à 15:29 :
Comme Boris, je ne mélange pas mon amitié pour le peuple britannique et mes convictions.
Pour lui l'Europe ne vaut que pour le fric qu'on peut y faire, pour moi, l'Europe c'est bien plus que ça. Sa vision et la mienne sont incompatible aussi, je le rejoins pour souhaiter qu'il quitte l'Europe. Dommage que je ne puisse voter car pour sûr je le le rejoindrais pour voter le Brexit.
a écrit le 22/02/2016 à 15:16 :
Les marchés n'aiment pas l'incertitude mais joue avec! Rien de nouveau!
a écrit le 22/02/2016 à 14:54 :
Amis Britanniques, nous sommes prêts à vous accueillir en France si vous souhaitez rester dans l'UE, créer des entreprises, avoir un logement à un prix correct, une protection sociale non privé. Pour la Britanniques déjà installés en France, vous pourrez demander la nationalité Française, elle vous sera accordée encore plus vite...........ça me appelle un discours !!
a écrit le 22/02/2016 à 14:07 :
Il y a des bruits qui courent sur des changements importants dans les banques basées à Londres. Une banque annonce en interne 10000 recrutements à Paris, -10000 à Londres. Bonne nouvelle d'un côté, mauvaise de l'autre. 10000 salariés, ça fait plus d'activité et moins de logements accessibles. Mais ça vaut sacrement le coup! L'Ecosse peut-être encore dans l'UE, UK isolé: militairement ce serait un coup dur. Nous serions la dernière puissance militaire du continent. Économiquement, ça ferait sortir de l'UE des gens qui la freinent.
Réponse de le 22/02/2016 à 20:44 :
10000 pour une seule banque, ça me parait beaucoup. Et ce "bruit" ressemble simplement à une déformation de l'info donnée par la direction de HSBC qui a évoqué le chiffre de 1000 salariés relocalisés sur Paris en cas de Brexit: http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-02-15/hsbc-ready-to-move-1-000-bankers-to-paris-on-brexit-ceo-says
Réponse de le 23/02/2016 à 10:02 :
Il parait que nous avons 20% de nos banquiers installés à Londres. S'ils reviennent ça fait déjà du monde.
Recrutements, PoleEmploi connait, y a des affichages, des intentions mais parfois rien derrière. Ça peut être une manœuvre d'affichage (pour dire on se développe, nous sommes en bonne santé, ...).
a écrit le 22/02/2016 à 13:52 :
En cas de Brexit la seule possibilité pour le Royaume-Uni sera, peu ou prou, de devenir le 51è état des USA.
Réponse de le 23/02/2016 à 15:59 :
en cas de brexit je pense plutot qu'au long terme une 2eme zone Europe pourrait se creer avec l'UK et les pays Scandinaves ==> une europe du Nord et une du Sud.
a écrit le 22/02/2016 à 13:41 :
A se demander si le short sur les banques italiennes qui a lieu depuis plusieurs mois ne cache pas en fait un short sur les banques britanniques
a écrit le 22/02/2016 à 13:27 :
Vite , Soros... T'as une fenêtre de tir... !!! Short !!!
a écrit le 22/02/2016 à 13:15 :
Ca commence... Ils vont se prendre un "râteau" terrible... Même avant tout "Brexit"... Qui va mettre un sous sur l'économie britannique d'ici au 23 juin ? Je connais déjà nombre de British en Europe qui allègent leurs positions en sterling... Alors les autres !!! Le plus triste est que l'on va aussi être atteint...
Réponse de le 22/02/2016 à 14:55 :
@maduf: excellent pour leurs exportations. Et si en plus ils conservent les avantages et privilèges des membres de l'UE sans y contribuer, ils seront gagnants sur toute la ligne :-)
Réponse de le 22/02/2016 à 15:19 :
Réponse à Patrickb, à part le gaz et le pétrole, ils exportent quoi les anglais ?
Réponse de le 22/02/2016 à 15:45 :
le commerce extérieur britannique est déjà en lourd déficit (comme nous) et ils ont largement désindustrialisé (comme nous), donc pas beaucoup d'espoir de voir les exportations explosées. Si en plus il voit les capitaux sortir, leur balance des paiements va plus ressembler à grand chose...
Euro à 1.30 à nouveau avant longtemps?
Réponse de le 22/02/2016 à 16:42 :
@patrickb : ok, mais les exports Brit. C'est pas fameux !!! Contrairement à ce que vous dites, la balance des paiements francaise est désormais équilibrée, alors que les "current accounts " ( trade and services) britanniques ont un déficit abyssal !!!! Par curiosité, allez voir....
Réponse de le 22/02/2016 à 16:46 :
Je voudrais ajouter qu'en cas de Brexit, UK va avoir un sérieux probleme avec l'Ecosse, risquant de mettre un terme au Royaume-Uni.... Je n'aimerais pas être a la place de Cameron qui joue a la roulette avec son pays...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :