La Tribune

Les banques pourraient relever modérément leurs taux

Copyright Reuters
Diane Lacaze  |   -  375  mots
Les taux proposés aux particuliers risquent d'être plus élevés. Mais les banques, qui avaient anticipé cette dégradation, vont tout faire pour éviter de perdre des clients.

La Perte du triple A de la France ne va pas être sans conséquences pour les particuliers. « Un État qui emprunte plus cher, cela signifie des banques qui se financent également à des taux plus élevés, et donc, par effet domino, des taux proposés aux particuliers également plus élevés », explique Maël Bernier, directrice de la communication d'Empruntis.com, qui poursuit : « Concrètement, cela signifie que l'État français qui emprunte aujourd'hui à des taux autour de 3 % pourrait se voir proposer des taux autour de 3,50 % ou 4 % en raison de son déclassement. » Les taux des crédits aux particuliers pourraient donc, selon Empruntis, s'apprécier d'ici à quelques mois de 50 points de base, soit des taux moyens autour de 4,70 % sur 20 ans contre 4,20 % aujourd'hui.

Efficity rappelle qu'une hausse de 1 point des taux d'intérêt génère une baisse de 8 % du pouvoir d'achat immobilier. Mais que les particuliers se rassurent : même si une hausse des taux est le scénario le plus probable, elle devrait être très modérée. Sandrine Allonier, responsable des études économiques chez Meilleurtaux.com, note que le marché obligataire a très peu réagi. L'OAT 10 ans est restée quasiment stable, ressortant à 3,10 % le 16 janvier contre 3,03 % vendredi 13 janvier avant l'annonce de la dégradation de la note de crédit de la France. Par ailleurs, « les banques veulent poursuivre leur stratégie commerciale et conquérir de nouveaux clients emprunteurs. Elles ont besoin de faire du crédit. Elles ne devraient pas relever leurs taux de manière phénoménale ». De plus, les banques disposent de marge de manoeuvre. En effet, elles avaient anticipé cette dégradation. En cas de hausse, même importante, de l'OAT, elles pourraient donc faire le choix de ne pas la répercuter totalement. D'ailleurs, en janvier, 45 % des banques partenaires de Meilleurtaux.com ont augmenté leurs taux de 0,15 point en moyenne quand 37 % les ont baissés de 0,15 point.

Cependant, l'association UFC-Que choisir s'alarme que les banques soient tentées de « répercuter les surcoûts du crédit immobilier, leur produit d'appel pour fidéliser les clients, via des hausses des frais bancaires ». Par conséquent, elle prévoit la mise en place d'un observatoire des pratiques tarifaires des banques.

 

Réagir

Commentaires

EIFFEL  a écrit le 17/01/2012 à 14:48 :

A mon humble avis, ce raisonnement ne tient pas, il est même farfelu. Les banques empruntent toujours à la BCE au même taux.

usti  a répondu le 17/01/2012 à 15:38:

Ah oui et le coup du risque ça vous dit quelque chose? Le prêt immobilier est un produit d'appel sur lequel les banques ne gagnent pas forcément d'argent voire même en perdent... mais c'est plus facile de balancer des contre vérités surtout quand on ne sait pas de quoi on parle...

EIFFEL  a répondu le 17/01/2012 à 16:12:

Si les banques empruntent à 1%, elles gagnent déjà de l'argent en prêtant à 2%. Or elles prêtent à 4% pour l'immobilier. Le coup ou plutôt le coût du risque est minime car elles exigent des garanties hypothécaires et vérifient que vous gagnez suffisamment avant de vous débloque rl'argent.

usti  a répondu le 17/01/2012 à 20:42:

Certes il y a les garanties mais elles ne sont pas toujours hypothécaires d'une part, d'autre part l'endettement il est vu à jour j pas 10ans après et rien n'empêche les clients de faire par ailleurs des crédits dans des établissements de crédit ou des supermarchés... le coût du risque c'est le surendettement postérieur ou les fraudes... il n'y pas que la marge, il y a aussi les coûts de fonctionnements... réducteur de dire qu'elles empruntent à 1% et prêtent au delà du raisonnable. Ca se voit que vous n'y connaissez rien

tat  a répondu le 10/02/2012 à 16:48:

je suis de votre avis ! c'est très facile de prendre pour argent comptant ce que donne les medias pour info! il faut connaitre les sujets

Bonne nouvelle  a écrit le 17/01/2012 à 13:00 :

Bonne nouvelle : il ne faut pas acheter cher à taux bas. le prix payé est perdu alors que le taux se renégocie.

tchampa  a écrit le 17/01/2012 à 8:30 :

Le temps des élection puis ça dérapera comme d'habitude.
En effet nul n'est dupe, une fois les élus, que ce soit de droite ou de gauche, au pouvoir on fera la salade habituelle pour agrémentés les menus revenus des banquiers au détriment des clients de ces officines très lucratives.